Les basketteurs de l’Université Laval ont perdu une guerre de tranchées samedi face aux Bobcats de l’Université Quinnipiac.

Basketball : le Rouge et Or perd une guerre de tranchées

Les basketteurs de l’Université Laval ont perdu une guerre de tranchées samedi face aux Bobcats de l’Université Quinnipiac. L’équipe qui évolue en première division de la NCAA a remporté in extremis par la marque de 79 à 76 le match hors concours qui l’opposait au Rouge et Or.

Les basketteurs de l’Université Laval ont perdu une guerre de tranchées samedi face aux Bobcats de l’Université Quinnipiac. L’équipe qui évolue en première division de la NCAA a remporté in extremis par la marque de 79 à 76 le match hors concours qui l’opposait au Rouge et Or.

La marque était de 75-73 en faveur des Bobcats avec moins de 47 secondes à faire au match quand Samuel Bouchard a créé l’égalité en réussissant ses deux lancers francs. 

Vingt secondes plus tard, les Bobcats commettaient une autre faute et, cette fois, c’est à Christian Redmont-Kannon, qui été le meilleur des siens avec 21 points, que revenait la tâche d’effectuer les lancers francs. Touchant la cible avec le premier et ratant de peu le second, le numéro 15 a donné une mince avance d’un point aux locaux.

Un panier des Bobcats avec dix secondes à faire a cependant poussé les Américains en avant. Le Rouge et Or a ensuite raté un panier, un lancer bloqué par la défensive des Bobcats.

Avec seulement 2.5 secondes à faire, les Bobcats ont à leur tour eu droit à deux lancers francs qu’ils ont réussis pour se donner une avance de trois points. Dans une cause désespérée, l’arrière Nicolas Desjardins, qui avait poussé les siens en avant une minute plus tôt avec un panier de trois points, a tenté à nouveau sa chance, en vain cette fois cependant.

«Quand le lancer est parti, j’étais certain que ça rentrait et qu’on créait l’égalité. On était tous vraiment excités, c’est le genre de match qui est «le fun» à jouer. C’est agréable de voir qu’on peut se comparer à un programme de division I de la NCAA. Je crois que ça prouve que le basket canadien n’est pas si loin de celui des États-Unis», a commenté Desjardins.

Déficit de grandeur

Le Rouge et Or faisait cependant face à plus grand que lui samedi, les Bobcats alignant sept basketteurs de 6 pieds 6 pouces et plus alors que les locaux n’en comptent que deux, le vétéran centre Marc-André Fortin et l’ailier Sidney Tremblay-Lacombe.

Qu’à cela ne tienne, ils ont compensé par l’adresse et un jeu physique, terminant avec une avance de 17 à 10 après le premier quart et de 39 à 29 à la demie.

Les joueurs de Quinnipiac ont cependant commencé à remonter la pente dans la seconde partie du match, créant l’égalité à la fin du troisième quart. 

«Je crois qu’on a bien joué, il ne fallait pas les laisser marquer», a commenté Fortin après la partie. «Après les deux premiers quarts, ils étaient plus intenses que nous et sautaient sur tous les ballons. Heureusement, nous nous sommes bien repris en fin de match.»

Le grand numéro 20 indique toutefois que la donne est bien différente lors de ces matchs préparatoires. «On arrive un peu dans l’inconnu, ce sont des équipes et des joueurs que nous ne connaissons pas. Oui, les joueurs de la NCAA sont souvent plus grands que nous, mais c’est pour ça qu’il faut être physiques. La grandeur devient moins importante quand on réussit à les garder loin du panier», conclut Fortin.