Wayne Simmond, des Devils, a été la cible d’un geste raciste en 2011 alors qu’il portait les couleurs des Flyers de Philadelphie. Sans entrer dans les détails, il a affirmé qu’il ne s’agissait pas de la seule fois qu’il a été victime d’un acte raciste.

Simmonds espère que l’incident Peters-Aliu aura un impact positif

MONTRÉAL— L’attaquant Wayne Simmonds espère que l’incident impliquant l’entraîneur Bill Peters et l’ex-joueur de la LNH Akim Aliu sera un moment charnière dans l’évolution de la culture du hockey.

Aliu a publié un gazouillis lundi à l’effet que Peters lui aurait adressé des commentaires à connotation raciste alors qu’il évoluait pour les IceHogs de Rockford - le club-école des Blackhawks de Chicago, dans la Ligue américaine de hockey — en 2009-10.

Simmonds, des Devils du New Jersey, croit que malheureusement ce type d’incident est relativement courant dans le monde du hockey.

«Je peux vous garantir que chaque joueur de hockey noir a déjà été la cible d’une insulte raciale quand il était jeune ou plus tard dans sa carrière, a affirmé Simmonds, jeudi. C’est un sujet que les gens n’aiment pas aborder, parce que ça les rend mal à l’aise.

«J’espère que cet incident permettra de mettre en lumière ce problème et d’avoir un impact positif sur le monde du hockey», a-t-il ajouté.

Simmonds a aussi noté que l’incident était d’autant plus inquiétant que Peters était dans une position de pouvoir par rapport à Aliu.

«Pour les personnes de descendance africaine ou les personnes de couleur, quand quelque chose comme ça se produit avec une personne qui contrôle d’une certaine manière votre destin, c’est quelque chose qui doit être révisé», a-t-il dit.

Simmonds avait été la cible d’un geste raciste en septembre 2011, quand il portait les couleurs des Flyers de Philadelphie. Un spectateur avait lancé une banane sur la patinoire lors d’un match préparatoire entre les Flyers et les Red Wings de Detroit, à London, en Ontario.

Sans entrer dans les détails, Simmonds a affirmé qu’il ne s’agissait pas de la seule fois qu’il a été victime d’un acte raciste.

«Des personnes disent parfois des choses en marmonnant et vous l’entendez, a-t-il dit. Vous connaissez l’intention de la personne selon le ton utilisé, s’il veut être mesquin.

«Ça se produit. Vous ne pouvez pas y échapper. Cette fois, Akim ne pouvait plus garder ça en dedans», a-t-il mentionné.

Gazouillis racistes

De son côté, le défenseur P.K. Subban avait été la cible de gazouillis à connotation raciste de la part des partisans des Bruins de Boston lors des séries éliminatoires du printemps 2014, quand il portait les couleurs du Canadien de Montréal.

Subban, qui a affirmé bien connaître Aliu, a cherché à mettre les choses en perspective, jeudi, rappelant l’importance de l’inclusion dans le monde du hockey.

«Le hockey est fait pour être joué par tous, a-t-il rappelé. Il faut faire tout ce que nous pouvons, peu importe les circonstances, les joueurs, la direction d’équipe, les entraîneurs et même les médias. Ce que nous disons et ce que nous faisons, c’est toujours à propos de la croissance de notre sport.

«Des gens vivent des choses au quotidien, pas seulement dans le sport, mais dans la vie en général, ne serait-ce qu’en marchant dans la rue. C’est le monde dans lequel nous vivons. De mon côté, j’ai choisi de prendre ces expériences et d’en tirer de l’énergie positive», a ajouté Subban.