La mère de Marco Dubois, Sylvie, semblait particulièrement fier de son fils, qui s'apprêtait à mettre sur sa tête la casquette du Rouge et Noir d'Ottawa, qui l'a repêché en deuxième ronde du repêchage de la LCF, jeudi soir.

Marco Dubois repêché par le Rouge et Noir

Marco Dubois passe du Rouge et Or au Rouge et Noir. Premier Québécois choisi au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF), jeudi soir, le grand receveur de l’Université Laval a été sélectionné en deuxième ronde et au 13e rang par Ottawa.

Ses coéquipiers Simon Gingras-Gagnon (Toronto, 35e), un centre-arrière, Tyrone Pierre (Winnipeg, 41e) et Étienne Moisan (Montréal, 51e), deux receveurs, ont aussi trouvé preneur dans les six premières des huit rondes.

Cette sélection hâtive constitue une surprise dans le cas de Dubois, considérant que le gaillard de 6’4” et de 217 livres originaire de LaSalle n’a que très peu été utilisé comme partant comme receveur dans les rangs universitaires. Ce sont davantage ses performances au sein des unités spéciales qui ont braqué les projecteurs sur lui.

«Je suis prêt à jouer dans cette ligue-là demain matin!» s’est-il néanmoins exprimé, après avoir entendu son nom sortir de la bouche du commissaire Randy Ambrosie, sur les ondes de RDS.

Dubois, Gingras-Gagnon, Moisan et plusieurs coéquipiers du Rouge et Or, des membres de leurs familles, l’entraîneur-chef Glen Constantin et quelques anciens joueurs de l’UL étaient réunis dans un restaurant de Sainte-Foy pour suivre le repêchage.

Constantin révèle que Dubois n’était d’abord même pas inscrit sur la liste des joueurs admissibles au repêchage, un détail technique par chance vite corrigé!

Le coach avait ensuite dû vendre son joueur aux équipes de la LCF pour seulement lui permettre de participer au camp d’évaluation régional de Montréal, en mars. Où Dubois avait épaté, puis encore au camp d’évaluation national, deux semaines plus tard, à Winnipeg.

Un receveur d’abord

«On parle beaucoup de mes habiletés pour les unités spéciales, mais il ne faut pas oublier que je suis un receveur de passes, à la base. J’ai été un peu sous-estimé dans ce repêchage-là et j’ai maintenant tout à prouver pour faire ma place à cette position», a-t-il expliqué, disant avoir senti le courant passer entre les représentants du Rouge et Noir et lui lors de son entrevue du camp d’évaluation national.

Coiffé de sa casquette rouge avec le gros R du Rouge et Noir, Dubois avait fière allure. Merci à son cousin Sandro, qui s’était pour l’occasion procuré les casquettes des neuf équipes de la LCF pour s’assurer du meilleur effet lors de l’annonce.

Dubois estime que sa venue dans la capitale fédérale n’est pas étrangère aux tractations de son ancien coéquipier du Rouge et Or et ami Jean-Philippe Bolduc. Le demi défensif du Rouge et Noir, qu’il qualifie de mentor, a fait sa promotion auprès des dirigeants du club pro.

Il retrouvera aussi là-bas une idole en Julian Feoli-Gudino, un receveur éloigné comme lui qu’il a vu jouer et a admiré lors de ses années à l’Université Laval.

Constantin ajoute que le meilleur football de Dubois est devant lui et qu’avec sa taille et ses aptitudes physiques, l’athlète de 23 ans n’a pas encore atteint son plein potentiel.

Gingras-Gagnon, lui, ne songeait même pas à peut-être un jour jouer pro il y a à peine deux mois. «Ça n’avait jamais été dans mes plans jusqu’au camp d’évaluation, où c’est devenu une possibilité. Je voulais être repêché, mais ça dépasse mes attentes», a résumé la recrue des Argonauts.

Chapman premier choix

Le tout premier choix, par les Tiger-Cats de Hamilton, a été le receveur Mark Chapman, de l’Université Central Michigan.

Les trois premiers choix ont été dégotés dans la NCAA et cinq joueurs de ligne offensive sont sortis parmi les six premiers choix, sept sur neuf en première ronde.

Pour la première fois depuis 2013, aucun joueur du football universitaire québécois n’a été sélectionné en première ronde.