Ryan Kelly, Otto Rogers et Rebecca Moloney ont accueilli avec enthousiasme la décision de la LNH d’accorder une franchise à Seattle.

Seattle en 5 questions

SEATTLE — La LNH a fait de la «Cité émeraude» le 32e membre de son club sélect en octroyant à Seattle une franchise d’expansion, mardi. Voici en cinq points ce qu’il y a à savoir au sujet de cette décision.

Pourquoi Seattle?

Seattle est le plus important marché américain qui n’est pas doté d’une équipe de la LNH ou de la NBA. Son économie a explosé au cours de la dernière décennie, soit depuis le départ des SuperSonics vers Oklahoma City. Les revenus sont disponibles à Seattle et on brûlait d’envie de les dépenser sur un nouveau club. Une campagne de vente d’abonnements au printemps a dû être stoppée après qu’on eut recueilli plus de 33 000 dépôts.

Où l’équipe jouera-t-elle?

L’aréna du Seattle Centre (le KeyArena) subit actuellement une cure de jouvence de 700 millions $US entièrement payée par des fonds privés. Érigé pour l’Exposition universelle de 1962, il a accueilli les Sonics (NBA), du hockey mineur et des milliers de concerts et événements. Son toit est désigné élément architectural historique, ce qui complique les travaux. Mais ce sera un tout nouvel aréna sous un ancien toit. L’aréna accueillera 17 400 spectateurs en configuration hockey et sa réfection est faite en tenant compte de l’éventuel retour d’une équipe de la NBA.

Quand?

À compter de la saison 2021-22. Seattle aurait adoré se lancer dès 2020-21, mais les rénovations de l’aréna pourraient ne pas être terminées et personne ne veut courir ce risque. Les travaux préliminaires ont commencé quand l’Oak View Group et la municipalité ont signé une entente, en septembre. Les gros travaux pourront maintenant être lancés. On doit creuser afin de faire de la place à un aréna moderne sous ce toit. Le risque d’un conflit de travail dans la LNH jette aussi ombrage au projet. Les propriétaires comme les joueurs peuvent choisir en septembre 2019 de se retirer de l’actuelle convention collective un an plus tard, soit juste avant le début de la saison 2020-21.

Le nom, les couleurs et le logo?

Bonne chance si vous voulez obtenir quelque information que ce soit des propriétaires au sujet de l’éventuel nom de la franchise. Ils n’ont donné aucun indice, tandis que le public s’est servi d’internet pour suggérer plusieurs noms. Parmi ceux-là, les Metropolitains, Totems, Breakers, Pilots, Steelheads, Sockeyes et même le Kraken. On s’attend à ce que le nom de l’équipe soit dévoilé au début 2019. En ce qui a trait aux couleurs, encore là rien n’a filtré. Les franchises de Seattle ont presque toutes un ton de vert dans leurs couleurs, alors ne soyez pas surpris que ce soit le cas.

Comme Vegas?

Les directeurs généraux de la LNH seront un peu plus méfiants lorsque viendra le temps de bâtir leur liste de protection pour le repêchage d’expansion après avoir vu Vegas atteindre la finale de la Coupe Stanley à sa première campagne. Seattle pourrait ne pas connaître le même succès instantané que les Golden Knights, mais avec la direction en place — l’entraîneur-chef et le dg demeurent à être nommés — ne soyez pas surpris que Seattle connaisse du succès rapidement.