Honorés par les Bruins pour la conquête de leur sixième Super Bowl, les joueurs des Patriots ont été invités à faire la mise au jeu officielle de la rencontre qui opposait les Bostonnais aux Islanders. Le geste protocolaire a été confié à Julian Edelman (au centre) qu’il l’a fait en présence de Patrice Bergeron (37) et Anders Lee (27). Le hasard faisant bien les choses, cette rencontre déjà mémorable marquait aussi le 1000e match en carrière dans la LNH de Bergeron.

Roy voit Bergeron au Temple

Il s’y connaît très bien en la matière. Patrick Roy se réjouissait pour Patrice Bergeron, qui a joint le club sélect des joueurs ayant disputé au moins 1000 matchs dans la LNH, mardi soir, à l’occasion d’une rencontre disputée au TD Garden de Boston entre les Bruins et les Islanders de New York.

En 2003, Roy devenait le tout premier gardien de l’histoire à atteindre ce plateau. À ce jour, seulement deux gardiens — lui et Martin Brodeur — ont disputé plus de 1000 parties, excluant les séries éliminatoires.

«Il s’agit d’un plateau pleinement mérité pour lui, qui a atteint des standards année après année, et je suis convaincu qu’il va en atteindre d’autres. Je ne sais pas combien de [trophée] Frank-Selke a-t-il remporté, mais c’est tout un joueur de hockey», disait Roy à propos du centre des Bruins qui est devenu le 334e joueur à disputer 1000 matchs dans la LNH.

Bergeron, qui a été nommé à quatre reprises comme le meilleur attaquant défensif, était aussi le 59e jouer 1000 matchs avec une seule équipe et le cinquième seulement de l’histoire des Bruins à franchir ce seuil magique.

«Jouer 1000 matchs dans la LNH, ça représente de la longévité. Il faut que tu sois en santé, que tu aies pris soin de toi», ajoutait Roy, qui a disputé 1029 parties dans la LNH. Il n’a jamais joué contre Bergeron, qui a fait ses débuts dans la LNH en 2003-2004, soit la saison ayant suivi la toute dernière de Roy avec l’Avalanche du Colorado.

Quelques joueurs natifs de Québec ont atteint le plateau des 1000 matchs dans le circuit Bettman au fil des ans. La liste comprend aussi Kevin Dineen (1188), Sylvain Côté (1171), Alex Tanguay (1088), Antoine Vermette (1046), Roy (1029) et Gaétan Duchesne (1028). Pour sa part, Mario Marois s’est arrêté à 956.

Bergeron pourrait aussi rejoindre Roy au Temple de la renommée en raison de ses exploits. Il est l’ultime joueur d’équipe, le succès des Bruins passant toujours avant le sien.

«Je ne connais pas les critères, même si je devrais les savoir, mais je suis certain qu’il va y avoir une place pour lui de la façon dont il se comporte à chaque saison. Il est rouage extrêmement important pour les Bruins, je ne verrais pas pourquoi il ne serait pas là», notait-il en référence à l’éventuelle présence de Bergeron au sanctuaire du hockey à Toronto qui héberge les plus grands de l’histoire.

Deux buts

Bergeron n’a pas fait les choses à moitié dans ce match historique. Il a touché la cible deux fois, signant ses ses 306e et 307e buts en carrière, et il compte maintenant 780 points en carrière. Mais plus important encore, dirait-il sûrement, les Bruins l’ont emporté 3-1 devant leurs partisans aux dépens des Islanders.

Le héros de la soirée a reçu une ovation, en première période, lorsque les Bruins ont souligné au tableau indicateur qu’il disputait son 1000e match dans la LNH. Le numéro 37fera l’objet d’une cérémonie lors du prochain match à domicile des Bruins, samedi.