Ennuyé par une blessure la saison dernière, Pierre-Karl Lanctôt veut maintenant profiter de la vitrine que lui offre le Défi Est-Ouest pour se faire voir par les dépisteurs, mais, aussi, pour montrer à l’entraîneur de la ligne à l’attaque du Rouge et Or, Carl Brennan, qu’il est prêt à occuper un poste de partant.

Le Défi Est-Ouest, une belle opportunité pour Lanctôt

Invité sur le tard à participer au Défi Est-Ouest en raison d’un désistement, Pierre-Karl Lanctôt n’allait certainement pas refuser une chance de se faire valoir devant les dépisteurs. Ennuyé par une blessure au pectoral, la saison dernière, le bloqueur du Rouge et Or se dit finalement à 100 %.

«C’est sûr que les blessures ne m’ont pas aidé et j’ai été invité ici parce que le centre des Redmen s’est retiré de l’évènement», pointe lui-même Lanctôt lorsqu’on lui parle de sa participation au Défi Est-Ouest. 

«Cela étant dit, une fois ici, je pratique comme les autres gars et j’ai des répétitions comme les autres gars. Je ne pense pas avoir quelque chose à prouver, si ce n’est me prouver à moi-même et aux dépisteurs ce que je sais faire sur un terrain de football.»

Le produit des Géants de Saint-Jean n’a pas obtenu beaucoup de départs sur la ligne offensive depuis le début sa carrière avec le Rouge et Or, mais lorsqu’il a joué, l’enjeu était grand. Ses premiers départs en carrière ont été les matchs de la Coupe Uteck et de la Coupe Vanier 2016, en relève de Francis Chabot, blessé. 

Il semblait alors tout désigné pour un poste de partant la saison suivante, mais une blessure au pectoral subie durant la saison morte l’a empêché de prendre part au camp d’entraînement, l’été dernier, le faisant reculer dans l’organigramme de l’entraîneur de la ligne offensive Carl Brennan. Lanctôt n’a pas été habillé jusqu’à ce qu’une autre blessure à Chabot lui ouvre une place dans l’alignement. Puis une blessure à la recrue Nicolas Thibodeau en Coupe Dunsmore a forcé «PK» à frapper en relève à nouveau lors d’un match crucial. 

Un poste à gagner

Entouré des meilleurs joueurs au pays cette semaine, l’occasion est belle pour le bloqueur de Dorval de prouver qu’il appartient à l’élite. «Ça va bien jusqu’à maintenant. Les gars sont sympathiques, les entraîneurs sont plaisants et le cahier de jeu est simple. Alors c’est une bataille physique un homme contre un homme.

«C’est sûr que ça donne confiance et c’est une petite fierté d’être capable de tenir ton bout et de faire de belles choses contre les meilleurs», explique l’athlète de 6’5’’ et de 300 livres. 

«S’il fait bien ici, il pourrait faire écarquiller les yeux des dépisteurs», croit pour sa part Carl Brennan. Mais Lanctôt voudra également impressionner son propre entraîneur, alors qu’il se dirige vers une lutte pour le poste de bloqueur à droite durant le camp d’entraînement, cet été. 

NOTES : Tous les entraîneurs-chefs du RSEQ étaient sur le terrain du Stade Telus, mercredi. Danny Maciocia (Carabins), Ronald Hilaire (Redmen), Mathieu Lecompte (Vert & Or) et Pat Donovan (Stingers) ont fait le voyage à Québec pour observer leurs ouailles... Plus de 5000 billets ont déjà trouvé preneurs pour le match de samedi. Le stationnement du PEPS ouvrira exceptionnellement à 9h, plutôt que 6h, pour le tailgate.

+

DES OUVERTURES SUR LA LIGNE OFFENSIVE

Après une saison 2017 où les blessures ont mis à rude épreuve la profondeur de sa ligne offensive, Carl Brennan est satisfait de la cohorte de quatre nouvelles recrues qui se greffera au Rouge et Or, l’automne prochain. Du nombre, par contre, seul le bloqueur Jean-Philippe Pépin (CNDF) est entré à l’université à l’hiver et a ainsi pu participer au camp de printemps. Le bloqueur Antoine Marin (Rimouski) et les gardes Philippe Gagnon (Garneau) et Philippe Robitaille (Lévis-Lauzon) devront pour leur part faire leurs armes au camp d’entraînement.

Difficile, donc, d’évaluer leurs chances de voir du terrain rapidement. Mais il y aura des ouvertures. Pour l’instant, seuls Samuel Lefebvre, qui a été ramené à sa position naturelle de centre durant le camp de printemps, et le garde Samuel Thomassin, qui participe au Défi Est-Ouest, semblent indélogeables parmi les partants. Joueur de ligne offensive par excellence au collégial division 1 l’an dernier, Robitaille paraît tout désigné pour l’autre poste de garde. Mais pas question pour Brennan de se compromettre. «On ne sait jamais ce que le futur réserve. Nous, on donne à chacun une chance de se faire valoir et une fois que le camp est fini on prend nos décisions.»

LIRE AUSSI : ALEXANDRE SAVARD SUR LES TRACES D'ANTONY AUCLAIR