Les bancs de l’ancien Colisée de Québec seront vendus 60 $ pour un lot de deux bancs avec un maximum de 12 par personne. Seuls les 4 000 bancs en bois blancs seront mis en vente au grand public.

Serge Savard souhaite aider la vente des bancs du Colisée

Quand il est passé par Québec jeudi pour faire la promotion de sa biographie Canadien jusqu’au bout écrite par le journaliste Philippe Cantin, l’ex-défenseur et ex-directeur général du Canadien de Montréal Serge Savard se promettait de glisser un mot au maire Régis Labeaume au sujet de la possibilité de venir en aide aux anciens joueurs des Nordiques par la vente des sièges de l’ancien Colisée, qui débutera le 19 octobre.

«Vous savez, à l’époque, la vente des bancs de l’ancien forum de Montréal avait rapporté beaucoup d’argent! On avait reçu un million $ qui a servi à venir en aide aux anciens joueurs des Canadiens», a expliqué Savard, qui avait l’intention de discuter du sujet avec le maire Labeaume, qu’il allait rencontrer plus tard en journée pour lui remettre une copie autographiée de sa biographie. Une copie signée attendait aussi le premier ministre François Legault.

Les joueurs qui ont évolué dans la Ligue nationale de hockey avant l’autonomie des joueurs et l’explosion des salaires ne roulent en effet pas tous sur l’or et la vente de 15 700 sièges de l’ancien Forum en 1996 avait permis de leur donner un coup de pouce. «Il y a là une belle occasion, je crois», a déclaré M. Savard en parlant de la vente de sièges du Colisée.

À l’époque, les acheteurs avaient payé au moins 150 $ par siège, parfois davantage, pour se procurer une partie de l’histoire du Forum et les intéressés devaient acheter au moins trois sièges. L’exercice aurait rapporté entre deux et trois millions $. Aujourd’hui, on en retrouve plusieurs sur les sites de petites annonces comme Kijiji ou Lespac pour quelques centaines de dollars, dont certains ont été autographiés par d’anciens Glorieux. 

En comparaison, les bancs de l’ancien Colisée de Québec sont une véritable aubaine à 60 $ pour un lot de deux bancs avec un maximum de 12 par personne. Seuls les 4000 bancs en bois blancs seront mis en vente au grand public toutefois puisque les 11 000 sièges plus récents seront offerts au même prix à des organisations et institutions d’enseignement. Le PEPS de l’Université Laval fait d’ailleurs partie des intéressés pour remplacer les vieux bancs de son aréna.

Rencontré au Banquier

Par ailleurs, Serge Savard n’en était pas à sa première rencontre avec Régis Labeaume cette semaine. Les deux hommes se sont connus lors de l’émission «Le Banquier» au réseau TVA en 2013. «On a été ensemble durant trois ou quatre heures dans une salle, alors on a eu le temps de jaser. Il m’avait dit : «Si tu viens è Québec, appelle-moi», mais je n’avais pas eu l’occasion de lui rendre visite», poursuit celui qui dit aussi avoir rencontré le premier ministre Legault «à quelques reprises».

Savard, dont le fils Marc a déjà tenté sa chance comme candidat libéral aux élections fédérales, est féru de politique. «J’ai toujours eu un intérêt pour la politique», explique celui qui a eu comme coéquipier Ken Dryden, devenu plus tard ministre fédéral après sa carrière de hockeyeur. «Il y avait aussi Red Kelly, qui avait été député fédéral pendant trois ans alors qu’il jouait toujours pour les Maple Leafs de Toronto!», se souvient-il également.

Celui que plusieurs surnomment encore le Sénateur se désole toutefois un peu de la tournure qu’a prise la joute politique au cours des dernières années. «Ce que je déplore, c’est qu’aujourd’hui, on dirait qu’ils n’ont plus de respect les uns pour les autres. Quand on voit [le chef conservateur Andrew] Scheer dire [au premier ministre Justin] Trudeau “You’re a fraud” en plein débat, je trouve que c’est trop. On n’aurait jamais vu ça avant», conclut-il.