L’entraîneur-chef du Rouge et Or ne tient pas la rencontre de dimanche pour acquise. «On se fait dire que ce sera un match facile, mais Sherbrooke démontre toujours du caractère, de la fierté», insiste Glen Constantin.

Rouge et Or: Constantin n’a rien à cacher

La possibilité d’affronter le Vert & Or de Sherbrooke dans ses deux prochains matchs, dont la demi-finale de conférence, n’affecte en rien l’approche du Rouge et Or en vue de l’affrontement de saison de dimanche.

«On n’a rien à cacher!» a affirmé Glen Constantin, jeudi midi, lors de son dernier point de presse hebdomadaire du calendrier régulier. «On n’est pas rendus à cacher des jeux pour plus tard. On va jouer notre style de football et continuer à progresser», assure le grand manitou du club de football de l’Université Laval.

La possibilité d’un duel éliminatoire entre Laval et Sherbrooke en première ronde pour une deuxième année consécutive est bien réelle. Le Vert & Or (1-5) et les Redmen de McGill (1-5) luttent pour la quatrième position au classement et la dernière entrée en séries du football universitaire québécois.

Tout se jouera sur leur affrontement respectif contre les Stingers de Concordia (2-4), que McGill rencontrera ce samedi et Sherbrooke la semaine suivante. Autrement, les chances de victoire de Sherbrooke cette semaine contre Laval (7-0) et de McGill en huit contre les Carabins de Montréal (5-2) sont de très faibles à nulles.

«Personne ici ne parle de Concordia! Ni les entraîneurs ni les joueurs», martèle de son côté l’entraîneur-chef des visiteurs de dimanche au stade de l’Université Laval, Mathieu Lecompte. «Il y a juste les journalistes qui me parlent de ça! Mais nous, on n’est pas rendus là. On a un match à Québec dimanche et c’est là-dessus qu’on se concentre. On pensera à Concordia quand ce sera la semaine du match contre Concordia», tranche-t-il.

Reste que le Vert & Or accueillera les Stingers à Sherbrooke, là où la bande à Lecompte obtient ses meilleurs résultats. Sa seule victoire de la saison contre McGill (14-13) a été arrachée à domicile, la semaine dernière. C’est aussi en Estrie que le Vert & Or a donné du fil à retordre au Rouge et Or en ouverture du calendrier régulier, dans une victoire de 14-1 des visiteurs lavallois.

«On se fait dire que ce sera un match facile, mais Sherbrooke démontre toujours du caractère, de la fierté», insiste Constantin.

Forces et faiblesses

Puis de souligner les forces de son prochain adversaire : bonne ligne offensive, attaque au sol doté du «meilleur porteur de ballon qu’on a à affronter dans notre conférence», Gabriel Polan, et une défensive plus que respectable qui a accordé 91 points de moins que Concordia en six matchs.

Difficile toutefois de passer sous silence les difficultés du Vert & Or. Son unité offensive n’a jusqu’ici produit que trois touchés en six matchs, dont un seul par la passe. À titre comparatif, l’attaque du Rouge et Or a inscrit 24 touchés en sept rencontres, dont 16 par la voie aérienne.

L’unité offensive de l’UL n’avait pourtant pas inscrit de majeur contre Sherbrooke, le 24 août dernier. Dans une performance collective de 222 verges d’attaque nette, sa pire de la saison.

Une «baisse de régime» momentanée que Constantin attribue en partie à son vétéran pivot Hugo Richard, «parce que l’attaque part du quart-arrière», lui qui a depuis connu «une saison exceptionnelle», souligne le coach.

Il s’agira d’ailleurs d’un dernier match de saison régulière pour Richard dans les rangs universitaires. Ce qui devrait lui permettre d’établir le record de conférence pour les passes de touché en carrière, il est à un du sommet de 68, et de devenir le troisième passeur à atteindre le plateau des 10 000 verges.

Mathieu Lecompte, entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke

+

Bâtir sur des victoires... morales

«À notre premier match de la saison contre le Rouge et Or, on a dominé dans toutes les catégories statistiques, sauf au pointage! On n’était pas ressortis avec la victoire [14-1], mais on pouvait être satisfaits de la manière dont on s’était présentés.»

Mathieu Lecompte ne se cache pas la tête dans le sable. Il sait que les chances de son Vert & Or de l’emporter dimanche au stade du PEPS sont plus que faibles. 

Mais l’entraîneur-chef du club de Sherbrooke détient aussi quelques éléments en mains pour convaincre ses joueurs qu’ils ont toutes les raisons de pouvoir bien figurer.

Temps de possession (34:12 contre 25:48), premiers jeux (16 contre 11), verges au sol (117 contre 103), verges d’attaque nette (235 contre 222) : voilà autant de victoires morales acquises face au Rouge et Or sur lesquelles les Sherbrookois veulent bâtir. En plus de leur récente victoire, leur première, arrachée 14-13 contre McGill, où le Vert & Or dominait 13-0 après trois quarts.

«Pas de doute qu’on affronte une bonne organisation et une équipe plus expérimentée que la nôtre», tempère Lecompte, à propos de ses hôtes de dimanche. Car leur précédent rendez-vous date quand même de deux mois. Et avec une attaque rodée et qui semble avoir trouvé sa vitesse de croisière, la réponse lavalloise pourrait cette fois être plus cinglante.

Car si le Vert & Or a habitué le Rouge et Or à une solide opposition sur son gazon naturel de Sherbrooke, l’histoire est toute autre à Québec. Là où le dernier match serré entre les deux équipes, c’est-à-dire soldé par un écart inférieur à trois touchés ou 21 points, remonte à 2010.

Peu importe l’identité du quart-arrière que Lecompte enverra dans la mêlée. Attendez-vous surtout à voir le costaud Gabriel Polan courir avec le ballon. «Notre ligne à l’attaque fait du bon boulot, alors on devra bouger le ballon et garder les choses simples.»