Mikaela Shiffrin a remporté une 34e victoire en Coupe du monde de ski alpin, et le cinquième en géant, mardi à Courchevel. Ce triomphe lui a permis de consolider sa première place au classement général. Elle totalise 191 points ce qui lui permet de devancer l’Allemande Viktoria Rebensburg.

Shiffrin continue d’impressionner

COURCHEVEL — Impressionnante Mikaela Shiffrin! L’Américaine s’est offert un 34e succès en Coupe du monde de ski alpin, et le cinquième en géant, mardi à Courchevel, s’envolant au classement général, 191 points devant l’Allemande Viktoria Rebensburg, décevante 14e du jour.

La prodige a dominé la première manche puis a contenu le retour sur le second parcours — de huitième à deuxième — de la Française Tessa Worley, devancée finalement de 0,99 seconde. L’Italienne Manuela Mölgg a complété le podium à 1,01 seconde de Shiffrin. 

La skieuse du Haut-Adige avait déjà terminé sur la troisième marche en géant à Sölden (Autriche), le 28 octobre, et à Killington (États-Unis), le 25 novembre. Pour 1/100 de seconde, la Norvégienne Ragnhild Mowinckel a terminé quant à elle au pied du podium.

«Je commence à y prendre goût et j’ai finalement trouvé de la régularité. Les massages entre les deux manches m’ont bien soulagée», a expliqué Mölgg, la meilleure une fois encore d’une Squadra dont elle n’était que la numéro 4 en géant à l’entame de la saison. À 34 ans, Mölgg court toujours après un succès sur le circuit majeur. 

Valérie Grenier a été la seule Canadienne à compléter l’épreuve. Elle a pris le 29e rang, à plus de quatre secondes de la gagnante. Ses compatriotes Erin Mielzynski, Amelia Smart et Mikaela Tommy ne se sont pas qualifiées pour la deuxième manche.

Talent et professionalisme

Shiffrin, c’est le mariage du talent et d’un grand professionnalisme, avec en plus le bonheur d’exécuter l’œuvre. «Quelle que soit la discipline, je skie toujours avec plaisir», a souligné la lauréate à l’arrivée.

Cette saison, la prodige américaine de 22 ans s’est déjà imposée dans trois disciplines : en slalom, dont elle est triple championne du monde et médaillée d’or aux Jeux de Sotchi-2014, en géant, une spécialité qu’elle maîtrise de mieux en mieux, et aussi en descente, avec son premier succès en vitesse au début de décembre à Lake Louise.

Shiffrin et ses entraîneurs avaient décidé de faire une pause lors de l’étape de vitesse à Val-d’Isère la semaine dernière. Pendant que ses rivales s’épuisaient entre attentes, annulation des entraînements, descente et chutes, Shiffrin est partie se préparer en Norvège, épargnée par les abondantes chutes de neige sur les Alpes. «Mon objectif primordial, c’est de repousser les limites du sport, mes limites. Et de cela je suis fière,» a souligné Shiffrin. 

«C’était super d’être un peu loin de tout. J’étais vraiment fatiguée et c’est ce dont j’avais besoin. En arrivant ici, j’étais prête, agressive à point».

Victorieuse à Sölden, puis à Killington, Rebensburg est tombée de haut à Courchevel, à la 14e place, peut-être la conséquence de sa chute réelle lors du second super-G de Val d’Isère, dimanche.

Worley avait également chuté dimanche devant son public. Mais la double championne du monde de géant (2013 et 2017) a su rebondir après une première manche en dessous de son attente.

«Il y a eu un peu de retenue, mais ce n’était pas volontaire. Je suis restée dans le confort d’une neige facile à skier. Sur la seconde, il fallait vraiment y aller et ne pas se fier à ses sensations», a indiqué Worley.  Avec La Presse canadienne