Le coureur de demi-fond Jean-Simon Desgagnés pourrait bien être le coup de foudre de l’athlétisme canadien au cours des prochains mois. Il a réalisé le deuxième temps le plus rapide de l’histoire du Québec à l’épreuve de 3000 m steeple, jeudi, à l’Invitation Payton-Jordan disputée à l’Université Stanford, en Californie.

Le coup de foudre de Desgagnés

En nomination pour le titre d’étudiant/athlète de la prochaine Soirée de reconnaissance sportive de Québec, le coureur de demi-fond Jean-Simon Desgagnés pourrait bien être le coup de foudre de l’athlétisme canadien au cours des prochains mois. Le coureur de Québec a réalisé le deuxième temps le plus rapide de l’histoire du Québec à l’épreuve de 3000 m steeple, jeudi, à l’Invitation Payton-Jordan, une rencontre d’athlétisme disputée à l’Université Stanford, en Californie.

Desgagnés a ramené un chrono de 8 minutes, 29 secondes et 10 centièmes, ce qui lui a valu la troisième position. Du coup, il améliorait sa marque personnelle par 10 secondes et s’approchait à 10 centièmes de seconde du standard pour participer au Championnat du monde senior de 2019.

«Cette performance va lui ouvrir un paquet d’occasions pour courir dans les grosses compétitions européennes et internationales. Ça lui donne un nom dans l’athlétisme», admettait Félix-Antoine Lapointe, entraîneur-chef de l’équipe du Québec et de celle de cross-country de l’Université Laval, où Desgagnés brille de tous ses feux depuis deux ans.

Mine de rien, il a réalisé le sixième temps le plus rapide au monde cette saison au 3000 m steeple, une épreuve disputée sur piste parsemée de cinq obstacles. Il s’agit aussi du record québécois U-23. Il venait de participer à un camp d’entraînement avec l’équipe nationale en Arizona avant de prendre part à cette compétition nommée en l’honneur de Payton Jordan, ancien entraîneur de la puissante équipe d’athlétisme des États-Unis de 1968.

Jean Simon Desgagnés au gala mérite Rouge et Or en 2018, où il avait été nommé «recrue de l'année».

«Il s’agit de l’une des compétitions les plus relevées aux États-Unis. Tous les bons athlètes universitaires américains et des professionnels y participent. Il s’agit d’un classique pour réaliser des standards en prévision des Jeux olympiques et des Mondiaux», assure Lapointe, qui était présent à l’événement puisque l’équipe du Québec était aussi en camp d’entraînement en Californie, ces derniers jours.

«Une bonne relève»

«Mon boy!!! Une bonne relève dans le Rouge et Or, on va peut-être ajouter un autre membre du club à la liste d’olympiens… C’est bien parti», a d’ailleurs réagi via Twitter Charles Philibert-Thiboutot, ancien du Rouge et Or qui a participé aux Jeux de Rio, en 2016.

Pour l’heure, l’étudiant en médecine de Québec a plutôt les yeux rivés sur les Universiades de Naples (Italie) et les Jeux panaméricains de Lima (Pérou), en juillet.

«Même s’il n’y a aucune garantie, ça le place en très bonne position pour ces compétitions. Il ne faut pas crier victoire, mais il n’est pas loin du standard pour les Mondiaux. On voulait s’y approcher dans la prochaine année. Ce qu’il y a d’intéressant dans son cas, c’est qu’à 20 ans, tous les indicateurs sont en plus pour aller plus vite», ajoutait le spécialiste d’athlétisme en nomination comme entraîneur national au Gala de l’athlète de Québec, le 29 mai.

Jean-Simon Desgagnés l’avait emporté aux Championnats panaméricains juniors, en 2017. Il a pris la deuxième place au pays en cross-country universitaire, l’automne dernier, en plus de ravir des deuxièmes places aux courses en salle de 1500 et 3000 m du circuit U Sports.