Joëlle Mercier et ses coéquipières n’ont réussi aucun but en deux matchs au Championnat canadien, elles qui en avaient pourtant inscrit 44 en 14 rencontres cette saison.

Le Championnat canadien de soccer déjà terminé pour les filles

Le Championnat canadien de soccer du Rouge et Or féminin s’est transformé en cauchemar, vendredi, lorsque l’Université Laval a perdu son match consolation 1-0 en tirs de pénalité devant les Vikes de Victoria.

«C’est un cauchemar, c’est certain», a affirmé l’entraîneur-chef Helder Duarte, depuis Winnipeg. «On a joué un excellent match, meilleur qu’hier, mais on a été anémique en attaque. On a donné un bon spectacle de soccer, en contrôlant le ballon, mais ce n’est pas ça qui te fait gagner des matchs», a ajouté Duarte, dont les joueuses sont malgré tout «allées à la guerre».

Jeudi, le tournoi de l’équipe la mieux classée au pays avait déjà pris une mauvaise tournure. Les Lavalloises ont été chassées de la ronde des médailles par une défaite de 1-0, malgré leur domination. Vendredi, la gardienne de Victoria a stoppé Mireille Patry et Cynthia Turcotte en tirs de barrage pour permettre aux siennes de l’emporter 4-1. Le Rouge et Or n’avait pas perdu deux rencontres de suite depuis 2013.

Trois joueuses terminent ainsi leur parcours universitaire. Turcotte et Marie-Sandra Ujeneza en étaient à leur cinquième année d’éligibilité, tandis que la défenseure étoile Mélissa Roy compte faire le saut chez les professionnelles après quatre saisons à Laval. La façon de finir ne leur plaira pas, mais elles trouveront matière à consolation dans leurs deux titres canadiens (2014 et 2016).

«Cynthia nous a rendu de grands services au cours de ses cinq années. Elle a toujours travaillé fort, elle a le Rouge et Or tatoué sur son cœur, donc de la voir partir, ça fait de la peine», a souligné Duarte.

«Marie-Sandra et Mélissa sont quant à elles deux battantes exceptionnelles. Mélissa a été une capitaine exemplaire, autant sur le terrain qu’à l’extérieur. C’est assurément l’une des plus grandes joueuses dans l’histoire du Rouge et Or.»