De gauche à droite: Samuel Chénard, David Pelletier et Jean-Philippe Cordero

Lutte à quatre pour le poste de quart-arrière partant du R et O [VIDÉO]

Après avoir réécrit le livre des records du programme de football de l’Université Laval, le quart-arrière vedette Hugo Richard porte maintenant l’uniforme des Alouettes de Montréal. Pendant ce temps, Samuel Chénard, David Pelletier et les nouveaux venus Thomas Bolduc et Jean-Philippe Cordero sont les quatre prétendants qui se livrent une lutte plus fraternelle que fratricide au camp d’entraînement du Rouge et Or afin de succéder au légendaire numéro 4.

Comme il était le quart suppléant au cours des dernières saisons et qu’il en est à sa dernière année d’admissibilité, plusieurs voient Chénard comme le successeur désigné de Richard. Le footballeur de 24 ans ne s’assoit cependant pas sur ses lauriers. «J’ai toujours travaillé très fort depuis quatre ans et je fais la même chose cette année, comme quand j’étais derrière Hugo. Je me suis entraîné fort pendant les quatre dernières saisons et c’est la même chose cet été», a-t-il déclaré au Soleil vendredi après la première séance d’entraînement du Rouge et Or.

«On apprend de chaque personne avec qui on joue alors, oui, j’ai appris d’Hugo. Mais maintenant, il est également temps, comme joueur de cinquième année et David comme joueur de troisième année, d’aider les nouveaux avec le cahier de jeux, de les accompagner pour qu’ils soient prêts à embarquer sur le terrain en cas de besoin », ajoute Chénard, précisant que la lutte à quatre est plutôt amicale. «Le football, c’est un travail d’équipe, alors j’essaie de donner au suivant», ajoute celui qui avait vu Richard et Marc-Antoine Langevin le prendre sous leur aile à son arrivée avec l’équipe.

Les lectures, les pas, l’exécution, Chénard planche sur tous les aspects de son jeu à l’approche d’une saison où il pourrait enfin être le numéro un. Et même s’il attend sa chance depuis plusieurs années, il dit ne pas ressentir de stress particulier. «Je dirais que c’est plutôt du plaisir, j’ai hâte de jouer. Je suis un gars de Québec et j’ai toujours suivi le Rouge et Or depuis l’époque où j’étais petit avec mes parents.»

Pelletier motivé

Pendant ce temps, Pelletier est loin de laisser son aîné gagner par défaut. «Quand Hugo est parti, je savais qu’il y avait un poste disponible. Après trois ans, moi aussi je pense que je peux avoir le poste», déclare-t-il, confiant. «Ici, au camp, les quatre quarts peuvent «starter», alors tout le monde est «all out»», poursuit-il, ajoutant que sa connaissance du livre de jeux de l’équipe est un atout pour lui. «Je sais que Samuel a plus d’expérience en situation de matchs. Par contre, c’est du football et il ne faut pas oublier que moi, je m’entraînais toujours avec la meilleure défensive, dont (le demi défensif) Mathieu Betts», poursuit-il.

Il faut aussi dire que Pelletier et Chénard se connaissent bien, étant tous les deux issus du programme collégial du Campus Notre-Dame-de-Foy. «On se connaît depuis plusieurs années et la relation est très bonne entre nous. En fait, les quatre gars, on travaille ensemble et on s’entend très bien», assure Pelletier.

Les jeunes loups

En plus de lutter pour l’un des deux premiers postes de quart, les deux nouveaux venus doivent en même temps gérer le passage du football collégial au football universitaire. Inscrit à l’Université Laval cet automne, Thomas Bolduc était considéré comme l’un des meilleurs quarts de niveau collégial l’an dernier avec les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville. «J’essaie juste d’exécuter les jeux que j’ai appris avec Justin (Ethier). C’est vraiment plus compliqué par rapport à ce que je faisais au cégep. Pour moi c’est apprendre, écouter, observer», confie-t-il.

Le jeune quart est presque né avec un ballon ovale dans les mains puisque son père est l’ancien entraîneur-chef du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke et actuel entraîneur des porteurs de ballon des Alouettes de Montréal, André Bolduc, qui a aussi eu une belle carrière comme receveur de passes (slotback) dans la Ligue canadienne de Football avec les Alouettes, les Eskimos d’Edmonton et les Rough Riders d’Ottawa. «Avoir un père qui a joué au football et qui est un maniaque de ce sport m’a beaucoup aidé dans mon développement. Si j’avais des questions, il pouvait m’aider. Mais plus tu avances, plus les «coachs» sont expérimentés alors je ne pense pas que ce soit un avantage maintenant», ajoute-t-il.

