Les Canucks de Vancouver est l'une des quatre équipes canadiennes qui ne participent aux séries cette année.

Séries: les équipes canadiennes enlisées dans leur disette depuis 26 ans

Chaque fois qu'Éric Desjardins retrouve ses anciens coéquipiers du Canadien de Montréal avec qui il a soulevé le précieux trophée de Lord Stanley en 1993, le sujet de la sécheresse qui sévit actuellement parmi les équipes canadiennes ne fait pas partie des discussions.

«Nous ne le voyons pas de cette façon. Les équipes canadiennes, américaines, c'est simplement que nous faisions partie de la LNH, a déclaré l'ancien défenseur étoile. Bien sûr, ça fait un moment à Montréal, mais on ne parle pas vraiment des 26 ans.»

C'est vrai. Il y a maintenant 26 ans que la disette des équipes canadiennes perdure.

Desjardins, qui a connu une carrière de 17 ans divisée entre Montréal et Philadelphie, croit que l'origine de la disette est liée à l'expansion de la LNH aux États-Unis. La parité à l'échelle de la ligue a été instaurée avec l'introduction du plafond salarial en 2005.

«C'est censé être notre sport national et nous sommes supposés être les meilleurs dans ce domaine», a déclaré Desjardins. Mais maintenant, la façon dont la ligue est structurée, je pense que n'importe qui peut gagner. Et je pense que ça rend le sport plus intéressant.»

Malgré tout, le jeune homme de 49 ans a reconnu qu'un quart de siècle entre deux coupes au Canada était beaucoup trop long.

«Si la finale se joue entre Pittsburgh et Winnipeg, oui, je prendrais pour les Jets, même si j'aime Pittsburgh, a-t-il déclaré. Mais oui, peu importe, Calgary, Winnipeg, j'encouragerais l'équipe canadienne.»

Les espoirs du Canada ce printemps se reposeront sur trois équipes - Calgary, Winnipeg et Toronto - pour mettre fin à la disette. Bien sûr, la plupart des joueurs de la LNH d'origine canadienne n'étaient même pas nés pour voir Desjardins et compagnie célébrer leur victoire dans une série de cinq matchs contre les Kings de Los Angeles.

L'attaquant des Sabres, Jason Pominville, fait partie des exceptions.

Il avait 10 ans lorsque le Canadien, l'équipe de sa ville natale, a gagné. Pominville se souvient encore très bien du deuxième match de la série dans lequel Desjardins a marqué les trois buts de la victoire de 3-2 de Montréal en prolongation.

«Je me souviens de l'avoir vu et d'avoir célébré dans mon salon, d'avoir levé le poing quand il a marqué, a déclaré Pominville. J'étais aussi un grand admirateur de Gretzky, mais lorsque vous êtes à Montréal, il est difficile de ne pas encourager cette équipe lorsque vous grandissez.»

À Montréal, il fut un temps où gagner la Coupe était considéré comme un droit acquis. Le Canadien est toujours en tête de liste avec 24 championnats, dont 23 après la fondation de la LNH en 1917.

Pourtant, Montréal n'a pas atteint la finale depuis 1993, alors que seulement cinq équipes canadiennes l'ont fait. Vancouver est la seule à avoir fait deux apparitions lors de cette séquence, en 1994 et 2011.

Il y a ensuite eu les Maple Leafs, qui n'ont pas atteint la finale depuis leur victoire en 1967, la dernière année de l'ère des six équipes originales dans la LNH.

Le moment le plus critique des 26 dernières années a certainement été en 2016 où toutes les équipes canadiennes n'ont pas été en mesure de se tailler une place en séries.

Le scénario était toutefois bien différent avant 1995. De 1927 à 1995, la plus longue séquence durant laquelle une équipe canadienne ne participant pas à la finale était de deux ans. Cela s'est passé pour la dernière fois en 1991-1992, lorsque Pittsburgh a remporté des championnats consécutifs en battant Minnesota et Chicago.

La plus longue disette avant celle que nous vivons actuellement a été de six ans, entre 1936 et 1941.

La sécheresse actuelle dure depuis si longtemps, Brian Burke, ancien directeur de la télévision, a déclaré que les calculs ne donnaient tout simplement pas les résultats escomptés.

«Cela n'a pas de sens. Il y a 31 équipes, donc sept équipes sur 31 sont des équipes canadiennes. Ces équipes devraient gagner tous les quatre ans et demi», a soutenu Burke, qui a travaillé dans les bureaux de front à Vancouver, Toronto et Calgary.

Des joueurs qui ne veulent pas jouer au Canada

Le problème, selon Burke, c'est que les équipes canadiennes sont désavantagées, car de nombreux joueurs ne veulent pas jouer au nord de la frontière pour plusieurs raisons.

Le premier, a-t-il déclaré, est le manque d'intimité et la quantité de pression exercée sur les joueurs pour gagner au nord de la frontière. Burke a déclaré qu'un grand nombre de joueurs, y compris des joueurs du Canadien, énumèrent souvent les sept équipes canadiennes sur les clauses de non-échange apposées à leurs contrats.

«Même à Calgary, nous avions nos listes où les joueurs ont pu mettre 10 équipes sur une liste de non-échange, et toutes les équipes canadiennes étaient sur ces listes», a-t-il renchéri.

Impôts

Le deuxième problème concerne le taux d'imposition du Canada.

«Il n'y a pas de vie privée. Des critiques personnelles horribles sur les réseaux sociaux, puis on gagne beaucoup moins d'argent, alors c'est assez facile», a soutenu Burke.

Il ne peut qu'imaginer à quel point l'attention nationale sera portée sur la prochaine équipe canadienne qui promettra de remporter les grands honneurs.

Ne croyez pas que le directeur général des Flames de Calgary, Brad Treliving, n'a pas pensé à mettre fin à la disette.

«C'est tout ce dont vous rêvez», a-t-il déclaré, tout en essayant de poser un regard éclairé sur la situation.

«Ce n'est pas différent de tout autre dirigeant : c'est ce que vous voulez accomplir, a mentionné Treliving. Si vous mettez vraiment l'énergie et les efforts nécessaires pour faire les bonnes choses, les résultats vont suivre.»

Ayant perdu deux fois en finale, Desjardins ne se souvient pas d'un moment plus doux que celui de remporter la Coupe.

«C'est une récompense indescriptible, a noté Desjardins. Lorsque vous gagnez, vous pouvez le partager. Vous le partagez avec vos coéquipiers, vous le partagez avec le personnel d'entraîneurs.»

Au Canada, c'est un moment qui sera partagé avec toute une nation.