Denis Shapovalov

Shapovalov prolonge son aventure

La magnifique aventure du Canadien Denis Shapovalov à la Coupe Rogers va se poursuivre pendant au moins une journée.
Après un départ léthargique, Shapovalov a livré une autre inspirante bataille sur le court central du Stade Uniprix vendredi soir, et il a renversé le Français Adrian Mannarino en trois manches de 2-6, 6-3, 6-4.
Après une lutte de 2h25, Shapovalov a ainsi mérité son billet pour les demi-finales où il affrontera, samedi soir, le vainqueur de l'affrontement entre l'Allemand Alexander Zverev et le Sud-Africain Kevin Anderson, présenté plus tard vendredi.
Il est aussi devenu le plus jeune demi-finaliste dans l'histoire des Masters 1000.
Cette victoire de Shapovalov est venue contre un rival qui avait passé quatre heures trois minutes sur le court sans perdre une seule manche depuis le début du tournoi, incluant lors de son duel de deuxième tour contre Milos Raonic. Pendant ce temps, le Canadien de 18 ans avait passé presque sept heures sur le terrain, tout ça lors de trois jours consécutifs.
Début de match difficile
D'ailleurs, peut-être que tout ce labeur pouvait expliquer pourquoi Shapovalov n'a ressemblé en rien en début de match au joueur qui avait maintes fois déstabilisé Rafael Nadal la veille.
D'entrée, Shapovalov a concédé les quatre premiers jeux, lors desquels il n'a inscrit que six points. À un certain moment, Mannarino a récolté 14 points sur 15.
Le Canadien a finalement brisé la glace au cinquième jeu, à son service. Mais encore là, ce ne fut pas facile alors qu'il a dû effacer cinq balles de bris pour y arriver.
Sans accorder une seule chance de bris, Mannarino a bouclé la première manche en 39 minutes et a continué de livrer du tennis solide en première moitié de deuxième manche, bien que l'on sentait que Shapovalov commençait à se détendre et à jouer de manière plus relâchée.
Les résultats pour le Canadien sont venus lors du sixième jeu, après une pause d'une dizaine de minutes à cause de la pluie.
Au service, le Français de 29 ans s'est retrouvé en déficit 15-40 et a commis une double faute à la première balle de bris.
Cette bourde a réveillé la foule, plutôt docile jusque-là. Elle permettait surtout au Canadien de se bâtir un coussin de 4-2. Il a su le protéger pour forcer la tenue d'une troisième manche grâce à un délicat coup droit en parallèle le long de la ligne que même Mannarino a applaudi.
Au troisième set, Shapovalov s'est donné l'avantage en brisant son rival lors du troisième jeu, mais il l'a aussitôt perdu à la suite de plusieurs de ses propres erreurs. Shapovalov a toutefois réalisé quelques bijoux, notamment pour porter le score 4-4 lorsqu'il a logé un revers en croisé, d'une position difficile au fond du court, que Mannarino n'a eu d'autre choix que d'admirer et même applaudir, une fois de plus.
Shapovalov a arraché le bris décisif lors du neuvième jeu, à la suite d'une erreur au coup droit de Mannarino, et il a mis fin au duel à sa première balle de match grâce à un service que le Français n'a pu maîtriser.
***
Denis Shapovalov en quatre faits saillants
Tombeur de l'Espagnol Rafael Nadal jeudi et du Français Adrian Mannarino en quarts de finale de la Coupe Rogers vendredi, le jeune Ontarien Denis Shapovalov est assuré de grimper au classement mondial de l'ATP. Voici quatre éléments à connaître sur l'étoile montante du tennis canadien.
Le premier depuis Borg
La victoire de Shapovalov contre Nadal qui l'a propulsé en quarts de finale de la Coupe Rogers a permis à Shapovalov de devenir le plus jeune joueur à atteindre ce stade du tournoi depuis Bjorn Borg en 1974. Il est également le plus jeune à avoir accédé aux quarts d'une épreuve de la série Masters 1000, le plus haut niveau du circuit professionnel. En 2016, il était devenu seulement le deuxième Canadien à avoir gagné le titre masculin de Wimbledon chez les juniors. Felip Peliwo a été le premier à accomplir l'exploit en 2012.
Un gaucher
À l'instar de nombreuses vedettes du tennis telles John McEnroe, Martina Navratilova, Jimmy Connors et Rafael Nadal, Shapovalov est gaucher. Ça ne veut toutefois pas dire qu'il a le même avantage que ses prédécesseurs. Les avancées technologiques au niveau des raquettes et des surfaces de jeu, de même que le développement technique au niveau stratégique et la démocratisation du revers à deux mains ont contribué à rétrécir l'écart entre les joueurs au cours des dernières années.
Il a déjà été comparé à Roger Federer
L'analyste sportif Craig O'Shannessy a déjà décrit Shapovalov comme étant la version «gauchère de Federer, dotée du revers à une main», dans le Telegraph en Grande-Bretagne. Il a aussi dit que l'Ontarien de 18 ans «ne plafonnera pas» et a souligné «son énergie et sa facilité à entrer en symbiose avec la foule». C'est de toute évidence ce qui s'est produit cette semaine à Montréal, surtout avec l'appui de célébrités telles que Wayne Gretzky et de la nageuse étoile Penny Oleksiak.
C'est toujours un adolescent...
Shapovalov a rappelé qu'il manquait de maturité lorsqu'il a violemment frappé involontairement une balle au visage d'un arbitre pendant un match de la Coupe Davis, en février. Il a cependant su prendre ses responsabilités et a présenté ses excuses, précisant qu'il avait perdu le contrôle de ses émotions et qu'il avait manqué de professionnalisme. Même s'il s'est excusé auprès de l'arbitre, de ses coéquipiers et des amateurs de tennis, la Fédération internationale de tennis l'a sanctionné. Il a écopé d'une amende de 7000 $US.