Thomas Bolduc (à gauche) a complété 12 de ses 25 passes pour 156 verges de gains par la passe et 8 verges par la course.

McGill 17/Laval 37: le Rouge et Or remonte en lion et l’emporte

Le Rouge et Or de l’Université Laval et son nouveau quart arrière partant Thomas Bolduc l’ont emporté 37 à 17 contre l’Université McGill dimanche au Stade Telus après avoir tiré de l’arrière durant la majeure partie de la première moitié du match.

«Ce n’est pas le genre de départ qu’on voulait avoir, je trouvais ça "flat" au début. En deuxième demie, on a vu qu’ils ne couraient pas le ballon, alors on a joué avec quatre ailiers au centre», a résumé l’entraîneur-chef Glen Constantin après la partie.

L’égalité de 17 à 17 à la demie ne réjouissait pas Constantin, qui avait deux mots à dire à ses protégés durant l’entracte. Le discours a vraisemblablement porté puisque le Rouge et Or a entamé la deuxième demie en lion et contrôlé le jeu jusqu’à la fin. 

Une interception d’Alec Poirier suivie d’une course de 49 verges a d’abord mené les locaux à la porte des buts et débouché sur un placement de David Côté. Poirier, comme une bonne partie de 14 169 spectateurs qui prenaient place au Stade Telus, pensait qu’il était en ligne directe vers un touché sur ce jeu qui a néanmoins été un moment décisif du match.

«Ah... Je courais, (Pearce Dumay) m’a rentré dans les jambes, j’ai essayé de l’éviter et j’ai sauté», a résumé Poirier à propos de sa chute à six verges de la zone payante. «Ça aurait été "l’fun", un touché, mais à la fin, une victoire c’est une victoire!»

Alors que McGill a donné du fil à retordre en première demie, le Rouge et Or a entamé la deuxième demie en lion et contrôlé le jeu jusqu’à la fin.

Lavoie bloque encore

La défensive et les unités spéciales ont ensuite fait le travail pour Laval : sac du quart suppléant Jacob Samuels par Souleymane Karamoko, botté bloqué par William Lavoie se terminant en touché de sûreté et le Rouge et Or prenait cinq points d’avance.

Pour Lavoie, c’était un second bloc en autant de matchs, lui qui a aussi porté le ballon pour huit verges. «Je pense que c’est le meilleur match de l’année pour les unités spéciales. Dans mon cas, je ne fais qu’exécuter ce que Mathieu (Bertrand, entraîneur des unités spéciales) m’enseigne. J’aime aussi être plus impliqué en offensive. Ça fait du bien, cette première portée. Ça casse la glace», a-t-il commenté.

Un autre placement et un autre touché de sûreté plus tard et l’avance du Rouge et Or était de dix points. C’est Félix Garand-Gauthier, avec son deuxième majeur du match sur une course à la porte des buts, qui est cependant vraiment venu briser les reins de ceux qu’on appelait autrefois les Redmen.

Garand-Gauthier, un receveur inséré, reçoit le ballon sur les jeux près de la ligne des buts depuis le début de la saison. «Les gars qui bloquent devant moi en ont fait encore plus que moi», a déclaré humblement le numéro 5. «J’aime vraiment ça porter le ballon. J’ai joué longtemps comme quart-arrière, alors ce n’est pas un problème, les réceptions», poursuit-il à propos de ce boulot dont l’ex-quart Hugo Richard s’acquittait par le passé.

Fil à retordre

Ceux qu’on appelait autrefois les Redmen avaient donné du fil à retordre au Rouge et Or en première demie. Le quart Dimitrios Sinodinos y est allé d’une passe de 54 verges à l’ancien des Élans de Garneau Mathieu Soucy pour le premier touché des siens un peu plus d’une minute après le début de la partie.

Les visiteurs ont dû concéder un touché de sûreté quelques minutes plus tard, mais sont revenus avec un autre majeur quand Sinodinos a passé sur 18 verges à Dumay. 

La marque était de 14 à 2 après la transformation de Findlay Brown, mais le Rouge et Or a ensuite amorcé sa remontée. Placement de David Côté en fin de premier quart, interception de Kean Harelimana qui a mené au premier touché de Garand-Gauthier et un autre touché de sûreté accordé par McGill qui a porté la marque à 14-14. Les deux équipes se sont ensuite échangé des placements de sorte que la marque était toujours égale à la demie. 

Opportunités

«Quand on joue contre une équipe comme ça, on ne peut pas leur donner le ballon. Et quand notre exécution a commencé à avoir des ratés, on leur a donné des opportunités», a commenté l’entraîneur des vaincus, Ronald Hilaire à propos des difficultés des siens en deuxième demie.

«Ça n’existe pas, des victoires morales, mais ça existe, des défaites où on va apprendre et grandir. Je crois que c’était ce genre de défaite aujourd’hui, d’autant plus que le score final n’est pas quelque chose de fou», a conclu Hilaire.

