L’athlète s’est présenté en début de semaine au quartier général du Service de police de Sherbrooke (SPS) en état de consommation de drogue.
L’athlète s’est présenté en début de semaine au quartier général du Service de police de Sherbrooke (SPS) en état de consommation de drogue.

L’ancien receveur de passe du Rouge & Or retourne en prison

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Chadrick Tchanga-Henry, cet ancien receveur de passe du Rouge & Or de l’Université Laval, aura mis dix jours pour briser la confiance que le tribunal avait placée en lui.

Confié à une maison de thérapie pour régler ses problèmes de consommation de stupéfiants, l’athlète s’est présenté en début de semaine au quartier général du Service de police de Sherbrooke (SPS) en état de consommation de drogue.

« Nous avons reçu un appel d’un individu qui avait quitté sa thérapie. Il était en état de consommation », confirme le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Tchanga-Henry est donc de retour en prison pour ce bris de condition.

Lors des observations sur la peine, Tchanga-Henry avait imploré le tribunal à la fin août en mentionnant qu’il était prêt à tourner la page et surtout à être aidé.

« Je veux compléter la thérapie et être fier de moi. Je veux aller chercher des ressources qui vont m’aider. Je demande une deuxième chance. Tout le monde fait des erreurs et je veux retourner en thérapie (...) J’ai des problèmes de consommation. J’ai besoin d’aide et je veux être aidé », avait alors affirmé Tchanga-Henry.  

Après une analyse du dossier, la juge Danielle Côté de la Cour du Québec avait suspendu la peine qui pourrait lui être imposée pour les crimes qu’il a commis.

L’accusé avait convaincu le tribunal qu’il était prêt à régler son problème de consommation de drogue et de reconnaître son problème de santé mentale.

La juge l’avait confié à une maison de thérapie misant la réhabilitation et la réinsertion sociale d’un contrevenant « dont la toxicomanie est à la source des infractions qu’il commet ».

L’avocat de la défense Me Benoit Gagnon de l’aide juridique a reporté le dossier pour un bris de probation à jeudi afin de déterminer l’orientation qu’il y donnera.

Le dossier pourrait être ramené devant la juge Côté pour que la peine de prison qui avait été suspendue pour laisser une dernière chance à Tchanga-Henry soit imposée.

L’accusé place ses malheurs sur une passe échappée à la finale de la Coupe Vanier en 2017 avec le Rouge & Or.

Il avait expliqué au tribunal que cet épisode avait fait basculer sa vie.

L’étudiant-athlète, qui avait soulevé le trophée de championnat du football universitaire canadien en 2016 avec ses coéquipiers de la puissante et prestigieuse formation, soutient avoir été placé de côté à la suite de cette grande finale.

Sa descente aux enfers l’a conduit vers la consommation de cannabis, de méthamphétamine et de cocaïne, la criminalité puis la prison.

C’est une psychose toxique qui est à l’origine de deux épisodes d’incendies criminels allumés dans les résidences de l’Université de Sherbrooke puis dans une maison de chambre du boulevard Jacques-Cartier en décembre 2018.

À l’automne 2019 à la fin de cette peine de détention, il a tenté de reprendre les études à l’Université Concordia à Montréal et le football, mais a rechuté.

Tchanga-Henry a brisé ses conditions de probation qui l’ont conduit à nouveau derrière les barreaux à la fin de 2019.

Ce sont de multiples bris de conditions, de probation et des introductions par effraction qui l’ont ramené devant les tribunaux au printemps 2020.

La procureure aux poursuites criminelles Me Gabrielle Cloutier plaidait pour une peine de prison dans cette affaire.