Le Rouge et Or a puisé dans sa liste de jeux spectaculaires contre les Redmen de McGill. Benoit Gagnon Brousseau a choisi de bondir au-dessus de la défensive montréalaise.

McGill 7/Laval 53: une vraie raclée aux Redmen

Dominants en attaque et parfaits en défensive, le Rouge et Or n’a donné aucune chance aux Redmen, dimanche après-midi, au Stade TELUS-Université Laval. Inspirée par Hugo Richard qui a lancé quatre passes de touché, et Mathieu Betts qui a réussi deux sacs du quart lui permettant d’égaler le record du RSEQ (31,5), l’UL a décroché une victoire de 53 à 7, la 30e de leur histoire face à McGill, dans un match qui lui, ne passera pas à l’histoire.

«On s’attendait à une meilleure opposition des Redmen», a avoué l’entraîneur-chef Glen Contantin qui savourait sa 169e victoire à la tête du Rouge et Or, le deuxième plus haut total dans l’histoire du football universitaire canadien. «Mais je crois que l’on peut quand même progresser dans ce genre de matchs. Ce n’est pas toujours l’opposition qui nous permet de le faire, mais c’est aussi comment on fait les choses. Et en général, je trouve que l’on a progressé.»

Satisfait de la performance de ses hommes, le coach lavallois a quand même mentionné que son équipe n’avait pas été parfaite. Il a parlé de quelques blitz qui n’avaient pas bien été exécutés, de quelques mauvaises protections et de pénalités que les unités spéciales auraient dû éviter. Il a ajouté que ses hommes devaient ««serrer» leurs bons coups et qu’ils devaient comprendre qu’ils avaient encore des choses à corriger. «Le mot d’ordre c’est de progresser. Il faut maintenant regarder le film du match afin d’améliorer les choses qui doivent l’être.

«Ce qui j’ai beaucoup aimé aujourd’hui [dimanche], ce ne sont pas nécessairement les gros jeux comme tels. Ce sont les poussées soutenues que nous avons eues. Offensivement, ç’a été d’avoir des lancées de sept ou huit jeux, 70 verges. Ça, pour moi, ce n’est pas de la chance, c’est vraiment de la bonne exécution. Défensivement ce que j’ai aimé c’est notre caractère. À au moins quatre ou cinq reprises, après des revirements, nous avons été placés dans des positions difficiles sur terrain, mais les gars ont bien réagi. Et la couverture de bottés a été assez exceptionnelle aussi.»

Signé Hugo Richard

La journée de travail d’Hugo Richard n’aura été que de 30 minutes face aux Redmen. Cette présence écourtée ne l’aura cependant pas empêché d’imposer son rythme à l’attaque lavalloise. Des 30 passes qu’il a tentées, le numéro 4 en a réussi 28 pour des gains 362 verges. Un total qui a permis à l’attaque Lavalloise de réussir 22 premiers jeux et d’inscrire 45 points, les huit autres ayant été marqué sur des touchés de sûreté au premier quart. La victoire étant dans la poche et le Rouge et Or voulant minimiser les risques de voir son vétéran tomber au combat à cause d’une blessure, il a gardé son vétéran quart sur le banc en seconde demie.

Appelé en renfort, Samuel Chénard a bien mal amorcé son match en échappant sa première remise. Un peu plus tard, il a été victime d’une interception. Il a néanmoins terminé sa journée de travail avec six passes complétées en 12 tentatives pour des gains de 154 verges.

Constantin a indiqué que «c’est important pour nous d’avoir un réserviste qui a de l’expérience et qui a un peu de millage. Notre décision était bonne pour nos deux quarts.»

+

UN RECORD À LA PORTÉE DE BETTS

Auteur de deux sacs face aux Redmen, il en totalise maintenant 31,5, Mathieu Betts trône dorénavant au sommet du classement du RSEQ pour le plus grand nombre où il a rejoint Jim Aru des Golden Gaels de Queen’s (1994-1998) de sacs du quart en carrière. Avec quatre matchs à jouer en saison régulière, le numéro 9 lavallois aura donc de très bonnes chances de prendre seul le premier rang du classement.

«C’est sûr que c’est une fierté, ça va de soi», a avoué Betts. «Dans le moment présent cependant, ce que l’on a on à nos yeux c’est de progresser en tant qu’équipe surtout que l’on amorce une courte semaine d’entraînement, on joue contre Concordia samedi. Mais je serais content de pouvoir battre le record. Comme ailier défensif, notre rôle c’est de mettre de la pression sur le quart-arrière. Alors je vais espérer être capable de contribuer à ce niveau-là. En réalisant moi-même des sacs ou en attirant les protections offensives vers moi pour que les autres joueurs de ligne en fassent. Et si ça arrive, je vais être satisfait.»

