Simon Gagné disputait un match à l’aréna de Clermont, samedi soir, avec des intervenants de la région de Charlevoix.

Simon Gagné déçu de l’absence de la LNH aux JO

«C’est certain qu’avec les joueurs qui ont été nommés la semaine passée, je ne me lèverai pas [au milieu de la nuit] pour aller regarder ces matchs-là!»

Le Canada sera dans le coup pour la médaille d’or lors de la compétition olympique de hockey sur glace en Corée, croit Simon Gagné. Mais il ne cache pas être déçu par l’absence des joueurs de la Ligue nationale à PyeongChang. Assez pour perdre beaucoup d’intérêt.

«Je ne porterai pas ben-ben attention à ça», a admis l’ex-hockeyeur, membre des équipes olympiques canadiennes de 2002 et de 2006. «Peut-être que je vais regarder la télévision le lendemain pour voir s’ils ont gagné et tout ça. Mais je ne suivrai pas le tournoi comme si les joueurs de la LNH avaient été là.»

L’ex-Flyers déplore voir le rêve olympique des meilleurs jeunes joueurs du circuit Bettman leur glisser entre les doigts. Après cinq présences consécutives aux JO depuis 1998, l’élite du hockey s’est mise à en rêver davantage, constate Gagné, lui-même médaillé d’or en 2002. «Ça commençait à devenir une tradition. Les jeunes qui sont dans la Ligue nationale ont grandi en regardant ça et rêvent de représenter leur pays et de gagner une médaille d’or. Ils sont très déçus. Mais en même temps, je peux comprendre le point de vue des propriétaires et de Gary Bettman. C’est une business et, côté argent, ils n’ont pas grand-chose.»

L’équipe canadienne comprend plusieurs ex-joueurs de la LNH ayant souvent connu une fin de carrière abrupte dans la meilleure ligue de hockey au monde. Les anciens du Canadien Maxim Lapierre, René Bourque et Ben Scrivens font partie du lot, tout comme les Québécois Marc-André Gragnani et Kevin Poulin. D’autres ont malgré tout connu des moments enviables dans le circuit Bettman, comme Derek Roy, Mason Raymond et Wojtek Wolski.

Victoire possible

Même si les athlètes sélectionnés par Hockey Canada sont tous des laissés-pour-compte de la LNH, Gagné croit possible un triomphe de l’Unifolié, comme lors de trois des quatre derniers rendez-vous. «Les équipes qui me font peur, ce sont celles contre lesquelles on avait de la misère parfois aux olympiques, comme la Suisse, note Gagné. Mais eux aussi ont des joueurs de la LNH qui ne sont pas là. Il leur manque de gros morceaux.»

Simon Gagné disputait un match à l’aréna de Clermont, samedi soir, avec des intervenants de la région de Charlevoix. Leurs adversaires : les anciens Nordiques, dont le membre du Temple de la renommée Michel Goulet. Le but de la rencontre : récolter des fonds pour soutenir un programme d’achat d’équipement de hockey pour des jeunes de la région. L’ancienne gloire des Diables rouges, qui a passé beaucoup de temps à Clermont dans sa jeunesse en visitant des membres de sa famille, était président d’honneur de l’événement.

Gagné a inscrit 291 buts et 601 points en 822 matchs dans la LNH. Il a remporté la Coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles en 2012.

***

DE HOCKEYEUR... À CHRONIQUEUR

Depuis mercredi, Simon Gagné est chroniqueur hebdomadaire pour le site francophone de NHL.com. Il y commentera chaque semaine des sujets chauds de la grande ligue. «C’est une belle expérience. […] J’ai carte blanche. Mais en même temps, je suis employé de la LNH. Il y a bien des choses que tu veux dire, des fois, mais sur lesquels tu dois faire un peu attention», a affirmé l’ex-numéro 12.

Dans cette première chronique, on apprend entre autres qu’il suit davantage le hockey aujourd’hui que pendant sa carrière de joueur. Il a admis au Soleil considéré les Flyers comme son équipe favorite, lui qui joué 10 de ses 14 saisons dans la LNH à Philadelphie.

«J’ai été repêché par eux. C’est un peu comme ma famille. Chaque fois que je retourne à Philadelphie, c’est comme si je retournais à la maison. […] J’ai été à Los Angeles, Tampa et Boston, mais je ne suis pas resté là assez longtemps pour que ça fasse le même feeling», explique Gagné, dont le fils est aussi un partisan des Flyers.

Parfois déçu des performances de ses favoris cette saison, Gagné se réjouit toutefois du brio de Claude Giroux (55 points, photo) et de Sean Couturier (26 buts). Il voit l’avenir avec beaucoup d’optimisme pour son ancienne troupe, actuellement neuvième dans l’Est. «Il y a des jeunes joueurs qui seront vraiment bons dans deux ou trois ans. […] Je ne veux pas être méchant contre l’ancien dg [Paul] Holmgren, mais il a fait une couple de mauvaises signatures à long terme. [Ron] Hextall est pogné avec ces choses-là. Mais tranquillement, il est en train de revirer ça de son bord.»