Promutuel Assurance sera le partenaire présentateur de la 54e Coupe Vanier a annoncé Christian Côté (président du comité organisateur), en présence de Bernier Drouin (Promutuel Chaudière-Appalaches), de Julie Dionne (directrice des activités sportives de l’Université Laval) et de Ken Saint-Eloy, de U Sports.

Coupe Vanier et séries: une formule à repenser

Le réseau U Sports s’affaire présentement à repenser à la fois la Coupe Vanier et les éliminatoires en même temps qu’il mène une réflexion sur la façon de rendre plus excitant un calendrier ponctué de matchs de football universitaire trop souvent à sens unique.

«Il est souhaitable d’ajuster certaines choses pour permettre un meilleur équilibre. La formule des séries est une question importante à prendre au sérieux et il y a des discussions préliminaires avec les membres. On ne peut cependant pas garantir un échéancier», expliquait mardi Ken Saint-Éloy, directeur des communications et du marketing de U Sports, en marge de la conférence de presse du match de la 54e Coupe Vanier qui aura lieu le 24 novembre au Stade Telus de l’Université Laval.

Cette année, l’équipe championne du Québec affrontera l’équipe championne de l’Atlantique pour le match de la Coupe Uteck le 17 novembre en même temps que les champions de l’Ontario se frotteront à ceux de la conférence de l’ouest pour la Coupe Mitchell dans l’autre demi-finale. 

«Avec l’évolution des conférences, il y a maintenant des différences importantes de niveaux, ce n’est plus vraiment conforme avec la réalité», a commenté Saint-Éloy à propos de la façon dont sont déterminées les équipes qui s’affrontent en demi-finale.

Un comité pour choisir les équipes?

Christian Côté, annonceur-­maison lors des matchs du Rouge et Or et président du comité organisateur de la Coupe Vanier à Québec, verrait très bien un comité indépendant sélectionner les équipes qui participent aux quarts ou aux demi-finales menant au match ultime. «Ce serait certainement une solution. En plus, une telle formule pourrait ouvrir la voie à une possible finale entre le Rouge et Or et les Carabins de l’Université de Montréal, un rêve!»

Côté croit qu’un changement de formule serait bon pour le spectacle. «L’an dernier, les Mustangs de l’Université Western ont démoli l’équipe des Maritimes en demi-finale. Des réservistes étaient sur le terrain dès le deuxième quart! Ce n’est pas normal qu’une équipe ait un match facile dans une demi-finale alors que l’autre affronte un adversaire plus coriace.»

Saint-Éloy ajoute que U Sports évalue aussi la possibilité de tenir des matchs interconférences durant le calendrier régulier pour rendre la saison plus intéressante. Dans la conférence du Québec, la moitié des 18 matchs joués jusqu’à maintenant se sont terminés avec un écart de plus de 30 points, tous en faveur du Rouge et Or ou des Carabins. 

Toujours à Québec?

Quant au match de la Coupe Vanier, des discussions sont en cours concernant la formule à adopter après les matchs de 2018 et 2019, qui se tiendront tous les deux à Québec. «Rien n’est arrêté pour le format définitif», explique Saint-Éloy.

«Plusieurs scénarios sont étudiés, mais celui de tenir la Coupe Vanier dans la même ville et le même week-end que la Coupe Grey comme en 2010 et 2011 est difficilement envisageable pour l’instant puisque nous sommes partenaires du réseau Sportsnet et que la Ligue canadienne de football est partenaire avec TSN», explique-t-il, ajoutant que le scénario de toujours tenir le match de championnat dans la même ville n’était pas non plus écarté.

Côté a d’ailleurs déclaré que l’Université Laval souhaiterait en être l’hôtesse permanente. «Je pensais qu’on avait fait nos preuves en 2009 et 2010. Je souhaite vraiment que la Coupe Vanier soit toujours tenue ici. Il n’y a pas beaucoup d’équipes au Canada qui peuvent recevoir le match avec tout ce que ça demande.»

+

UN BUDGET SEMBLABLE À 2015

Christian Côté, président du comité organisateur de la Coupe Vanier 2018, a déclaré que l’entente ratifiée avec l’assureur Promutuel permettrait à l’événement de bénéficier d’un budget semblable à la finale de 2015, qui avait également eu lieu à l’Université Laval. «Les conditions sont différentes cette fois, il y a plus d’argent à remettre à notre partenaire qui est U Sports», a-t-il expliqué en point de presse mardi. 

Pour l’instant, plus de 6000 des quelque 18 000 billets ont déjà été vendus, ce qui inclut un peu moins de 4000 détenteurs d’abonnements saisonniers du Rouge et Or. «C’est la cinquième Coupe Vanier que nous organisons et nous avons deux éditions où nous affichions complet, soit 2010 et 2013 alors que le Rouge et Or était en finale. Il y en a une où il y avait 16 700 spectateurs et notre plus petite foule, c’est 12 500 spectateurs, ce qui est un succès quand l’équipe locale n’est pas là. On a eu le privilège d’avoir deux fois le Rouge et Or en finale, mais le défi, c’est d’en faire un succès même quand ils ne sont pas là.»