L'unité défensive du Rouge et Or a été intraitable pour l'attaque sherbrookoise.

Le Rouge et Or met fin à la saison du Vert & Or

SHERBROOKE — La saison du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke s’est terminée samedi après-midi au Stade de l’Université de Sherbrooke, après une défaite de 35-10 face au Rouge et Or de l’Université Laval.

Québec termine donc en tête du classement de la conférence Québec grâce à une fiche de 7-1. Les joueurs de l’entraîneur-chef Glen Constantin affronteront maintenant les Stingers de Concordia lors du premier tour éliminatoire.

McGill, qui a battu Concordia 23-17 samedi après-midi, sera confronté aux Carabins de l’Université de Montréal dans l’autre demi-finale du football universitaire québécois.

Puisqu’il ne détenait pas l’avantage du bris face à Concordia et McGill, le Vert & Or devait absolument battre le Rouge et Or afin de poursuivre sa saison.

Sherbrooke se voit ainsi écarté des éliminatoires avec sa fiche de 2-6.

Ce résultat reflète la domination de l’unité défensive du Rouge et Or face à l’attaque de Sherbrooke. Le Vert & Or a été limité à sept premiers jeux et 97 verges d’attaque totale.

Pendant ce temps, l’attaque des Rouges fonctionnait à plein régime, au sol entre autres, alors que les porteurs de Québec ont amassé 270 verges sur une production totale de 484 verges.

C’était le premier match du Sherbrookois Thomas Bolduc à la barre de l’attaque du Rouge et Or pour un match à Sherbrooke, et le quart de première année n’a pas raté son entrée.

Le fils de l’entraîneur des Alouettes André Bolduc a complété la rencontre avec 19 places complétées en 27 tentatives, pour 226 verges de gain, deux passes de touché, et une seule interception, sa première de la saison.

Justement, le seul touché des Sherbrookois a été réalisé par la défensive, alors que le demi défensif Gabriel Côté a intercepté une passe de Thomas Bolduc avant de franchir la zone des buts. Un jeu qui s’est déroulé au tout début du troisième quart.

Sherbrooke réduisait ainsi la marque à 18-10 en faveur de Québec, et tout devenait possible.

Le Vert & Or n’a jamais pu profiter du momentum amené par son unité défensive.

De Bolduc à Pivin

Les visiteurs ont contrôlé le début de rencontre en réalisant des poussées offensives intéressantes, mais qui se sont soldées par des placements à deux reprises. Québec menait 6-0 après un quart.

Le Rouge et Or a amorcé le deuxième quart en force, alors que Bolduc a rejoint un autre Sherbrookois, Marc-Antoine Pivin pour le touché. Ces deux joueurs sont d’anciens coéquipiers chez les Harfangs de l’école secondaire du Triolet et chez les Cougars de Champlain.

«C’était vraiment spécial, au début du match. C’était exactement comme lorsque j’étais jeune et que j’accompagnais mon père ici. L’ambiance, l’odeur. Après quelques jeux, ça devient un match comme les autres. On a travaillé en équipe, et en unité, et ça a donné une belle victoire», a dit Bolduc.

«On a bien suivi le plan. À part quelques petits détails ici et là, on a joué un bon match. Après l’interception, on se l’ai dit en revenant au banc, on pense au prochain jeu, et les entraîneurs m’ont mis dans une bonne situation pour rejoindre Garand-Gauthier. J’avais juste à exécuter. Ça m’a vraiment aidé dans ma confiance, car c’était ma première interception cette saison.»

Québec a ajouté un placement un peu plus tard, en plus de forcer l’attaque sherbrookoise a concédé un touché de sûreté.

L’attaque du Vert & Or a connu sa seule séquence offensive payante à la toute fin de la demie; une séquence qui a culminé avec un placement de 36 verges du botteur de précision Louis Tardif.

Le Rouge et Or menait donc 18-3 à la demie.

C’est au tout début du troisième quart que Côté a redonné espoir aux quelque 4000 spectateurs; Québec a cependant répliqué cinq minutes plus tard, par l’entremise d’une passe de touché de Bolduc à Félix Garand-Gauthier, sur 47 verges, pour porter la marque à 25-10.

«Ça fait quelques semaines qu’on a une belle cohésion en défensive, malgré le fait qu’on a sept nouveaux partants. Marc Fortier a fait tout un travail de cohésion. La ligne défensive, avec quatre nouveaux joueurs, a bien progressé et on prend notre vitesse de croisière juste à temps pour les éliminatoires», a dit l’entraîneur-chef du Rouge et Or Glen Constantin.

«(Anthony Robichaud) est un jeune quart-arrière, on voulait le mélanger un peu dans nos couvertures, et le faire quitter la pochette vers la gauche. Je crois que (Justin) Chapdelaine a emprunté quelques jeux de McGill, dans les formations qu’on a vues de l’attaque du Vert & Or. On s’est appliqué à mettre de la pression à trois, dans ces temps-là.»

«Thomas a fait de belles choses, des erreurs de jeunesse, il s’est fait avoir sur son interception. Ça arrive, c’est normal. C’est plutôt comment tu rebondis qui est important. Il a bien répondu, avec une passe de touché.»

Première exclusion depuis 2016

Cette exclusion des éliminatoires du Vert & Or est certes décevante, surtout après la victoire inscrite face aux Carabins de l’Université de Montréal, il y a deux semaines.

C’est la première fois que Sherbrooke rate les éliminatoires depuis 2016.

«On n’a pas su profiter du momentum créé par le touché de Côté. On n’a pas su capitaliser. C’est l’heure du retour au travail, la saison est terminée, on regarde en avant. On avait de jeunes joueurs, et on n’avait plus d’effectifs rendus là. Dylan Côté, Emeric Hamelin, Samuel Piché-Luneau, qui n’avait plus d’épaules. Il n’a pas beaucoup joué de l’année. Mais c’était son dernier match, on l’a laissé jouer, par respect pour lui, pour ce qui nous a donnés. On a brisé à la toute fin», a dit l’entraîneur-chef du Vert & Or Mathieu Lecompte.

«En situation de premier et 10, on n’a pas été capable d’arrêter l’attaque de Québec, de l’empêcher de courir le ballon sur nous. On amenait six gars en pression, pratiquement tous les jeux. Notre front se faisait traverser, pour des gains de 6, 7, 8 verges. On ne gagne pas de football comme ça. Tu dois gagner ton 1er essai et 10; on n’a pas été capable, de notre côté, de bouger le ballon lors des premiers essais, alors on se retrouvait en deuxième et long. Je donne crédit à notre adversaire, et je suis malgré tout fier de nos jeunes.»

«On voyait cette saison-là arriver et à l’interne on se disait, on va surprendre tout le monde. Le Vert & Or qu’on a vu contre les Carabins, c’était notre Vert & Or. Mais être en santé et avoir tous nos chevaux pendant toute la saison n’a pas été possible. Maintenant, ça prend une grosse cohorte de recrutement. Nos meilleurs joueurs sont des joueurs de première ou de deuxième année, et on veut bâtir là-dessus», a conclu Lecompte.