Maud Chapleau a été la grande vedette individuelle pour le Rouge et Or, avec 13 attaques marquantes et 21 récupérations défensives.

Le Rouge et Or en finale québécoise

Le Rouge et Or est resté en parfait contrôle toute la soirée, samedi, en route vers une victoire sans appel sur les Martlets de McGill, en demi-finale québécoise du volleyball universitaire féminin.

La troupe d’Olivier Caron a gagné 25-18, 25-19 et 25-18, un pointage qui illustre à merveille l’allure de la rencontre. L’Université Laval a ainsi balayé sa série deux de trois contre McGill, et aura rendez-vous en finale avec les Carabins de l’Université de Montréal, en fin de semaine prochaine.

«Ç’a été deux bons matchs», a résumé Caron, parlant aussi de l’affrontement de vendredi soir, à McGill. «Ce soir, on a réussi à maintenir la pression. C’est sûr que la victoire d’hier, chez eux, ça leur a rentré dans la tête. On le dit aux filles tout le temps : ça se joue entre les deux oreilles!»

Toute la soirée, samedi, on avait l’impression que les Martlets ne croyaient pas vraiment en leurs chances. Un peu surprenant, puisqu’elles avaient battu le Rouge et Or trois fois en quatre duels pendant la saison. Les deux équipes ont conservé la même fiche en 2017-18 : 14-6.

Samedi, le Rouge et Or n’a jamais été dans le pétrin, ou si peu. La seule petite baisse de régime notable est venue au début du troisième set, alors qu’il tirait de l’arrière 5-2. Mais après un temps d’arrêt appelé par Caron, l’équipe a répondu avec sa meilleure séquence du match au service. Émie Gaboury s’est même payé trois as consécutifs à mi-chemin de la manche.

Maud Chapleau a été la grande vedette individuelle pour le Rouge et Or. Elle a réussi 13 attaques marquantes et 21 récupérations défensives, deux sommets d’équipe.

«Ça va être le zoo»

Le Rouge et Or retrouvera donc les Carabins en finale pour une deuxième année de suite, une quatrième fois en cinq ans. En vertu de leur fiche de 18-2 en saison, les Montréalaises seront les favorites. Laval pourra toutefois bâtir sur sa victoire en trois sets acquise au mois de novembre. «Elle est utile. Car elle est dans leur tête à eux aussi. Je pense qu’ils auraient peut-être aimé mieux avoir McGill dans les pattes», a affirmé Caron en riant.

Peu importe ce qui arrivera dans ce duel au sommet, le Rouge et Or et les Carabins sont assurées d’une place au Championnat canadien. La grande compétition nationale se déroulera au PEPS de l’Université Laval, du 16 au 18 mars. L’enjeu de la finale provinciale demeure immense et l’intensité sera grande, prévient toutefois Caron.

«On veut gagner!» a-t-il lancé. «Très important! Les deux équipes veulent gagner, pour être placées le plus haut possible [parmi les favorites au Championnat canadien]. En fin de semaine prochaine, je suis certain qu’il n’y aura pas de pardon. Le premier match à Montréal, ça va être le zoo.» Le Rouge et Or n’a pas ramené de bannière au PEPS depuis 2014.

Chez les hommes, l’Université Laval tire de l’arrière 1-0 dans sa finale contre les Carabins. Les deux équipes ont rendez-vous au PEPS vendredi prochain pour le deuxième match.