L'attaquant Simon Gagné, raconté hier en marge de son tournoi de golf annuel au profit de Leucan, disputé au club La Faune, espère pouvoir terminé sa carrière à Philadelphie.

Simon Gagné mise sur les Flyers, mais...

Simon Gagné devrait jouer avec les Flyers de Philadelphie pour au moins une autre année. Si c'était juste de lui, son contrat serait déjà signé. Mais le directeur général Paul Holmgren le laisse patienter, pendant que d'autres équipes démontrent leur intérêt.
Plus d'une semaine après l'ouverture du marché des joueurs autonomes de la LNH, l'ailier gauche de 33 ans natif de Sainte-Foy et résidant de Lac-Beauport demeure sans attache professionnelle. Il attend et laisse manoeuvrer son agent, Robert Sauvé.
«Philadelphie, c'est l'endroit où j'aimerais jouer la saison prochaine. C'est un naturel pour moi et ma famille, en plus d'avoir commencé là-bas. J'aimerais finir ma carrière là, mais dans le monde du hockey, on n'a pas toujours le choix», a constaté Gagné, vendredi, en marge de son tournoi de golf annuel au profit de Leucan disputé au club La Faune, à Charlesbourg.
Gagné a 13 saisons dans la LNH sous les lames, 597 points en 799 matchs réguliers. Le produit des Remparts de Québec a passé les 10 premières campagnes dans l'uniforme orange des Flyers et les 27 dernières rencontres de la récente saison. Entre les deux, un iota de deux ans et demi avec le Lightning de Tampa Bay et les Kings de Los Angeles. Il a gagné sa seule Coupe Stanley avec les Kings, en 2012.
Stabilité
Des années malgré tout difficiles. Il admet en avoir voulu à Holmgren pour l'avoir échangé en juillet 2010, au lendemain de ses «meilleures séries de ma carrière». En enfilant le maillot du Lightning, il a longtemps senti s'être «trompé de gilet. Ça ne marchait pas!» Ses retrouvailles avec ses ex-coéquipiers des Flyers Mike Richards et Jeff Carter, chez les Kings, lui ont permis de se sentir moins seul.
Il est aussi père de deux enfants de quatre et deux ans. Depuis septembre dernier, fiston a été trimbalé de garderie en garderie, de Québec, durant le lock-out, à Los Angeles pour terminer à Philadelphie. Papa recherche un peu de stabilité pour sa petite famille, Philadelphie leur est familière.
«Je suis peut-être trop vendu à une équipe et c'est pour ça que le dossier n'avance pas. Mais on a encore eu une bonne discussion avec eux hier [jeudi] et avec l'allure des pourparlers, je suis confiant. Ça va s'éclaircir dans les prochains jours.»
Les Flyers sont étouffés par le plafond salarial. Gagné s'avoue prêt à accepter moins d'argent qu'ailleurs, «à faire des sacrifices pour rentrer sous le plafond salarial. Mais je ne jouerai pas pour rien. Je connais ma valeur sur le marché», assure celui qui dit avoir reçu de l'intérêt d'une demi-douzaine d'autres équipes, surtout de l'Association Ouest. Il n'a pas eu de discussions formelles avec le Canadien de Montréal.
Il avance dorénavant à coup de contrat d'un an. Il aura 34 ans en février et a toujours eu en tête 35 ou 36 ans comme âge de retraite. Mais pas question de remiser ses patins pour l'instant. Il est sur la glace une fois par semaine avec son fils et dit s'y sentir mieux que jamais. «J'ai l'énergie, j'ai la motivation, j'ai la santé», résume-t-il, tout sourire.