Richard grimpe

Dominant au poste de quart, il a notamment réussi 13 passes consécutives, Hugo Richard est un autre porte-couleurs du Rouge et Or qui va obliger les statisticiens du RSEQ à réécrire certains extraits du livre des records du football québécois. Le touché qu’il a marqué sur sa course de deux verges au premier quart était son 28e en carrière ce qui lui a permis de s’emparer du cinquième rang du classement provincial devant Rontrand Sené des Carabins. Il a aussi profité de la rencontre pour porter son total de passes de touché à 59 ce qui lui vaut le quatrième échelon du classement devant Mathieu Bertrand.

«Ç’a été une bonne journée individuellement», a indiqué le vétéran de cinquième année. «Mais je suis vraiment content de l’équipe. Il y a des matchs où il y a eu des échappées. Aujourd’hui en début de rencontre, j’ai quelques passes qui n’étaient pas nécessairement bien cadrées, les receveurs sont allés les chercher et ils ont fait de beaux attrapés. C’est du donnant donnant. Je pense que tout le monde a bien répondu. On a bien bougé le ballon. On est vraiment content de notre performance en attaque du début à la fin.»

Questionné si le fait d’être à neuf passes de touché du record de tous les temps du RSEQ avec encore quatre rencontres à jouer en saison régulière allait lui trotter dans la tête, Richard a indiqué qu’il n’était absolument pas au courant de cette statistique. «Alors je dirais que non».

De son côté, Justin Ethier, le coordonnateur en attaque ne cachait pas sa satisfaction à la suite de la victoire des siens. Presque à chacune de ses présences sur le terrain, son offensive a gagné des verges, elle a bien fait bouger le ballon.

«On a vraiment suivi le plan de match», a analysé Ethier. On a eu une très bonne exécution, de très bonnes distributions de ballon donc je suis fort satisfait. Oui ç’a été par l’attaque aérienne, mais des fois, il arrive que l’on ait des jeux d’option et c’est ce que McGill nous donnait. Les Redmen c’est une bonne défensive. Les gens vont dire que nous n’avions pas d’opposition, mais moi je trouve que l’on a extrêmement bien joué comme équipe.» Jean-François Tardif

Auteur de deux sacs face aux Redmen — il en totalise maintenant 31,5 —, Mathieu Betts (9) trône dorénavant au sommet du classement du RSEQ pour le plus grand nombre où il a rejoint Jim Aru des Golden Gaels de Queen’s (1994-1998) de sacs du quart en carrière.

+

LE MATCH EN CHIFFRES

Le Rouge et Or a complètement éclipsé les Redmen comme en font foi les statistiques du match de dimanche. En attaque, Laval a obtenu des gains totaux de 516 verges contre 129 pour McGill. Le Rouge et Or a réussi 27 premiers jeux contre sept pour les Redmen. Au sol, Alexis Côté a porté le ballon 12 fois et il a amassé 60 verges. Hugo Richard a marqué un touché. Jonathan Breton Robert a capté huit passes pour des gains de 84 verges. Il a inscrit un touché. Mathieu Robitaille, Vincent Breton Robert, Alexandre Savard (2) ont inscrit les autres majeurs des gagnants. En défensive, Mathieu Betts a été le meilleur du Rouge et Or avec quatre plaqués, dont deux sacs du quart. Adam Auclair en a réussi 3,5. Le match a été présenté devant 12 998 amateurs. Jean-François Tardif

+

LE PLUS SPECTACULAIRE

BREVE-texte: De tous les touchés du Rouge et Or dimanche, Mathieu Robitaille a de loin réussi le plus spectaculaire. Après avoir capté la passe de Samuel Chénard à sa ligne de 21 verges, il a traversé le terrain pour se rendre dans la zone des buts de McGill. «Quand tu entends ton numéro callé avant le jeu, tu es content», a lancé le numéro 82. «Tu veux tout le temps ça, avoir le ballon dans la main. Et je pense que les astres étaient alignés pour moi. Il y a eu un blitz en même temps. J’ai attrapé le ballon, j’ai vu que le trou était là et j’ai plongé là-dedans. Alors je me suis dit qu’il fallait que je coure le plus vite possible pour ne pas me faire rattraper. Une longue course, c’est spectaculaire. Je pense que c’est un de mes plus beaux touchés à Laval.» Jean-François Tardif

+

AU DEUXIÈME RANG

Glen Constantin figure maintenant au deuxième rang du classement pour le plus grand nombre de victoires en carrière au football universitaire canadien (saison régulière et séries). Le gain de ses hommes face aux Redmen était son 169e en carrière, soit le même nombre que Larry Haylor (Western Ontario de 1984 à 1991 et 1996 à 2006) au deuxième rang. Le coach lavallois s’est aussi approché à seulement 27 victoires record (196) qui appartient à Brian Towriss (Huskies de la Saskatchewan,1984 à 2016). Jean-François Tardif