V&O contre R et O: deux modes, deux mondes

Deux équipes dans des modes opposés s’affrontent dimanche, au stade de football de l’Université Laval. Pendant que le Rouge et Or est assuré du championnat de saison depuis déjà deux semaines et se prépare tranquillement à un autre long mois de novembre, le Vert & Or arrive de Sherbrooke armé de l’énergie du désespoir pour éviter de rater les éliminatoires une deuxième fois en trois ans. Notre journaliste Olivier Bossé constate que rien n’indique toutefois qu’on échappera à un nouveau massacre en règle au profit des locaux. Deux modes, deux mondes.

«On continue à avancer»

Le Vert & Or arrive d’une victoire, sa seule de la saison, suivie d’une semaine de repos. Semaine consacrée aux examens en classe, affirme l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte. Qui répète former des étudiants-athlètes, pas le contraire.

Les séances d’évaluation ont aussi été nombreuses sur le terrain dans le camp sherbrookois cette saison. La victoire de 14-13 contre McGill, alors que le Vert & Or menait 13-0 après trois quarts, en a offert une autre belle occasion. La bande à Lecompte a gagné le match, mais a perdu un éventuel bris d’égalité au différentiel de points entre les deux équipes.

«L’important était d’aller chercher la victoire. On a encore plusieurs choses à améliorer, on se regarde dans le miroir et on continue à avancer», indique le coach. Le destin de son club tient à ses deux dernières rencontres, dont la première s’annonce difficile à Québec, dimanche.

Surtout que malgré l’utilisation de trois passeurs différents depuis le début de la saison, son attaque n’a marqué que trois petits touchés en six parties. Sa production famélique de 82 verges par la passe en moyenne constitue de très loin la pire sur les 27 équipes au Canada.

Reste donc la course. «On a une ligne offensive qui fait du bon boulot, alors il faut bouger le ballon le mieux possible et garder les choses simples», résume le patron.

Cette tâche revient au demi à l’attaque de 6’2” et 215 livres Gabriel Polan, qui court droit devant. Une offensive unidimensionnelle que le Rouge et Or freinera à l’aide de la meilleure défensive contre la course au pays avec moins de 70 verges accordées au sol par rencontre.

Vrai que le Vert & Or a offert une véritable opposition au Rouge et Or lors de leur premier rendez-vous, il y a deux mois. Vrai que le sentiment d’urgence actuel à Sherbrooke pourrait faire ressortir le meilleur dimanche. Mais faux que ce sera assez pour contrer la grosse machine de l’UL passée en vitesse supérieure à l’approche de novembre.

«Ils vont donner leur meilleur effort»

Match facile, gagné d’avance, pas dans la même ligue. Glen Constantin entend tout cela et bien plus au moment d’affronter une équipe du Québec qui n’est pas Montréal.

«Le Vert & Or est un club qui a toujours démontré du caractère et de la fierté, même dans les moments difficiles. Je continue de croire qu’ils possèdent l’une des bonnes équipes dans notre ligue et qu’en pleine course aux séries, ils vont donner leur meilleur effort», croit l’entraîneur-chef du Rouge et Or.

Les gars de Sherbrooke n'ont pas offert de pointage serré au PEPS depuis la finale provinciale de 2010. C'était l'époque du duo quart-receveur formé de Jean-Philippe Shoiry et Simon Charbonneau-Campeau. Cette fois, on parle surtout du gros porteur de ballon Gabriel Polan comme principale arme offensive du Vert & Or.

Leur poste de quart est maintenant occupé par Conor Sinclair ou Joé Hudon, à défaut d’un Xavier Owens toujours blessé. De toute façon, les trois ont peu d’expérience universitaire. Tout le contraire du pivot de l’attaque du Rouge et Or. Hugo Richard achève sa cinquième et dernière campagne. Il devrait profiter du match pour établir quelques records et surpasser le plateau des 10 000 verges de gains par la passe.

Surtout qu’après un lent début de saison justement contre Sherbrooke, Richard et son unité roulent à plein régime avec au moins 400 verges gagnées dans chacun de quatre derniers matchs.

De l’autre côté du ballon, la défensive lavalloise n’a pas accordé plus de 250 verges à l’adversaire en un match encore cette année. Au cours des quatre dernières rencontres, l’autre équipe a à peine cumulé 40 verges par la course en moyenne.

L’absence probable pour un deuxième match de l’ailier défensif étoile Mathieu Betts, blessé au dos, pourrait se faire sentir, mais Constantin préfère compter sur lui à 100 % en novembre, surtout qu’une semaine de congé suivra ce dernier match au calendrier régulier du Rouge et Or.