Seydou Junior Haïdara, ancien du Rouge et Or maintenant avec les Alouettes de Montréal, a partagé son expérience de vie avec 250 élèves de la polyvalente Le Sommet, lundi.

Seydou Junior Haïdara veut enfin faire sa place

Maîtriser le système de jeu complexe de Jacques Chapdelaine demande beaucoup de concentration. Mais malgré son trouble du déficit de l'attention, le receveur de passes des Alouettes Seydou Junior Haïdara a bon espoir d'enfin s'établir dans la LCF avec l'équipe montréalaise.
Après quatre saisons dans la Ligue canadienne de football, Haïdara en est déjà à son cinquième club. L'ancien numéro 80 du Rouge et Or de l'Université Laval n'a jamais été retranché pour ses performances. Sauf que chaque fois, un changement d'entraîneurs a précipité le départ du natif de Sainte-Foy.
Après Vancouver (2013 et 2014, 34 matchs), Hamilton (2015, 0 match), Regina (2015, 9 matchs) et Winnipeg (2016, 2 matchs), Haïdara est atterri à Montréal en août dernier. Il a vu l'instauration du régime Chapdelaine, l'ancien patron du Rouge et Or qu'il a croisé chez les Lions et les Roughriders.
«C'est la première fois que je sens que les choses se placent en ma faveur, se réjouit-il. J'ai une bonne relation avec Jacques. Il connaît ma valeur et croit que je suis sous-estimé dans la ligue. C'est rassurant de savoir qu'il veut m'utiliser de façon optimale. En plus, je connais bien son système, qui est compliqué à apprendre. Et en cinq ans, c'est la première année que j'arrive au camp sans avoir à apprendre un nouveau livre de jeux!»
Il travaillera avec le fils de Jacques, Justin Chapdelaine, nouvel entraîneur responsable des receveurs chez les Alouettes qu'il a connu comme joueur au Défi Est-Ouest de 2012 et comme adjoint de son père en Saskatchewan, en 2015. Il compte aussi d'abord faire sa place au sein des unités spéciales.
Outre l'arrivée chez les Oiseaux de joueurs aussi bons sur le terrain que dans le vestiaire, comme Darian Durant, Ernest Jackson et Ryan Phillips, qu'il a côtoyés dans d'autres équipes, Haïdara souligne à quel point Jacques Chapdelaine est très structuré dans ses indications. Un livret électronique d'une vingtaine de pages a été envoyé à chaque joueur juste pour détailler l'horaire du mini-camp à venir dans deux semaines, en Floride.
Tant mieux, parce que le footballeur de 28 ans ne dédaigne pas un peu d'encadrement. Lui à qui l'on a diagnostiqué un trouble du déficit de l'attention en 2012 seulement, à sa dernière saison universitaire.
Partager son expérience
Cela lui avait jusque-là causé toutes sortes de problèmes dans toutes les sphères de sa vie, dont à l'école. C'est ce qu'il a raconté lundi après-midi à 250 élèves de deuxième et troisième secondaires de la polyvalente Le Sommet de Charlesbourg.
Il leur explique comment la découverte de sa passion pour le sport à un jeune âge lui a permis de se frayer un chemin dans la vie, malgré les nombreux obstacles. Comme des problèmes d'argent, lui qui a été élevé avec sa soeur, aujourd'hui scénariste télé, par leur mère monoparentale.
«Pour moi, faire ces conférences-là, c'est rendu aussi gratifiant que gagner des matchs de foot, même plus!» a-t-il confié, après sa conférence. «Oui, j'aime gagner parce que ça fait partie de moi, mais de rencontrer, de parler aux jeunes et de savoir que tu peux avoir un impact devient une motivation de plus qui me permet de passer à travers les moments plus difficiles de la carrière», conclut-il.
Haïdara compte parmi 12 joueurs québécois dans l'alignement actuel des Alouettes, dont cinq anciens du Rouge et Or. En plus du premier entraîneur-chef francophone dans l'histoire du club montréalais en Chapdelaine.