En prolongation, le nouveau capitaine des Remparts, Anthony Gagnon, s’est retrouvé fin seul devant la cage de son ancien coéquipier Anthony Pagliarulo. Il est resté calme et a enfilé le but de la victoire.

Saguenéens 3/Remparts 4: Gagnon saisit sa chance en prolongation

Après avoir frappé le poteau à quelques secondes de la fin de la troisième période, Anthony Gagnon n’a pas raté sa chance en prolongation. Son but a permis aux Remparts de Québec de l’emporter 4 à 3 sur les Saguenéens de Chicoutimi devant la meilleure foule de la saison au Centre Vidéotron, dimanche après-midi.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas compté, je voulais vraiment scorer...» a déclaré après la partie le nouveau capitaine des Diables rouges, qui avait été déçu d’entendre la rondelle résonner sur le poteau avant la fin du temps réglementaire.

En prolongation, il s’est retrouvé fin seul devant la cage de son ancien coéquipier Anthony Pagliarulo.

«Je suis resté calme, j’ai attendu qu’il ouvre les jambières et j’ai lancé», a poursuivi le capitaine, qui a avoué que la foule de 12 204 spectateurs avait donné beaucoup d’énergie à ses coéquipiers et lui.

Chute de pression

On sentait que ce qui était seulement la sixième victoire des Remparts à domicile avait fait retomber beaucoup de pression des épaules des joueurs et de l’entraîneur-chef Patrick Roy.

«Ça fait du bien. C’est le genre de match qu’on espérait avoir depuis un petit bout de temps. J’ai adoré ce que j’ai vu. On a bougé la rondelle rapidement et on n’a pas donné autant de revirements qu’hier», a poursuivi Roy, qui avait fustigé ses arrières la veille après le revers de 7 à 2 contre l’Armada de Blainville-Boisbriand.

«On a adopté une approche différente dans notre réunion d’avant-match. Je leur ai dit ce qu’on voulait et je leur ai montré des séquences plus positives de notre match de samedi et ça a fonctionné. Même si les Saguenéens ont égalisé en fin de match, on n’a jamais abandonné», a déclaré Roy. Le pilote des Remparts a insisté sur l’importance de continuer à jouer du bon hockey dans le but de participer aux séries de fin de saison.

«Les Olympiques de Gatineau ont gagné leurs deux derniers matchs, alors il faut continuer de bien jouer. Si on participe aux séries, on a démontré qu’on pouvait donner du fil à retordre à bien des équipes.»

Indiscipline

L’entraîneur des Saguenéens, Yanick Jean, a pour sa part pointé l’indiscipline des siens dans un match où les trois premiers buts des locaux ont été marqués en avantage numérique.

«À cinq contre cinq, on a été OK, mais il y a quelques pénalités que j’aurais aimé qu’on évite, quelques erreurs mentales, des gestes de frustration», a-t-il commenté. «Quand tu n’as pas le temps de pratiquer, tu joues et tu espères de bons résultats», a ajouté celui dont les protégés venaient aussi de disputer un second match en moins de 24 heures.

«On s’attendait à ce que les Remparts sortent fort, car après une défaite de 7 à 2 à domicile, tu veux toujours rebondir», a ajouté Jean, qui a aussi fait remarquer que plusieurs de ses joueurs étaient à l’écart du jeu pour cause de blessures.

Auteur de deux buts qui ont sonné le réveil des Sags en deuxième et en troisième, le capitaine Rafaël Harvey-Pinard était déçu lui aussi. «Les deux premières périodes, ils ont mieux joué que nous, ils ont travaillé plus fort. Quand tu joues 20 minutes, c’est ça qui arrive. Je n’ai pas d’explication pour vous dire pourquoi on est sorti flat de même», a-t-il déclaré.

Hunter Holmes, James Malatesta et Cole Cormier ont été les premiers marqueurs des Remparts, alors que Vladislav Kostkov, avec 3:12 à faire au temps réglementaire, a été le seul autre joueur des Saguenéens à déjouer le gardien Tristan Côté-Cazenave, qui a mérité la première étoile du match.

Malatesta a marqué trois secondes après une pénalité à Tristan Pelletier, propulsant au fond du filet une passe de Théo Rochette, qui jouait lui aussi son premier match contre ses anciens coéquipiers.

«J’étais un peu surpris, car je crois que c’était la première mise en jeu que je gagnais dans ce match-là! Mais c’était un beau jeu, un beau shoot. James et moi, on a appris à se connaître et je crois qu’on sait de plus en plus à quoi s’attendre l’un de l’autre», a résumé Rochette.

+

PAGLIARULO AVAIT HÂTE

Quand son entraîneur Yanick Jean lui a dit, après le match de samedi contre le Drakkar de Baie-Comeau, qu’il serait en service dimanche contre ses anciens coéquipiers des Remparts, le gardien Anthony Pagliarulo ne pouvait pas attendre.

