Isabelle Lapierre et François Lamontagne seront du Concours hippique de Lévis, en fin de semaine.

Saveur internationale au Concours hippique de Lévis

Le 39e Concours hippique de Lévis, qui se déroule jusqu'à dimanche aux Écuries de la Chaudière, aura une petite saveur internationale, en fin de semaine. Récente gagnante d'une tranche de la Coupe du monde à Bromont, la cavalière Isabelle Lapierre sera de la partie sur son propre terrain avec la jument vedette Cescha M.
Même chose pour François Lamontagne. Membre de l'équipe canadienne de développement, le cavalier de Saint-Georges, maintenant installé à Saint-Eustache, rentre à peine de la Slovaquie, où il a participé à la Coupe des Nations.
«Des compétitions internationales pour les jeunes chevaux, il n'y en a pas. Ça prend des événements provinciaux comme celui-ci pour développer les chevaux et prendre de l'expérience», dit Isabelle Lapierre, aussi entraîneure à l'écurie familiale.
Dimanche après-midi, elle prendra part au Grand Prix Ville de Lévis, qui lui servira de préparation pour la Coupe America Gold de North Salem (New York), la semaine prochaine. «Pour atteindre un haut niveau, ça prend un cheval et un cavalier qui sont prêts à le faire. Mais on n'y arrive pas d'un seul coup, il faut faire beaucoup de concours. En fin de semaine, c'est un peu une pratique pour nous, le concours hippique nous permet de nous entraîner et de nous mettre dans l'ambiance d'une grosse compétition parce qu'il y a beaucoup de spectateurs», ajoutait celle qui l'a emporté en 2009 devant les siens.
L'an passé, son cheval Cescha M était blessé et elle n'avait pu être de la compétition sur le site où l'on vient de procéder à un réaménagement complet du sol de la carrière de saut d'obstacles.
Fidèle au rendez-vous
Lamontagne, lui, n'a jamais raté le rendez-vous de Lévis, même si son expérience le mène maintenant partout à travers le monde. La semaine dernière, il était à Samorin, en Slovaquie, où l'équipe canadienne a terminé au septième rang sur 11 pays représentés. Sa jument Chanel du Calvaire s'y trouve encore, cependant.
«J'ai commencé à monter à l'âge de 7 ans, ici, je n'ai jamais raté cette compétition. Même si j'étais en Europe dernièrement, c'était important de revenir à temps. Il ne reste que trois sites de ce calibre-là au Québec, soit ici, à Bromont et à Blainville. J'aurai un cheval plus jeune, mais je vais essayer de l'emporter», notait celui qui a fini deuxième en 2016 avec Vigo Massuere.
Lapierre et Lamontagne ont également rendez-vous au Royal Winter Fair de Toronto, en novembre.
Le Concours hippique de Lévis sera aussi l'hôte de la finale de l'équipe équestre canadienne, qui déterminera les quatre cavaliers qui iront à la finale canadienne de Toronto. Également au programme, on note la finale de la Médaille François Ferland, la finale de Médaille Aubert Brillant et le derby de chasse.