Richard Sherman, qui a disputé sept saisons dans l'uniforme des Seahawks de Seattle, aura maintenant la chance de les affronter deux fois par année, lui qui a signé avec leurs rivaux de division, les 49ers de San Francisco.

Sherman a hâte d'affronter les Seahawks

ALAMEDA — Richard Sherman a passé les sept dernières années à tourmenter les 49ers de San Francisco avec son étanche couverture et ses échanges verbaux colorés. Voilà qu’il a décidé de rejoindre les rangs ennemis en signant un contrat de trois ans presque immédiatement après avoir été libéré par les Seahawks de Seattle, vendredi.

«C’est un peu bizarre de revêtir un nouvel uniforme. Je crois que ça va me prendre un certain moment pour m’habituer», a déclaré Sherman lundi.

L’ancien joueur vedette de Stanford effectue un retour dans la baie de San Francisco, lui qui souhaitait demeurer sur la côte ouest pour être plus près de ses parents, qui habitent à Los Angeles, et la famille de sa future femme, qui habite à Seattle.

Le fait de demeurer dans la section Ouest de la Conférence nationale et de croiser le fer avec les Seahawks deux fois dans la saison a également ajouté une valeur à l’offre des 49ers. «J’aime le fait de revenir au stade dans des couleurs différentes. Je vais tout faire en mon possible pour ruiner leur journée. Je veux avoir la chance de prouver et de montrer ce que je peux faire sur le terrain.»

Sherman, qui fêtera ses 30 ans un peu plus tard ce mois-ci, se remet d’une blessure au tendon d’Achille qui lui a coûté la moitié de la dernière saison. Il a également subi une intervention chirurgicale à la cheville durant la saison morte. Ces facteurs ont d’ailleurs contribué à la décision des Seahawks, qui ne croyaient pas qu’il valait un salaire de 13 millions US $ en 2018.

Sherman est devenu un joueur étoile à Seattle. Il s’est démarqué notamment avec son attitude audacieuse et colorée. Il a connu ses meilleures saisons en 2013 et en 2014 lorsque les Seahawks se sont taillé une place au Super Bowl. Et il est demeuré l’un des meilleurs demis de coin lors des trois dernières saisons.

De l’huile sur le feu

Se faire rejeter de la sorte par les Seahawks n’a fait qu’ajouter de l’huile sur le feu. «Ça n’a fait que régénérer ce feu de gazoline qui a toujours brûlé un peu», a admis Sherman. «J’ai simplement ajouté beaucoup de gaz sur mon feu et je l’apprécie. Je suis très reconnaissant pour cette motivation supplémentaire et cette inspiration. J’ai quelques personnes à impressionner.»

Sherman, qui a négocié lui-même son contrat, a d’abord passé plusieurs tests médicaux samedi avant de se rendre aux bureaux des 49ers pour négocier durant cinq heures. Après avoir trouvé un terrain d’entente, il a appelé les Seahawks pour permettre au directeur général John Schneider d’égaler l’offre, ce qu’il a décliné.

Pro Football Talk a rapporté que Sherman obtiendrait une prime de signature de 3 millions $, une autre prime de 2 millions s’il passait les tests physiques le premier jour du camp d’entraînement, des primes de performance et 2 millions $ en salaire pour la prochaine saison. Il recevrait également un salaire de base de 7 millions $ lors des deux dernières années du contrat, qui augmenterait à 8 millions $ s’il réussissait à se tailler une place au Pro Bowl.