Celui qui se relevait d’une commotion cérébrale n’avait pas encore été devant le filet de sa nouvelle équipe depuis que les Diables rouges l’ont envoyé avec les Saguenéens.

«J’étais sur le protocole de commotion. J’ai pratiqué vendredi, et hier [samedi], avant le match, Yanick m’a dit d’avoir un bon warm-up même si ce n’était pas moi qui gardais les buts contre le Drakkar. J’ai commencé à me douter de quelque chose à ce moment-là», a-t-il raconté au Soleil dimanche avant le match. «Après la partie contre le Drakkar, Yanick m’a dit : «T’as le net!» enchaîne «Pag», qui était fébrile à l’idée de faire ses débuts avec les Saguenéens au Centre Vidéotron, contre ses anciens coéquipiers.

«C’est spécial, c’est sûr! J’ai des amis, de la famille et même les gens de ma pension de Québec qui vont venir me voir. Et aussi, c’est à Québec que j’ai passé mes plus beaux moments au hockey junior.»

Cette dimension est venue ajouter au défi du gardien de but, qui ne voit pas comme un avantage le fait qu’il connaisse mieux que plusieurs les tendances de ses adversaires. «Je ne crois pas que c’est un avantage, mais c’est tout un challenge : je veux les battre et je sais qu’eux aussi veulent me battre.»

Pagliarulo avoue avoir envoyé quelques textos à d’ex-coéquipiers des Remparts dimanche matin. «Je leur ai dit que ce serait moi devant le filet et on s’est dit qu’on allait avoir du fun. De plus, pour nous, ce sont de gros points à aller chercher», résume celui qui ne voulait pas décevoir son nouvel entraîneur.

De capitaine à capitaine

Échangé aux Sags peu avant la pause des Fêtes, l’ex-capitaine des Remparts Félix Bibeau a lui aussi discuté avec quelques Diables rouges avant le premier choc entre les deux formations depuis la transaction. «Disons que quand j’ai été échangé, j’ai tout de suite regardé le calendrier pour savoir quand était notre premier match contre Québec», avoue l’espoir des Islanders de New York.

Le premier à qui Bibeau a passé un coup de fil est Anthony Gagnon, qui lui a succédé comme capitaine des Remparts. «On est de bons amis, on partage les mêmes valeurs : on est des travaillants», explique-t-il à propos de sa relation avec Gagnon.

«Son “C”, Anthony l’a mérité. Au début de la saison, il n’avait même pas de “wA” sur son uniforme. Il a finalement eu un “A” et maintenant, il est capitaine. Je ne suis pas surpris. Il est un peu moins volubile que moi, mais c’est un gars qui ne panique jamais.»

Depuis son arrivée à Chicoutimi, Bibeau a souvent été jumelé à Vladislav Kotkov et Justin Ducharme et a récolté un but et deux aides en trois parties. «Je ne me sens pas encore à 100%, mais de match en match, ça s’améliore. J’ai une belle chimie avec mes coéquipiers», conclut-il.

+

DYLAN SHIVES PLEURE UN «SUPERFAN»

Le défenseur Dylan Schives sera de retour avec les Remparts mercredi, après les funérailles de son ami Aaron Jubenville, décédé le 25 décembre. Jubenville, qui se déplaçait en fauteuil roulant, était reconnu comme l’un des plus chauds partisans des Maroons de Chatham et des autres équipes de hockey de cette communauté ontarienne. Sa famille et celle de Schives s’étaient liées d’amitié alors que Schives portait les couleurs des Maroons avant de se joindre aux Remparts. L’homme, qui était aussi impliqué à titre de bénévole, a tellement marqué sa communauté qu’une célébration spéciale a été annoncée à l’aréna local mardi, après les funérailles de ce «superfan» qui a aussi eu droit à des articles dans les médias locaux. Ian Bussières

+

YU SATO AUX CHAMPIONNATS MONDIAUX

Laissé de côté pour les deux premiers matchs après la pause des Fêtes, Yu Sato n’est pas près de revêtir de nouveau l’uniforme des Remparts : il s’envole lundi pour la Lithuanie, où il représentera le Japon aux Championnats mondiaux des moins de 20 ans de la deuxième division, groupe A. Les Remparts ont même retiré le petit attaquant de leur promotion avec les restaurants Yuzu, qui était diffusée durant les matchs depuis le début de la saison. Ian Bussières

+

ANTHONY GAGNON ET CHARLE TRUCHON HONORÉS

Le capitaine des Remparts, Anthony Gagnon, et le défenseur de 16 ans Charle Truchon ont été élus respectivement joueurs offensif et défensif des mois de novembre et de décembre. Les deux hockeyeurs ont récolté une première et une deuxième étoile durant la période du 2 novembre au 28 décembre. Gagnon a marqué quatre buts et a obtenu cinq aides en 17 parties alors que Truchon, malgré qu’il ait raté cinq matchs en raison d’une blessure, a récolté cinq passes en 13 parties. Ian Bussières