Devant plus de 2500 spectateurs réunis dans l’amphithéâtre du PEPS, dont certains très bruyants, le Rouge et Or et les Gaels de l’Université Queen’s (Kingston, Ont.) se sont livré un fort match de première ronde.

Volleyball: le Rouge et Or arrache la première

Dans une ambiance survoltée à l’Université Laval, le Rouge et Or a arraché la victoire en quarts de finale du championnat canadien, vendredi soir, en cinq manches. Il passe en demi-finale samedi, contre Trinity Western.

Devant plus de 2500 spectateurs réunis dans l’amphithéâtre du PEPS, dont certains très bruyants, le Rouge et Or et les Gaels de l’Université Queen’s (Kingston, Ont.) se sont livré un fort match de première ronde. Un affrontement de tous les instants où les chouchous de la foule ont été les plus efficaces, surtout en fin de manches, pour l’emporter 25-22, 23-25, 25-22, 23-25 et 15-12.

«Je suis super soulagé!» a lancé l’entraîneur-chef de l’UL Pascal Clément, après la victoire. «Gino [Brousseau, l’entraîneur adjoint] et moi, on a pris un coup de vieux! Je pense qu’on a les couilles pendantes... parce que ça prend des couilles pour revenir comme on l’a fait à quelques reprises, dont au troisième set», a affirmé Clément, un as de la formule-choc.

«C’est vrai qu’il y avait beaucoup d’attentes, avec la foule et tout, mais on a gagné et c’est tout ce qui importe», a pour sa part résumé l’attaquant étoile Vicente Parraguirre. «Je suis content pour ça et on passe à la prochaine. Dès ce soir, on va analyser nos adversaires de demain», a poursuivi l’auteur de 22 attaques marquantes, un sommet dans la rencontre.

Le Rouge et Or se mesure samedi (20h) aux Spartans de Trinity Western (Langley, C.-B.), deuxièmes favoris du tournoi et tombeurs vendredi 3-1 des Marauders de McMaster. Trinity Western a été champion canadien il y a deux ans et finaliste l’an dernier.

Un circuit en relève

Joueur du match dans le camp vainqueur, le passeur Ludovic Martin est entré en cours de match pour redonner vie à l’attaque. «Ludo est entré comme spécialiste et il nous a donné une bonne leçon. Il a scoré quand c’était le temps de scorer! Et c’est aussi ce qu’on a fait dans la cinquième manche, avec un taux de réussite de 50 % contre 28 % pour eux», a analysé Clément.

Le pilote a ainsi comparé Martin à «un frappeur de relève [au baseball] qui entre dans le match en septième manche et qui la met l’autre bord de la clôture».

Quant à la magie qui semble avoir encore une fois porté son équipe comme en 2013, lors de la dernière présentation du championnat canadien à Québec où sa troupe avait raflé les grands honneurs, le coach a tenu à préciser qu’il croit «plus à l’énergie du groupe qu’à la magie».

«Et je les ai mis en garde contre le fait d’être aveuglés par l’amitié qui règne dans notre équipe. On a une belle équipe, on l’a dit toute l’année. Mais au volleyball, ce n’est pas une question d’amitié, c’est une question de points. Et c’est ce qu’on avait ce soir», indique Clément.

L’autre demi-finale (18h) met aux prises les Bobcats de Brandon, équipe grande favorite du tournoi ayant éliminé les Carabins de Montréal 3-0 en première ronde, contre les Golden Bears de l’Alberta (Edmonton), classés cinquièmes à l’aube du championnat. La finale a lieu dimanche (16h).