À l'aube de la dernière saison de sa carrière universitaire, le quart-arrière Hugo Richard dit ne pas aborder ce fait avec nostalgie.

Hugo Richard vit au jour le jour

Même s’il a amorcé vendredi le dernier droit de sa carrière avec le Rouge et Or, Hugo Richard préfère vivre le moment présent plutôt que penser au moment où son passage à l’Université de Laval appartiendra au passé.

«Je ne crois pas que mon parcours soit terminé», lance le quart-arrière de cinquième année. «Et je ne veux pas agir comme si c’était le cas. Il me reste encore beaucoup d’expériences à vivre cette année.

«Je suis content d’être là et je veux avoir le plus de plaisir possible avec mes chums sur le terrain», a ajouté Richard, «On se taquine d’ailleurs beaucoup entre gars de cinquième année. Ce matin on s’est dit que l’on se préparait pour notre dernière première pratique du camp. Et demain, ça sera notre dernière deuxième pratique. À chaque jour, nous vivrons une dernière chose, Et on a du fun là-dedans pareil.»

La fin prochaine de sa carrière ne fait pas naître encore en lui de la nostalgie. Mis à part son stage à l’école secondaire, Richard n’était jamais demeuré aussi longtemps dans le même établissement.

«Cinq ans au même endroit ou cinq ans dans la même équipe, c’est quand même long. J’ai vu beaucoup de choses, j’ai vécu de belles expériences et j’ai appris beaucoup. Je ne regrette aucunement que la fin arrive, même si je ne suis pas nécessairement content que ça soit ma dernière année. Mais je vais tout faire pour profiter au maximum de chaque moment. J’aime le football, j’aime jouer au football et ça va être comme ça jusqu’à la fin.»

La défaite en finale

À l’aube de cette dernière saison, Richard reconnaît que personne chez le Rouge et Or n’avait oublié la défaite face aux Mustangs en finale de la Coupe Vanier, l’automne dernier. «Mais ce n’est pas à ca que l’on pense présentement. Justin [Ethier, coordonnateur de l’offensive] nous l’a d’ailleurs dit : ce n’est pas aujourd’hui que l’on va gagner la Coupe Vanier. Ce ne sera également pas demain ni après-demain. Alors il faut se concentrer sur ce que l’on doit faire, soit bien exécuter nos jeux, réviser et savoir ce que l’on à faire et revenir demain avec dans le même état d’esprit afin d’avoir une autre bonne journée.»

Le vétéran dit ne pas ressentir un sentiment d’urgence et avoir le besoin pressant de réaliser ce qu’il n’a pu encore faire. Celui qui terminera son bac cette session explique qu’il préfère vivre au jour le jour.  «Et ça commence par bien me préparer aujourd’hui. Mon objectif, c’est d’amener l’équipe le plus loin possible. On a encore une bonne équipe. Nous avons perdu quelques joueurs clé, mais le cœur du club reste le même.

«On a beaucoup de jeunes joueurs talentueux et un bon mélange de gars d’expérience , des athlètes de quatrième et de cinquième année. C’est tout ça qui va nous aider à passer à travers la campagne avec succès. Et c’est certain que de finir la saison en gagnant la Coupe Vanier à Québec, ça serait vraiment une belle façon de terminer ma carrière.»

LIRE AUSSI : LA COUPE VANIER À QUÉBEC, UNE MOTIVATION SUPPLÉMENTAIRE POUR LE ROUGE ET OR