Jim Aru, qui a enregistré 31,5 sacs du quart de 1994 à 1998 avec l'Université Queen's, ignorait qu'il détenait encore ce record, qui devrait être battu sous peu par Mathieu Betts, du Rouge et Or.

Jim Aru souhaite à Betts de battre son record

Jim Aru n’était même pas au courant que son record de 31,5 sacs du quart en carrière tenait toujours 20 ans plus tard, ni qu’un dénommé Mathieu Betts l’avait égalé en fin de semaine et se préparait à le battre.

«Je ne savais pas que Mathieu l’avait égalé... en fait, pour vous dire la vérité, je ne savais même pas que j’avais encore le record. N’y avait-il pas un gars de Montréal qui l’avait battu il y a quelques années?» demande l’ancien joueur de ligne défensive des Golden Gaels de l’Université Queen’s, maintenant chiropraticien à Cambridge (Ontario), en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

En fait, c’est un autre record d’Aru, celui de 12,5 sacs du quart en une saison, que Jean-Samuel Blanc (Carabins de l’Université de Montréal) et Ben D’Aguilar (Marauders de McMaster) ont battu en 2012. 

Aru s’est ensuite intéressé au joueur qui va peut-être effacer son nom du livre des records du Réseau du sport étudiant du Québec et de la défunte Conférence Québec-Ontario. «Tu me dis qu’il pourrait battre le record contre Concordia? Ce serait vraiment bien qu’il le fasse contre Concordia!

«Tu diras à Mathieu que je lui souhaite de battre mon record et que je lui souhaite aussi de jouer dans la NFL!» a-t-il déclaré après avoir été informé que des équipes du circuit Goodell s’intéressaient au numéro 9 du Rouge et Or.

Record presque oublié

«Je vais toujours être un partisan de Queen’s, mais c’est vraiment agréable de voir Laval connaître autant de succès et de voir que de plus en plus de joueurs issus du sport interuniversitaire canadien atteignent la NFL», poursuit Aru.

Revenant sur son record établi en cinq ans, de 1994 à 1998, et que Betts pourrait battre à sa quatrième année universitaire, Aru prétend que ce n’était pas «une grosse affaire» à l’époque où il portait les couleurs de Queen’s. «C’était avant que tout soit sur Internet, alors on ne m’en parlait pas autant!

«C’est quand même agréable de me replonger comme ça dans mes années avec les Golden Gaels. On avait une belle organisation avec l’entraîneur Bob Howes et le coordonnateur défensif Bob Mullen. Durant deux saisons, on était tout près de participer à la Coupe Vanier», raconte-t-il à propos des saisons 1995 et 1997, alors que les siens s’étaient inclinés face aux Gee-Gees d’Ottawa en finale de la Coupe Dunsmore.

Duels contre le R et O

Pendant trois saisons, Aru a aussi eu à contenir l’attaque du Rouge et Or, dont l’équipe de football est née en 1996. «C’était à l’époque de la conférence Québec-Ontario. On les battait, mais pas tout le temps. Je me souviens qu’à ma dernière saison, le Rouge et Or était vraiment meilleur.»

«D’ailleurs, l’avant-dernier match de ma carrière universitaire était contre le Rouge et Or à Québec et je me souviens encore qu’on avait perdu!» ajoute-t-il au sujet d’une victoire in extremis de 16-10 du Rouge et Or sur un touché de dernière minute de Dominik Goulet, le 26 octobre 1998.

Jim Aru a ensuite tenté sa chance comme spécialiste des longues remises avec les Argonauts de Toronto. «Malheureusement, il y avait Jean-Philippe Darche, qui avait joué à McGill, au camp cette année-là et c’est lui qui a eu le poste. On m’a dit de revenir l’année suivante. J’ai plutôt choisi de continuer mes études.»

Diplômé en 2005, il exerce la chiropratique depuis ce temps. «Le football demeure tout de même une bonne partie de ma vie. J’entraîne les jeunes de l’école secondaire catholique de Cambridge. Et j’ai aussi eu à traiter quelques joueurs de football universitaires et professionnels qui ont été frappés solidement et qu’on m’envoie parfois.»