«Si on gagnait notre programme double contre UNB, on finirait la première session avec une fiche 7-1. Ça voudrait dire qu’on a sauvé la cabane», indiquait l’entraîneur-chef Pascal Clément en prévision de ce dernier séjour à domicile de sa troupe avant la reprise, en janvier.

Volleyball: le Rouge et Or peut «sauver la cabane»

Malgré un arrêt difficile à Montréal et une session d’automne parsemée de blessures, le club de volleyball masculin Rouge et Or pourrait boucler la première moitié de saison du RSEQ à égalité avec les Carabins au classement s’il devait remporter ses deux derniers matchs avant la pause, vendredi et semaine, à l’Amphithéâtre Desjardins-Université Laval du PEPS.

«Si on gagnait notre programme double contre UNB, on finirait la première session avec une fiche 7-1. Ça voudrait dire qu’on a sauvé la cabane», indiquait l’entraîneur-chef Pascal Clément en prévision de ce dernier séjour à domicile de sa troupe avant la reprise, en janvier.

Sans être en complète reconstruction, le Rouge et Or (5-1) doit revoir l’aménagement de son équipe, cette saison, à la suite du départ de Vicente Ignacio Parraguirre Villalobos, pilier de la structure offensive de l’UL pendant son stage de cinq saisons qui a pris fin avec la récolte de la médaille de bronze à la maison lors du Championnat U Sports, en mars 2019.

«Même si on a un bon noyau qui est de retour de l’an passé, on est un peu en reconstruction. Le départ de Vicho est un gros pépin. Mais ce n’est pas la première fois qu’on fait face à un tel défi. J’en suis à ma 28e saison, et nous avons vécu l’après Karl De Grandpré, l’après Michel Cazes, l’après joueur vedette. Ça se fait vite, et parfois, c’est juste un peu plus long, tout n’est qu’une question de temps», illustrait l’homme de volleyball.

Identifié pour jouer un rôle accru à l’attaque, Alexandre Obomsawin est ennuyé par des malaises aux genoux qui lui permettent de jouer, mais qui le forcent à rater plusieurs séances d’entraînement. Recrue de grande qualité, Nicolas Fortin s’adaptait bien jusqu’à ce qu’une fracture à un doigt de sa main d’attaque le tienne à l’écart du jeu. On lui a enlevé son plâtre, en début de semaine, et pourrait revenir au jeu contre UNB si les tests des derniers jours sont concluants.

«Nous avons bien fait en début de saison, ç’a commencé à se dégrader avec la perte de quelques joueurs. Alexandre a joué sans être à 100 %, tandis que Nicolas a été une belle surprise en s’imposant comme un marqueur important dans notre système avant qu’il se casse un doigt», précisait l’entraîneur-chef.

À cela, on peut ajouter les commotions cérébrales encaissées par le passeur de cinquième saison Ethan Ellison et le libéro Rémi Cadoret. «On a passé beaucoup de temps à faire de la gestion. La pause sera bénéfique, comme elle l’est toujours», notait-il.

Pas de tournée aux Fêtes

Contrairement aux années passées, le Rouge et Or n’effectuera pas une tournée aux États-Unis dans le temps des fêtes. Clément avait prévu utiliser les «points air miles» de l’équipe pour un voyage préparatoire dans l’Ouest canadien, en début de saison. L’UL ira jouer une série contre Queen’s, début janvier, histoire de repartir la deuxième session sur le bon pied.

«Selon moi, Queen’s a la quatrième ou cinquième meilleure au pays et on doit être à l’aise à l’extérieur, comme on devait l’être à domicile la saison passée pour le Canadien. Ça nous aidera, surtout que le défi dans notre conférence est plus grand en raison de la parité qu’on y retrouve. On s’est fait chauffer par Dalhousie, UNB est bon, on a été poussé à cinq manches contre Sherbrooke, on a mangé une volée à Montréal qu’on a battu chez nous. On avait une bonne équipe en première session, je pense qu’on peut en avoir une très bonne en deuxième moitié.»

Le Rouge et Or dispute un programme double contre UNB, vendredi (20h) et samedi (15h), tandis que l’équipe féminine (5-3) sera l’hôte de l’UQAM, vendredi (18h).