Forte d’une médaille de bronze remportée en Autriche, il y a quelques semaines, la Québécoise Simone Boilard aura maintenant la chance de se hisser au plus haut niveau du cyclisme féminin.

Simone Boilard chez les pros

Médaillée de bronze à la course sur route au Championnat du monde junior, récemment, en Autriche, la cycliste de Québec Simone Boilard a signé un premier contrat professionnel avec l’équipe américaine Twenty20.

La nouvelle a été confirmée, lundi, par la formation qui permettra à l’athlète de 18 ans de faire ses débuts dans la cour des grandes.

«J’ai choisi le programme Twenty20 parce que je pense qu’il m’offrira un bon environnement pour apprendre. Il offre de bons mentors et des modèles inspirants pour le cyclisme féminin. Leurs connaissances m’aideront à atteindre le plus haut niveau et me donneront l’occasion de faire une transition progressive du junior à l’élite», a fait savoir la cycliste par voie de communiqué.

Simone Boilard vient de conclure sa dernière année chez les juniors, puisqu’il n’y a pas de catégorie U23 chez les femmes. Elle passe donc directement dans la catégorie Élite, qui regroupe les meilleures au monde.

L’équipe Twenty20, en référence aux Jeux de 2020 qui se tiendront à Tokyo, s’y connaît dans le développement d’athlètes. En 2012 et 2016, des médaillées olympiques d’or et d’argent avaient été produites par ce programme unique en son genre, qui alignait cette saison 14 jeunes cyclistes de 11 à 18 ans, en plus de l’équipe qui portait le nom de Twenty12 et Twenty16 pendant l’olympiade des Jeux de ces années.

«Simone n’a que 18 ans, mais elle est compétitive depuis l’âge trois ans. Elle est très mature pour son âge et s’adaptera facilement aux rangs professionnels», a indiqué Nicola Cranmer, le directeur général de l’équipe Twenty20.

«Elle cadre parfaitement dans la mission de développement et de performance de l’équipe. Je suis emballé à l’idée de travailler avec elle et nous allons lui préparer un calendrier bien équilibré qui lui permettra de poursuivre ses études et de se développer comme athlète de pointe.»

En plus de sa médaille de bronze aux Mondiaux juniors disputés à Innsbruck, en septembre, Simone Boilard avait aussi obtenu la cinquième place à la course contre la montre, quelques jours plus tôt. Elle avait pris la 8e place, en 2017, à l’épreuve sur route de ces mêmes Mondiaux.

Une première pour Genest

Une autre cycliste de la région de Québec a retenu l’attention, en fin de semaine. À sa première participation à une Coupe du monde, Lauriane Genest, de Lévis, a réussi le meilleur résultat de la dernière journée de l’épreuve sur piste de Milton, en Ontario, dimanche, avec une sixième place. Elle avait remporté sa première course et terminé deuxième au second tour pour accéder à la finale.

«C’était ma toute première Coupe du monde. Le fait de courir ici, sur ma piste, où je m’entraîne tous les jours, et voir les gradins remplis, c’était un sentiment incroyable. J’ai fait une erreur tactique quand j’ai suivi Stephanie Morton [Australie] plutôt que de la devancer, mais je suis heureuse de dire que lors de ma première Coupe du monde, j’ai participé à la grande finale du Keirin», a-t-elle souligné dans un communiqué de Cyclisme Canada.