Rien ne pouvait arrêter le Rouge et Or contre les Gaiters, vendredi, comme en témoigne la détermination de Khaleann Caron-Goudreau (6).

Le Rouge et Or basketball féminin poursuit sa saison parfaite

À court du record provincial par trois petits points, l’équipe féminine de basketball du Rouge et Or a quand même fait un pas de plus vers une saison parfaite, vendredi à l’amphithéâtre Desjardins-Université Laval en renversant les Gaiters de Bishop par 93-55. Le Rouge et Or présente une fiche de 12-0 d’un calendrier de 16 matchs.

Si le Rouge et Or avait utilisé ses cinq joueuses partantes de façon régulière en deuxième demie, le record pour le plus de points dans un match aurait été battu. Mais l’entraîneur-chef Guillaume Giroux a préféré donner du temps de jeu bénéfique à celles qui mèneront la charge à compter de l’an prochain.

«Quand nos cinq partantes étaient sur le terrain, c’était indécent. Jane [Gagné] a été exceptionnelle. Mais sur les cinq, on en perd quatre, l’an prochain, alors je veux que celles qui reviennent soient aussi capables de dominer, qu’elles aient la pression de performer. Peu importe qui est sur le terrain, on veut s’améliorer. Au troisième quart, j’ai pris un temps d’arrêt pour leur dire qu’on ne se défendait pas comme il faut», a expliqué Giroux.

Il venait de voir Jane Gagné inscrire 19 points, dont 17 en première demie. Sarah-Jane Marois et Kim Létang ont inscrit 14 points chacune, tandis que Claudia Émond en obtenait 11. Le Rouge et Or a obtenu 66,7 % (16 en 24) aux lancers de trois points, une statistique fort impressionnante.

«Pourcentage de la NBA»

«On ne peut jamais demander cela à nos joueuses, mais on a encore eu un pourcentage de la NBA aux trois points. En haut de 40 %, c’est très bon. On a lancé 67 %. On a aussi bien bougé le ballon avec 25 assistances et on a contrôlé les rebonds», a noté celui qui n’a toutefois pas aimé les 17 pertes de ballon de son groupe.

Le seul lancer de trois qui n’a pas rapporté, en fait, est celui qu’il a appelé en fin de match pour tenter d’éclipser le record de la ligue de 95 points. Le Rouge et Or s’en tirait quand même avec son deuxième plus haut total de points de la saison après une récolte de 94, le 11 janvier.

La saison parfaite ne représente pas une fixation pour Giroux, même s’il a fouillé dans les livres pour découvrir que McGill avait réussi l’exploit en 1995-1996. Le sujet n’est pas tabou.

«Ce serait super le fun, mais ce n’est pas ce qui est le plus important. Ce qui compte, c’est de travailler ensemble et de se rendre le plus loin possible. On peut quand même gagner un championnat national sans avoir une saison parfaite. On voit cela comme étant une petite gâterie qu’on pourrait s’offrir», a pour sa part indiqué Jane Gagné, qui en est à sa dernière saison.

Comme ses coéquipières, elle a les yeux fixés sur l’objectif d’équipe.

«Claudia [Émond] et moi, on joue ensemble depuis le secondaire et on n’a jamais mis la main sur un titre provincial, c’est quelque chose qui nous manque. On est déjà allé au Canadien, mais ce serait une belle façon de finir que d’y aller par la grande porte», a indiqué l’étudiante à la maîtrise en chimie.

En seconde moitié de programme, le Rouge et Or masculin (6-6) a effectué une belle remontée au dernier quart, mais s’est incliné de justesse 73-71 contre les Gaiters. Les filles et les gars de l’UL ont encore rendez-vous avec les Gaiters, samedi, à Bishop.