Denis Shapovalov, 28e raquette mondiale, a offert un niveau de jeu pratiquement irréprochable, en route vers la victoire en seulement une heure.

Shapovalov écarte rapidement Monfils pour accéder aux demi-finales à Paris

PARIS — Le Canadien Denis Shapovalov a facilement vaincu le Français Gaël Monfils 6-2, 6-2 vendredi, lui permettant d'accéder carré d'as au Masters de Paris.

Shapovalov, 28e raquette mondiale, a offert du jeu pratiquement irréprochable, en route vers une victoire en seulement une heure.

Le tennisman de Richmond Hill, en Ontario, a rendez-vous samedi avec l’Espagnol Rafael Nadal, tombeur du Français Jo-Wilfried Tsonga, 7-6 (4) et 6-1.

‘Rafa’ sera assuré de terminer l’année au premier rang s’il gagne le Masters de Paris pour la première fois.

La victoire de Shapovalov a toutefois un coût. Peu après la fin de sa rencontre, Shapovalov a gazouillé qu’il se retirait du tournoi Next Gen de l’ATP, qui se déroulera du 5 au 9 novembre à Milan, en Italie.

«Je suis désolé pour les partisans qui espéraient me voir jouer à Milan. J’étais très excité d’y jouer, mais malheureusement ç’aurait été trop de travail pour moi, a-t-il écrit. Je connais une très bonne fin de saison, et j’ai joué beaucoup plus de matchs que prévu. Mon équipe et moi avons pris la décision que je devais me reposer après Paris puisque mon corps ne pourrait supporter une semaine de plus.»

Après le retrait de Félix Auger-Aliassime le mois dernier, Shapovalov est le deuxième Canadien à s’absenter du tournoi Next Gen de l’ATP. Il n’y aura aucun représentant de l’unifolié à cette compétition. Avec La Presse canadienne

+

DJOKO A FAIM, NADAL AUSSI

PARIS — Très affaibli physiquement il y a deux jours, c’est un Novak Djokovic mort... de faim qui est apparu vendredi au Masters 1000 de Paris et n’a laissé aucune chance en quarts de finale à Stefanos Tsitsipas, croqué en moins d’une heure.

Son rival pour la place de numéro 1 mondial en fin d’année Rafael Nadal a conclu la soirée en éliminant l’un des deux héros locaux, Jo-Wilfried Tsonga (35e) 7-6 (7/4), 6-1. Le second, Gaël Monfils, a été privé des Masters de Londres (10-17 novembre) par Denis Shapovalov (28e) qui l’a balayé 6-2, 6-2 (voir autre texte).

Au placard la doudoune arborée en conférence de presse mercredi, oubliées les faiblesses physiques, le numéro 1 mondial n’a fait qu’une bouchée de Stefanos Tsitsipas (7e) 6-1, 6-2 et affrontera samedi pour une place en finale Grigor Dimitrov (27e) qui a écarté Cristian Garin (42e) plus tôt dans la journée.

«J’ai joué l’un de mes meilleurs matchs de la saison [...] J’ai bien servi, j’ai très bien lu son service aussi, je l’ai mis sous pression constamment. C’était vraiment un bon match», s’est félicité le Serbe d’une voix encore éraillée.

«Je vais de mieux en mieux, petit à petit», a-t-il confirmé.

Quadruple vainqueur à Paris (2009, 2013, 2014, 2015), il avait comme une revanche à prendre face à Tsitsipas qui était le dernier joueur à l’avoir battu, déjà en quarts de Masters 1000, à Shanghai le 11 octobre.

Égalité

Le Grec de 21 ans, qui jouait son premier quart à Bercy, menait même deux victoires à une dans leurs tête-à-tête. Les voilà désormais à égalité.

«Je me suis très bien préparé pour ce match, a expliqué Nole. J’ai regardé les vidéos [de la rencontre perdue à Shanghai] pour comprendre ce que j’avais fait de bien ou de moins bien, ce que je pouvais faire mieux. Bien sûr, les conditions [à Paris] sont différentes, à l’intérieur. Mais j’ai réussi à très bien démarrer le match et je ne lui ai pas vraiment laissé beaucoup d’occasions de revenir».

Cette victoire permet en outre au «Djoker» de préserver de minces chances de terminer l’année numéro 1 mondial, même si Rafael Nadal le détrônera quoi qu’il arrive à l’issue du tournoi parisien.

Jeune marié, l’Espagnol joue bien à Paris alors qu’une blessure à la main gauche l’a tenu à l’écart des tournois officiels depuis son titre à Flushing Meadows début septembre.

Tsonga, malgré le soutien du public, en a fait les frais.

«Nous avons tous les deux joué à un très bon niveau au 1er set. Au début du 2e, il a mal joué et moi j’ai gagné en confiance et j’ai pu jouer plus détendu», a expliqué l’Espagnol qui ne s’est jamais imposé à Bercy.

«Je suis heureux d’être de retour en demies : j’ai eu beaucoup de blessures dans ce tournoi, donc je suis très content d’être là», a ajouté Nadal qui ne s’était plus hissé dans le dernier carré depuis six ans. Il y affrontera Shapovalov.

Berrettini à Londres

Selon son résultat à Bercy, Nadal peut s’assurer de terminer l’année numéro 1 mondial. Le plus beau scénario, mais pas le seul, serait qu’il remporte pour la première fois le Masters 1000 de Paris en battant Djokovic dimanche. En cas de victoire finale du Serbe, cette place honorifique se jouerait au Masters londonien.

Londres, justement, Monfils pouvait y retourner après son unique expérience en 2016... encore fallait-il atteindre les demies.

C’est donc Matteo Berrettini, le demi-finaliste de Flushing-­Meadows éliminé dès son entrée en lice à Bercy, qui conserve la 8e place de la Race et rejoint à Londres Nadal, Djokovic, Federer, Medvedev, Thiem, Tsitsipas et Zverev. Monfils, 2e remplaçant derrière Roberto Bautista, a annoncé qu’il se rendrait à Londres au cas où...Igor Gedilaghine, Agence France-Presse