Drew Willy et Matthew Shiltz sont engagés dans une lutte à finir pour l'obtention du poste de quart-arrière partant des Alouettes.

Sherman pas prêt à annoncer l'identité de son quart partant

MONTRÉAL — La course pour le poste de quart no 1 des Alouettes est maintenant l’affaire de deux hommes : Drew Willy et Matthew Shiltz. On devra par contre patienter un peu plus longtemps avant de connaître le vainqueur.

Même si l’entraîneur-chef Mike Sherman avait dit vouloir identifier son quart partant lors des 7 à 10 premiers jours du camp, il compte maintenant s’accorder un peu plus de temps.

«Je ne ferai probablement pas mon choix lundi, ni mardi. Peut-être la semaine prochaine. Nous verrons», a-t-il dit entre les deux entraînements du jour 9 du camp des Alouettes.

«Je prendrai cette décision quand je serai certain qu’elle sera la bonne», a ajouté Sherman. «Nos deux quarts ont leurs forces et leurs faiblesses. J’espère que nous ferons un grand choix, mais même celui qui ne sera pas choisi jouera beaucoup, car c’est une longue saison.»

L’autre course à cette position sera donc disputée entre Antonio Pipkin et Garrett Fugate, puisque les Alouettes ont retranché Josh Freeman au cours de la fin de semaine. Ces quatre joueurs devraient d’ailleurs voir de l’action lors des deux matchs préparatoires du club, dont le premier sera disputé ce jeudi, à Ottawa. Mais il ne faudra pas trop tirer de conclusion sur leur ordre d’utilisation.

«Le premier quart utilisé n’est pas nécessairement celui qui mène la course», a prévenu Sherman. «Nous pourrions faire l’inverse la semaine suivante. On ne peut pas vraiment dire si l’un se détache pour l’instant, alors qu’ils participent tous les deux à des exercices en portant un chandail qui interdit tout contact. Ils ne les porteront pas en matchs préparatoires. Ça entraînera des réactions différentes, bonnes comme mauvaises. Celui qui aura le plus de mauvaises réactions est celui qui jouera le moins.»

Égalité pour l’instant

D’ailleurs, pour Shiltz, la course pourrait bien se terminer plus tard qu’à la veille du premier match de la saison, le 16 juin, à Vancouver. «Je ne suis pas certain qu’on puisse gagner ce poste en matchs préparatoires. Je pense que cette compétition s’est amorcée au mini-camp et que ça pourrait se poursuivre au-delà du camp. Que ce soit Drew, moi, voire Garrett ou Antonio, ils vont prendre la meilleure décision pour l’équipe. Peu importe à quel rang nous terminerons cette course, nous devrons ensuite nous battre pour conserver ce poste.»

Shiltz et Willy, qui a l’avantage au niveau de l’expérience avec ses 52 matchs répartis sur sept saisons dans la Ligue canadienne, connaissent un bon camp jusqu’ici, mais aucun des deux ne semble vouloir prendre l’ascendant. «Je suis très à l’aise avec ce que j’ai offert jusqu’ici. On s’assure d’être prêts pour le premier match de la saison. Il faut s’assurer d’avoir le niveau de concentration maximal à chaque instant» a expliqué Willy, toujours avare de commentaires quand vient le temps de parler de lui.

«Je pense que j’ai très bien fait depuis le début du camp. Je ne sais pas à quoi m’attendre. Tout ce que je peux faire, c’est de réussir de bonnes performances quand ils me demandent de sauter sur le terrain», a pour sa part indiqué Shiltz.