Les trois titres remportés par Serena Williams sur la terre battue parisienne ne lui ont pas permis d'obtenir une place parmi les têtes de série du deuxième tournoi majeur de la saison, qui débutera dimanche. L'Américaine, qui a pris une pause pour donner naissance à son premier enfant, pointe actuellement au 453e rang mondial.

Serena Williams exclue des têtes de série à Roland-Garros

ROME — Le retour de Serena Williams en tournoi du Grand Chelem après un congé de maternité s’annonce encore plus difficile. Les organisateurs des Internationaux de France ont annoncé lundi que Williams n’obtiendra pas un statut de tête de série.

«Cette année encore, les dirigeants du tournoi établiront la liste des têtes de série chez les dames en fonction du classement de la WTA, a fait savoir la fédération dans un communiqué. En conséquence, les têtes de série refléteront le classement mondial de cette semaine.»

Williams, triple championne à Roland-Garros, doit disputer son premier tournoi majeur depuis la naissance de sa fille en septembre.

Si Williams est admise au tableau principal du tournoi français en vertu de son classement protégé par la WTA, ce sont les organisateurs des tournois du Grand Chelem qui déterminent les têtes de série.

Si elle était au sommet du classement féminin au moment de prendre son congé de maternité, Williams occupe actuellement le 453e rang. Sans un statut de tête de série, la championne de 23 tournois majeurs risque d’affronter des joueuses très bien classées dès les premières rondes.

La WTA envisage un changement de règlement visant à assurer une place de tête de série à des joueuses de haut niveau revenant d’un congé de maternité, mais cette modification pourrait entrer en vigueur au plus tôt l’année prochaine.

Décision désapprouvée

Plusieurs des principales rivales de Williams estiment qu’elle mérite d’être tête de série. «J’aimerais assister à ce changement [de règlement]», a déclaré Maria Sharapova à l’Omnium de Rome la semaine dernière. «Ça demande un effort incroyable pour une femme de revenir au jeu physiquement et émotionnellement... Tout est différent pour ce qui est des voyages, des expériences, des émotions et de la réalité physique chaque jour.

«Le tennis est un sport tellement égoïste, mais je pense que lorsqu’il y a un enfant dans votre vie, vous en perdez un peu, car il y a quelque chose de beaucoup plus important», a ajouté Sharapova, qui a perdu trois finales du Grand Chelem face à Williams. «Alors oui, je pense vraiment que ce serait un bon changement.»

Le tirage au sort des Internationaux de France aura lieu jeudi et le tournoi se mettra en branle dimanche. «C’est normal de donner naissance à un enfant. C’est normal d’avoir un classement protégé... Ça va au-delà du tennis, a estimé Simona Halep. Les gens décideront donc où elle sera classée au tableau mais, à mon avis, il est bon de protéger le classement quand une joueuse donne naissance à un enfant.»

Williams a fait un bref retour à la compétition cette année, après une absence de 14 mois pour donner naissance à sa fille. Elle n’était pas tête de série aux tournois d’Indian Wells, en Californie, et à Miami, et a compilé deux victoires et deux défaites.

Williams a raconté les difficultés qu’elle a connues lors de l’accouchement et elle a été victime d’une embolie pulmonaire qui a fait en sorte qu’elle avait du mal à respirer après la naissance de sa fille. Mais après une période d’entraînement, l’entraîneur Patrick Mouratoglou a déclaré la semaine dernière sur le site de la WTA que «Serena jouera aux Internationaux de France pour le gagner.»

Révision prévue pour 2019

Les règlements actuels concernant les congés de maternité et les blessures permettent de recourir à un classement protégé ou «spécial» pour obtenir une place au tableau principal des tournois, mais ne garantit pas un statut de tête de série, quelle que soit la raison de l’absence de l’athlète.

La WTA a toutefois modifié le règlement au cours de la dernière année afin que les absences pour congé de maternité soient considérées de la même façon que pour les blessures et les maladies, offrant à toutes les joueuses une période de grâce de deux ans pour recourir à un statut spécial, en plus d’une année additionnelle à partir de la date du retour à la compétition pour y avoir recours.

«Historiquement, les joueuses de la WTA n’étaient pas favorables au recours à des classements spéciaux pour figurer parmi les têtes de série», a déclaré la WTA dans un communiqué. «Le règlement actuel fait l’objet d’une révision plus approfondie pour 2019. Nous demeurons résolus à évoluer selon les besoins de nos joueuses et sommes très solidaires des joueuses revenant d’un congé de maternité.»

Williams a remporté les Internationaux de France à trois reprises — plus que tout autre joueuse actuelle — et la championne de Roland-Garros l’année dernière, Jelena Ostapenko, attend avec impatience son retour. «Elle a manqué au tennis, car c’est une grande championne», a déclaré la Lettone. «Elle était mon idole pendant ma jeunesse.»

+

BON DÉPART POUR AUGER-ALIASSIME EN QUALIFICATIONS

Félix Auger-Aliassime a défait le Sud-Africain Lloyd Harris 6-4 et 6-3 au premier tour des qualifications en vue de Roland-Garros, lundi. Le Québécois de 17 ans, qui occupe le 177e rang mondial, a dominé 6-2 pour les as. Son prochain match aura lieu mercredi contre l’Espagnol Jaume Munar, 155e raquette mondiale. De son côté, Filip Peliwo, de Vancouver, a perdu 7-5 et 6-2 devant le Français Constant Lestienne. Mardi, en qualifications, l’Ontarien Peter Polansky sera opposé au Slovaque Norbert Gombos. Mardi marquera aussi le début des qualifications chez les dames. Eugenie Bouchard va se mesurer à la Slovène Dalila Jakupovic, Françoise Abanda affrontera l’Italienne Martina Trevisan, tandis que Carol Zhao, de Richmond Hill, va croiser le fer avec l’Italienne Francesca Schiavone.  La Presse canadienne