Bolduc voit maintenant Samuel Chénard comme un véritable mentor. «Il fait une bonne «job» avec nous, il nous aide beaucoup avec le livre de jeux. Tous les quatre, nous sommes devenus des amis. On passe beaucoup de temps ensemble, on peut se «gosser» ou avoir du «fun» ensemble.»

Point de vue partagé par Cordero, ancien quart-arrière des Jeannois d’Alma, qui apprécie la présence de vétérans autour de lui. «Il ont très bien fait pour m’inclure dans l’équipe», poursuit celui qui disait être un peu «sur son île» en arrivant à Laval puisque le seul autre joueur qu’il connaissait était le plaqueur recrue William Desgagné, contre qui il avait déjà joué... au secondaire.

Cordero ajoute que même si le départ de Richard fait que les cartes sont mêlées à la position de quart-arrière, il est conscient qu’il y a une marche importante à monter. «Les situations de jeu sont un «step» au-dessus du collégial et les gars sont plus gros aussi, surtout pour un gars comme moi qui vient de la division 3», explique-t-il. Même s’il s’est fixé des objectifs personnels, Cordero avoue ne pas se faire trop d’idées et tenter simplement d’y aller au meilleur de sa capacité.

+

UNE PORTE S'EST OUVERTE POUR KYEREMEH

L’an dernier, une porte s’est fermée pour Darren Kyeremeh quand il a perdu sa bourse d’études avec l’Université du Massachusetts après un changement d’entraîneur. Cette année, l’inadmissibilité du secondeur vétéran Dan Basambombo avec le Rouge et Or parce qu’il n’a pas obtenu les 18 crédits nécessaires a ouvert une porte à l’ancien porte-couleurs des Cheetahs du Collège Vanier qui a débuté en janvier des études en criminologie à l’Université Laval.

«Je suis confiant de pouvoir apporter des choses, une énergie dans la défensive du Rouge et Or. C’est ça l’objectif, je veux être prêt, bien connaître le «playbook»», a-t-il commenté après le premier entraînement du Rouge et Or vendredi. «C’est vrai que l’absence de Dan ouvre des portes et ça m’amène à vouloir compétitionner encore plus.»

Même s’il n’a pas foulé le terrain en situation de match depuis un bon bout de temps, celui qui a fait partie de l’équipe d’étoiles de la première division du football collégial québécois en 2016 et 2017 se défend bien d’être «rouillé». « Pas du tout, je me suis entraîné tout l’été et aujourd’hui, ça s’est très bien passé physiquement», poursuit-il. 

Problèmes académiques

Il avoue que c’est un peu ironique que les problème académiques de Basambombo lui ouvrent une porte alors que l’an passé, c’est pour des raisons semblables qu’il n’a pas pu se joindre aux Minutemen de l’Université du Massachusetts. «J’avais eu une bourse mais il me manquait des crédits de mathématiques, alors je n’ai pas pu débuter la session d’automne. Je pensais joindre l’équipe après les Fêtes après avoir complété mes cours mais, entre temps, le «coach» a été congédié. Le nouvel entraîneur ne m’a jamais contacté et il m’a retiré ma bourse. Il pouvait le faire car il n’était pas lié par les décisions de l’ancien entraîneur», explique-t-il.

C’est par la suite que Kyeremeh a été mis en contact avec Glen Constantin qui l’a invité à se joindre au Rouge et Or, où il comptait déjà quelques amis comme le secondeur Kean Harelimana et le demi défensif Zac Fitzgerald, eux aussi des produits du programme des Cheetahs de Vanier. Un autre ex-coéquipier des Cheetahs qui s’est retrouvé dans la même situation que lui au Massachusetts, Arnold Mbembe, a fait le même chemin et est aussi au camp du R&O.

«Pendant le camp d’entraînement, mon objectif est de bien absorber les jeux, d’apprendre le livre de jeux par coeur et d’être compétitif sur chaque jeu en plus de garder ma confiance sur le terrain», conclut Kyeremeh. Ian Bussières