La joueuse de rugby Justine Pelletier et le footballeur Mathieu Betts ont été élus, jeudi, étudiants-athlètes par excellence du Rouge et Or de l’Université Laval pour la saison 2017-2018.

Pelletier et Betts à l'honneur au Gala Rouge et Or

Mathieu Betts devient un habitué, mais Justine Pelletier a écrit une première, jeudi soir. Les deux membres de la grande famille Rouge et Or ont été nommés étudiants-athlètes par excellence à l’Université Laval pour la saison 2017-2018.

Leur uniforme n’avait pas de numéro, mais les quelque 450 athlètes de l’UL se sont mis sur leur 36 pour profiter ensemble du 67e Gala Rouge et Or, présenté au PEPS.

Pelletier est devenue la première joueuse de rugby à recevoir pareil honneur. Elle s’est avérée la leader d’une formation qui a connu la meilleure saison de son existence. Le Rouge et Or a décroché la médaille d’argent lors du Championnat canadien U Sports, au terme duquel Pelletier a été nommée sur l’équipe d’étoiles, exploit aussi acquis pendant la campagne au niveau national.

L’athlète de Rivière-du-Loup a souligné l’apport de ses coéquipières, pendant ses remerciements sur scène et ensuite devant les journalistes. «Le rugby, ça se joue à 15 sur le terrain et ça se joue à 30 en dehors», a souligné la demi de mêlée. «Je suis vraiment fière, parce que c’est un prix pour mon équipe qui a travaillé fort toute l’année.» Jeudi, elle a été préférée à la coureuse Aurélie Dubé-Lavoie, nommée athlète par excellence en sport individuel la semaine dernière.

Pour Pelletier, il est «vraiment» spécial d’être la première joueuse de rugby à triompher. «Ça prouve que le sport s’améliore. Que le rugby à Laval s’améliore. C’est bon pour la suite, c’est bon pour le programme. On veut que les filles qui sortent de Laval aient des chances pour l’équipe canadienne», ajoute celle qui participera justement à un camp de sélection de la formation nationale à Kingston, en mai.

Sixième doublé

La «médaille d’argent» de Betts — une défaite en finale de la Coupe Vanier — a peut-être eu un goût plus amer, mais ça n’a pas effacé son brio de la saison dernière. Meilleur joueur de ligne au pays pour la deuxième fois de suite, Betts est déjà mentionné près des lettres NFL. En étant préféré au golfeur Baptiste Mory jeudi soir, il a remporté le titre pour une deuxième année consécutive.

«On ne peut pratiquement pas avoir plus grand honneur que ça, d’être reconnu par son université», a affirmé le rapide colosse. «Tu ne peux pas t’habituer à des choses comme ça.»

Jeudi, il est devenu le sixième à réussir ce doublé, après Charles Philibert-Thiboutot (2014 et 2015), Sophie Simard (2001 et 2002), Marlène Taliana (1999 et 2000), Claude Lessard (1995 et 1996) et Odette Lapierre (1985 et 1986).

Recrues au pas de course

Les titres de recrues de l’année ont par ailleurs été l’affaire de la formation d’athlétisme.

Chez les femmes, la bien nommée Jessy Lacourse a été la favorite du jury, sélection incontournable en raison, entre autres, de ses quatre médailles d’or au championnat provincial (RSEQ). Jeudi soir, elle a été préférée à sa coéquipière Anne-Marie Comeau — désormais mieux connue pour avoir participé aux Jeux olympiques de PyeongChang en ski de fond — et à la joueuse de soccer Dominique Fortin.

Chez les hommes, Jean-Simon Desgagnés a imité Lacourse. Recrue de l’année canadienne en cross-country, il a aussi remporté deux médailles d’or (3000 mètres et 4 X 800 mètres) au championnat provincial d’athlétisme. Le nageur Alexandre Cayot et le footballeur David Côté étaient aussi en lice.

«Ça prouve que le programme d’athlétisme et de cross-country attire des bons jeunes», a commenté l’enthousiaste Lacourse sur ce double triomphe. «Il y en a beaucoup qui ont quitté aux États-Unis au fil des années. Mais présentement, on crée un bon bassin d’athlètes, ce qui fait en sorte que d’autres veulent rester.»

EN BREF

Malchance et persévérance

Dante Djan est membre du Rouge et Or football, mais son nom ne vous dit peut-être rien. La faute à une terrible malchance. Mais vous apprendrez bientôt à le connaître. Grâce à sa persévérance. Transfert de l’Université StFX en 2016, Djan participe alors à son premier camp d’entraînement avec l’Université Laval après avoir raté presque toute la saison précédente en raison d’une blessure. Mais voilà que le destin frappe de nouveau, à quelques jours du début de la campagne. Une luxation complète du genou laisse croire à la fin de sa carrière. Mais Djan fera vraisemblablement mentir les spécialistes. Malgré les embûches, plusieurs chirurgies et des mois de réhabilitation, le centre-arrière s’apprête à revenir au jeu l’automne prochain. Sa détermination lui a valu jeudi soir le Prix de l’équipe médicale.

-----

Médailles et moyenne de 4,04

Le prix Jean-Marie De Koninck du mérite académique est revenu à Geneviève Gagné, étudiante en physiothérapie et membre de l’équipe d’athlétisme. Médaillée d’argent au saut en hauteur du championnat provincial, elle a aussi remporté le bronze au pentathlon des championnats U Sports. Mais c’est surtout sa moyenne de 4,04 sur 4,33 qui lui a valu de monter sur l’estrade, jeudi. «Je mets beaucoup d’efforts à concilier le sport et les études. C’est vraiment important pour moi de performer dans les deux. Ça concrétise les efforts que j’ai mis. Je suis vraiment heureuse», a commenté Gagné qui amorcera sa maîtrise en septembre, toujours en physiothérapie. Anne-Marie Gauthier (athlétisme), William Dumas (ski de fond) et Béatrice Guay (badminton) avaient aussi une chance de repartir avec le prix.