Contenu commandité
Rouge et Or
Football universitaire: les quatre obstacles
Difficile pour une équipe de football de faire mieux que le Rouge et Or de l’Université Laval l’an dernier : invaincue en saison régulière, l’équipe dirigée par Glen Constantin a poursuivi sa saison parfaite dans les séries de fin de saison jusqu’à une victoire à la Coupe Vanier. Le Soleil s’est entretenu avec les entraîneurs des quatre équipes qui tenteront, à partir de cette semaine, de faire obstacle au Rouge et Or, qui vise une onzième conquête du championnat universitaire canadien : Danny Maccioccia des Carabins de l’Université de Montréal, Ronald Hilaire du McGill Football Team, Mathieu Lecompte du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke et Brad Collinson des Stingers de Concordia.
Partager

Football

Carabins de l’Université de Montréal: l’attrait Calvillo

Avec le Rouge et Or, les Carabins forment la bête à deux têtes du football universitaire québécois dont les trois autres programmes peinent à s’approcher. Et comme l’équipe de Laval, la formation en livrée bleue et blanche doit composer avec le départ de joueurs-clés cette année, mais elle a aussi pu compter sur une bonne classe de recrutement.

La «recrue» la plus étincelante fait toutefois partie du personnel de l’entraîneur-chef Danny Maccioccia alors que l’ex-quart-arrière vedette des Alouettes de Montréal Anthony Calvillo est devenu l’assistant-entraîneur-chef et l’entraîneur des quarts-arrières des Carabins. 

«Il a un impact vraiment important sur l’équipe. Tout d’abord, c’est un vrai pro. Il est l’un des premiers arrivés sur le terrain et l’un des derniers à quitter. Il est très apprécié de l’équipe à l’attaque et les joueurs adorent travailler avec lui. Non seulement il est membre du Temple de la renommée, mais il a vécu les beaux et les moins beaux moments du football. Il est capable de parler d’adversité», raconte Maccioccia. 

Ce n’est un secret pour personne que la présence de Calvillo a aussi aidé au recrutement. «Ils font tellement une bonne job dans les cégeps aujourd’hui que la plupart sont prêts à jouer dès leur première ou leur deuxième année», indique-t-il, citant entre autres le demi défensif Vincy Biandé, un ancien des Spartiates du Vieux-Montréal, et Tommy Mercier, un joueur de ligne défensive formé par les Lynx d’Édouard-Montpetit. «Les départs donnent l’opportunité à d’autres, qui n’avaient pas l’occasion de jouer ces dernières années, de se démarquer. Ils sont prêts à prendre la relève. C’est pour ça qu’on parle de profondeur.» 

Maccioccia connaît aussi l’équipe de son grand rival Glen Constantin et sait que la profondeur sera aussi présente. «Le Rouge et Or sera encore parmi les meilleures équipes au pays et nous, on veut être capables de compétitionner chaque semaine», conclut-il.

Football

McGill Football Team: l’année de la maturité

Peu de changement cette année du côté de l’équipe de football de l’Université McGill, si ce n’est son nom. La formation autrefois connue sous le nom de Redmen se fait maintenant appeler le McGill Football Club en attendant de trouver une appellation moins choquante pour les équipes sportives de la vénérable institution.

«Nous avons plusieurs joueurs recrutés en 2016 et pour nous, c’est enfin l’année où commence la maturité. Nous avons la même équipe défensivement et offensivement, on ne pourra pas être plus jeunes que l’an passé alors que nous avions cinq joueurs partants de première année», explique l’entraîneur-chef Ronald Hilaire. 

Celui-ci se dit heureux du retour en santé de son quart-arrière Dimitrios Sinodinos, qui revient pour une quatrième année. «Et en même temps, il y a beaucoup de receveurs de la cohorte 2016 qui arrivent à maturité, alors ça devrait être excellent pour l’offensive», précise-t-il. Tout cela vient cependant avec des attentes plus élevées. 

«Nous sommes fiers d’avoir terminé troisièmes l’an dernier, mais chaque année, on veut se surpasser. Notre devise est d’ailleurs «Surpass Yourself». Jamais nous n’avons pensé que nous ne pouvions pas rivaliser avec le Rouge et Or et les Carabins. La réalité est qu’on a eu un très bon recrutement et que les gars qui choisissent McGill sont des gars qui n’ont pas froid aux yeux. On n’a pas peur et on sait que tout se décide sur le terrain.» 