+

DES DÉBUTS HONNÊTES POUR THOMAS BOLDUC

Thomas Bolduc

Ceux qui s’attendaient à une performance dans la veine de celle de l’ex-quart-arrière Hugo Richard à son premier match à sa sortie des rangs collégiaux auront été déçus. À son baptême comme partant avec le Rouge et Or, le jeune quart Thomas Bolduc a tout de même livré une performance honnête qui n’a pas déçu son entraîneur. 

«Il faut que tu comprennes qu’il était devant 14 000 spectateurs. Je suis content de Thomas. Satisfait est un grand mot, car il a fait des erreurs de jeunesse qu’on s’attendait qu’il fasse», a résumé Glen Constantin après la victoire contre McGill.

Bolduc a complété 12 de ses 25 passes pour 156 verges de gains par la passe et 8 verges par la course, mais est toujours à la recherche de son premier touché. En 2014, Richard avait complété 23 passes sur 31 pour 371 verges, marqué trois touchés et ajouté 24 verges par la course contre les Carabins de l’Université de Montréal.

«Hugo avait eu un premier match extraordinaire, mais après, il en avait aussi eu des moins bons. Dans le cas de Thomas, c’est loin d’être la pire performance pour un quart recrue que j’aie vue dans ma carrière», a résumé Constantin, qui était heureux de voir son protégé tenter de longues passes et ne pas être victime de revirements.

Transition

Le principal intéressé, lui, constatait la transition entre les niveaux collégial et universitaire. «C’est la meilleure défensive que j’aie affrontée de ma vie. Le défi, pour moi, était de m’ajuster à la vitesse du jeu et de la défensive. J’aurais aussi pu faire des passes plus précises», a-t-il déclaré.

«De jeu en jeu, j’ai commencé à prendre mon rythme et je n’ai pas changé mon jeu quand on tirait de l’arrière. Je suis tellement bien entouré, je ne me suis pas mis de pression», a-t-il poursuivi.

Le père du jeune quart, André Bolduc, entraîneur des demis à l’attaque des Alouettes de Montréal, était dans les gradins pour assister aux débuts de sa progéniture sur le terrain. «Il m’a simplement dit bonne chance avant le match. On va jaser après la partie», a ajouté le numéro 9 du Rouge et Or.

Même l’entraîneur adverse, Ronald Hilaire, avait de bons mots pour Bolduc. «C’est un jeune quart et on pouvait voir que c’était son premier match. Cependant, il a du talent et je sais qu’il va s’améliorer au fil des "games" », a déclaré le pilote de l’équipe de football de McGill.

+

LE NOM QU'IL NE FAUT PAS PRONONCER

Difficile de faire disparaître les Redmen, le nom «politiquement incorrect» des équipes sportives de l’Université McGill jusqu’au début de la présente saison, du paysage du football universitaire. En attendant qu’un nouveau nom soit choisi, les équipes masculines n’en portent aucun alors que les équipes féminines conservent la dénomination de Martlets. 

L’annonceur maison du Rouge et Or, Christian Côté, s’était amusé de la situation en début de partie en qualifiant McGill «d’université dont je ne peux pas dire le prénom» avant de «s’échapper» à quelques reprises durant le premier quart en parlant des visiteurs comme des Redmen. Il a cependant reconnu son erreur au microphone, avouant qu’il se doutait bien qu’il allait se tromper lors de ce premier match de McGill au Stade Telus cette année... 

+

UN SEUL BOTTEUR EN UNIFORME

Pour la première fois depuis près de trois ans, le Rouge et Or n’avait qu’un seul botteur en uniforme dimanche, une décision du personnel d’entraîneurs. David Côté, qui effectue normalement seulement les bottés de précision, se chargeait aussi des bottés de dégagement et d’envoi qui étaient jusque là confiés à Dominic Lévesque. L’augmentation de la charge de travail n’a pas nui à Côté, qui a égalé un sommet personnel avec cinq placements dans le match. «Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait les trois bottés et j’ai aimé ça, car ça m’amène à être plus souvent sur le terrain. Je suis à l’aise avec ça et c’est stimulant. Pour les dégagements, je crois avoir bien distribué le ballon étant donné que ça faisait trois ans que je n’en avais pas fait. J’en ai raté un, mais dans l’ensemble je suis satisfait», a-t-il résumé. 

+

UNE PREMIÈRE POUR BIRON

Thomas Bolduc n’était pas le seul à toucher le terrain pour la première fois avec le Rouge et Or dimanche. Le receveur de passes recrue Douglas-Surf Biron, un ancien du Campus Notre-Dame-de-Foy, a capté deux passes de Bolduc pour 31 verges à son premier match universitaire. «Je pense être sur la même page que Thomas. Il me fait bien paraître et je le fais bien paraître», a résumé Biron. «Comme Thomas était un adversaire l’an passé au football collégial, on n’était pas nécessairement des amis, mais on commence à bien se connaître depuis le début de la saison», a-t-il ajouté.