Simone Boilard (à droite) est devenue jeudi la première Canadienne d’âge junior à grimper sur le podium des Mondiaux cyclistes depuis la Britanno-Colombienne Clare Hall-Patch en 2000.

Simone Boilard médaillée de bronze aux Mondiaux

«Faut que j’y aille, faut que j’y aille!»

C’est ce que Simone Boilard se répétait sur le parcours d’Innsbruck, jeudi, en Autriche, au moment de se lancer aux trousses de l’échappée à 17 km de l’arrivée. La cycliste de 18 ans de Québec a bien fait d’y aller, puisqu’elle a remporté la médaille de bronze de l’épreuve féminine junior sur route des Championnats du monde.

L’athlète originaire du quartier Limoilou devient la première Canadienne d’âge junior à grimper sur le podium des Mondiaux cyclistes depuis Clare Hall-Patch en 2000. L’année de naissance de Boilard!

Elle décroche de plus le meilleur résultat québécois en Championnats du monde dans la catégorie junior en plus d’un quart de siècle, soit depuis la deuxième place de Guillaume Belzile en 1994. Geneviève Jeanson y avait gagné l’épreuve sur route et le contre-la-montre en 1999, mais, même si ses titres ne lui ont jamais été retirés par l’Union cycliste internationale, la suspension à vie pour dopage par la suite imposée à Jeanson mine tous ses succès sportifs.

Le Soleil a joint Boilard dans la capitale du Tyrol, quelques heures après sa performance historique. Entre deux réponses aux questions téléphoniques, elle devait aussi gérer les demandes et félicitations qui affluaient.

«C’est une journée comme ça, c’est l’fun! Je suis un peu dans le jus, mais je vais essayer de savourer davantage ma médaille quand le tourbillon médiatique et tout le reste sera passé», a-t-elle confié, entre rires et soupirs.

Championne du monde... au cumulatif

Huitième à cette même épreuve sur soute des Mondiaux l’an dernier, dans ce qui était sa première compétition internationale en carrière, les attentes étaient très fortes cette année sur les épaules de la Québécoise. Elle y a ajouté une cinquième place au contre-la-montre de mardi, question de s’assurer de placer la barre encore plus haute.

«S’il y avait un classement cumulatif, je serais championne du monde!» s’exclame celle qui a terminé dans le même temps que l’Autrichienne Laura Stigger, gagnante d’un sprint final à quatre en 1h56:26 au bout de 71,1 km de course.

Boilard ne l’a pas eu facile. Elle a d’abord dû fournir beaucoup d’énergie pour rattraper l’Autrichienne Stigger et l’Italienne Barbara Malcotti, parties en duo. Puis des crampes lui ont «scié les jambes», avant de voir la Française Marie Le Net se joindre au groupe de tête et ainsi menacer son «podium assuré».

Pas encore d’offres

«Je revois la course dans ma tête et je me dis que j’ai fait quelques erreurs tactiques. Je suis une éternelle insatisfaite», admet Boilard. «Mais je suis vraiment contente de ma troisième place. À un moment donné, j’étais vraiment dans le rouge et j’ai été distancée deux fois. Mais je voulais vraiment la médaille! Je la voulais plus que j’étais fatiguée.»

Au-delà du résultat, elle se félicite de sa force mentale toute la semaine et même toute l’année. «Il y a deux ans ou même l’an passé, j’aurais été incapable de performer avec autant de pression. Ç’a été un long processus pour cet objectif et je suis fière de ce que j’ai accompli. En plus, c’était ma dernière course junior. C’est le début d’une nouvelle et grande étape chez les élites. Je suis prête. J’espère un beau futur», résume-t-elle.

Si elle dit ne pas encore avoir reçu d’offres formelles pour la suite possible de sa carrière chez les professionnelles, la jeune femme avoue avoir «des gens à rencontrer bientôt. Je ne suis pas inquiète».

+

LE PHÉNOMÈNE STIGGER

Si le nom de la championne Stigger vous dit quelque chose, c’est que vous l’avez lu il y a à peine trois semaines dans ces pages. Dans une course impliquant l’espoir de Saint-Rédempteur Marianne Théberge, Stigger venait d’être sacrée championne du monde junior en vélo... de montagne.

L’épreuve de jeudi constituait seulement sa deuxième course sur route à vie, elle qui habite à 50 km d’Innsbruck. Ce deuxième triomphe, de surcroît devant ses compatriotes, survient deux jours après son 18e anniversaire.

La Française Le Net a ravi la médaille d’argent, tandis que l’Italienne Malcotti, quatrième, est repartie bredouille. Pas moins de 102 participantes ont pris le départ. La Sherbrookoise Magdeleine Vallières-Mill a pris le 38e rang, malgré une fracture du pouce subie lors d’une chute mardi dans le contre-la-montre.