Hilaire compte beaucoup sur le joueur de ligne défensive Andrew Seinet-Spaulding. «On s’attend à une autre saison étoile de sa part. On s’attend aussi à l’éclosion des receveurs de passes Mathieu Soucy et Joël Soucy», poursuit celui qui vante aussi la synergie du personnel d’entraîneurs. «On se lève tôt et on se couche tard et nous avons un nouveau préparateur physique en Jean-Philippe Tessier. C’est un ajout important qui nous amène à avoir une équipe mature physiquement.»

Football

Stingers de Concordia: une pincée de Rouge et Or

Après une première saison à oublier à la barre des Stingers, l’ex-entraîneur des porteurs de ballons du Rouge et Or Brad Collinson a décidé de piger à nouveau dans le panier bien garni des anciens de Laval pour compléter son équipe d’entraîneurs cette année.

Ainsi, Alex Surprenant est le nouveau coordonnateur offensif, Guillaume Bourassa le nouveau coordonnateur des unités spéciales, Karl Monjoie est l’entraîneur de la ligne offensive et Seydou Junior Haidara est responsable des receveurs de passes. 

«Ce sont des gars que je connais, que j’ai coachés pour Équipe Québec ou avec le Rouge et Or, ce sont des gars qui mangent du foot. C’est le fun de donner une chance à des gens comme eux, car il y a aussi des gens qui ont fait la même chose avec moi», indique Collinson, qui compte aussi beaucoup sur Bourassa et Haidara pour la préparation physique des joueurs. 

«Nous serons mieux placés physiquement cette année et nous aurons la chance d’avoir un quart de cinquième année en Adam Vance qui arrive avec une nouvelle approche et qui adore ce qu’il fait», indique-t-il. L’entraîneur-chef mise aussi sur une bonne défensive et un groupe de joueurs travaillants pour tenter de renverser la vapeur. 

«De vivre la dernière saison, même si on a raté les séries au dernier match de la saison qu’on perdu par six points, ça a fait grandir l’équipe. Mais maintenant, après une saison comme celle-là, il faut s’élever plus haut. Je trouve que c’est le fun comme challenge», conclut-il.

Football

Vert & Or de l’Université de Sherbrooke: une attaque revampée

Perte du meilleur porteur de ballon au Canada et de trois des quatre quarts-arrières qui ont évolué avec l’équipe l’an dernier, la situation pourrait avoir l’air d’une hécatombe sur le front offensif. Ce n’est cependant pas le point de vue de Mathieu Lecompte, entraîneur-chef du Vert & Or, qui essaie d’y voir des opportunités.

«On ne se cachera pas que la retraite de Gabriel Polan n’est pas une situation plaisante à l’interne, car Gabriel est un bon individu et un super bon joueur. On respecte sa décision cependant. À la base, tout ça crée une belle situation où on a entré beaucoup de jeunes de talent qui performent à un niveau élite», explique Lecompte. 

Grâce à une bonne ligne à l’attaque, Lecompte croit que le Vert & Or continuera d’avoir du succès. «Nous avons deux quarts-arrière d’élite en Zachary Cloutier, un gars de Québec qui revient de deux ans dans les collèges américains, et Anthony Robichaud, un gars de 6 pieds 2 pouces et 230 livres mobile et doté d’un bon bras», ajoute-t-il. L’attaque sera d’ailleurs complètement revampée avec l’arrivée de Justin Chapdelaine comme coordonnateur à l’attaque. Celui qui a assisté son père Jacques dans la Ligue canadienne de football amènera son bagage d’expérience à Sherbrooke. «Il est là depuis janvier et toutes les stratégies ont été revues au complet», assure l’entraîneur-chef. «Pour le reste, il faut jouer collectivement et donner notre 100 %, car on sait que nos jeunes ont du talent et du caractère. Il faut cependant tous qu’ils fassent leur travail. Notre plus gros adversaire, c’est nous-mêmes.» 

Lecompte est heureux d’avoir vu son équipe se faufiler dans les séries l’an passé, mais garde encore un goût amer du début de saison avec la perte du coordonnateur offensif de l’époque deux semaines avant le premier match et la blessure au quart Charles-Xavier Owens lors du premier match contre Laval, perdu 14 à 1, mais dominé par les siens selon lui. «Il y aurait dû y avoir une pénalité pour ce coup à la tête sur le quart-arrière», laisse-t-il tomber à propos du Rouge et Or qui sera aussi son premier adversaire cette année, mais en terrain adverse.