Le commissaire Rob Manfred a justifié sa décision en indiquant que le gérant des Astros de Houston A.J. Hinch (à gauche) n’a pas été en mesure de mettre fin à la pratique, tandis que le directeur général Jeff Luhnow (à droite) était responsable de la conduite des joueurs, même s’il a prétendu ne pas être au courant.

Scandale du vol de signaux: les Astros font le ménage

HOUSTON — Les Astros de Houston ont congédié le gérant A.J. Hinch et le directeur général Jeff Luhnow à la suite de leurs suspensions dans la foulée du scandale du vol des signaux.

Dans le plus important scandale sportif aux États-Unis depuis le «Spygate» des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, le commissaire, Rob Manfred, a annoncé lundi les sanctions en plus de laisser entendre que l’actuel gérant des Red Sox de Boston, Alex Cora, principal adjoint de Hinch chez les Astros en 2017, sera sanctionné plus tard. Manfred a affirmé que Cora est celui qui a mis en place le système de vols de signaux utilisé par les Astros.

Les Red Sox font par ailleurs l’objet d’une enquête pour des vols de signaux sous la direction de Cora en 2018, sa première saison à la tête des Red Sox, couronnée par un titre de la Série mondiale.

En plus des suspensions imposées à Hinch et Luhnow, la MLB a imposé une amende de 5 millions $US — la plus importante selon les règles du circuit — aux Astros, qui doivent faire l’impasse sur leurs choix de premier et deuxième tours en 2020 et 2021.

L’enquête a permis de confirmer que les Astros utilisaient une caméra en circuit fermé localisée au champ centre, qui relayait les signaux du receveur à un écran placé à proximité de l’abri des Astros. Des joueurs frappaient ensuite sur une poubelle pour laisser savoir au frappeur à quel type de lancer il allait faire face.

Pas plus de victoires

Les joueurs des Astros prétendaient que de savoir quels lancers leur étaient destinés quelques secondes d’avance ne pouvait pas les aider. Les Astros ont d’ailleurs récolté moins de victoires à domicile au cours de ces deux campagnes : 94 au Minute Maid Park contre 110 à l’étranger.

«Bien qu’il soit impossible de déterminer si ce stratagème a eu un impact sur les résultats, la perception est qu’il ait suffisamment entaché le sport», a écrit Manfred.

Cette décision est la plus importante qu’ait eu à prendre Manfred depuis son accession en poste, il y a cinq ans. Il l’a justifiée en indiquant que Hinch n’a pas été en mesure de mettre fin à cette pratique, tandis que Luhnow était responsable de la conduite des joueurs, même s’il a prétendu ne pas être au courant. Manfred a ajouté que le propriétaire, Jim Crane, ne savait rien de cette stratégie.

Une heure après que la MLB eut rendu publiques les sanctions, Crane a commencé sa conférence de presse en informant que les deux hommes de baseball avaient été remerciés.

«Nous devons être irréprochables à partir de maintenant», a-t-il dit.

Les Astros ont été la meilleure équipe des Majeures au cours de ces deux saisons, compilant une fiche de 204-120, remportant sa première Série mondiale. Hinch, 45 ans, est un ancien receveur diplômé de Stanford. Il est le gérant des Astros qui a connu le plus de succès, l’équipe remportant deux des trois derniers championnats de l’Américaine.

Fort taux de roulement

Luhnow, âgé de 53 ans, détient une maîtrise en administration des affaires de l’Université Northwestern. Il a instauré une culture d’entreprise basée sur l’analyse de données et statistiques, mais également une ambiance toxique, son règne de huit ans étant marqué d’un fort taux de roulement chez ses employés.

L’actuel gérant des Mets de New York, Carlos Beltran, alors un joueur avec les Astros, faisait partie des gens impliqués. Manfred a toutefois indiqué qu’aucun joueur ne sera sanctionné parce qu’il a décidé en septembre 2017 qu’il allait tenir les gérants et directeurs généraux responsables.

Les Mets et Beltran n’ont pas voulu commenter.