Étienne Couture, qui possède également une pharmacie, a quitté la tête du programme de badminton du Rouge et Or après 14 saisons. 
Étienne Couture, qui possède également une pharmacie, a quitté la tête du programme de badminton du Rouge et Or après 14 saisons. 

Badminton: Étienne Couture quitte le Rouge et Or après 14 ans

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Incapable de s’entendre avec le conseil d’administration du club sur la structure à mettre en place, Étienne Couture a décidé de quitter son poste d’entraîneur-chef du club de badminton de l’Université Laval après 14 ans de loyaux services.

«Je ne quitte pas parce que j’étais tanné et je ne quitte pas non plus pour des raisons salariales puisque la proposition que j’ai faite au conseil d’administration impliquait une baisse de salaire afin de pouvoir mettre en place l’environnement que je souhaitais», a déclaré M. Couture au Soleil, ajoutant qu’il n’avait aucunement l’intention de partir en guerre contre le conseil.

«C’est important pour moi de demeurer respectueux envers tout le monde, mais, pour moi, un entraîneur ce n’est pas juste quelqu’un qui donne des trucs et qui fait des pratiques, c’est quelqu’un qui fait le design d’un environnement. Moi, je voulais continuer, mais je voulais croître, regarder par en avant et je voulais que les ressources soient mieux utilisées pour faire un travail plus efficace», poursuit-il.

Séparer le sport de l’administration

Concrètement, Couture souhaitait sortir du modèle «historique» des «petits clubs» du Rouge et Or où l’entraîneur-chef est un homme à tout faire et s’occupe de tout. 

«J’ai proposé de séparer la gestion sportive et la gestion administrative, que l’entraîneur soit entraîneur et directeur général, mais qu’un directeur administratif soit embauché pour permettre à l’entraîneur d’être avec les joueurs», indique Couture.

«Actuellement, l’entraîneur passe trop de temps à faire de la saisie de données, des listes et à envoyer plein de e-mails. Je voulais m’occuper plus de sport, moins de secrétariat. J’étais prêt à gagner un moins gros salaire pour qu’on puisse embaucher quelqu’un pour s’acquitter de ses tâches.»

La proposition qu’il a faite n’a malheureusement pas été retenue par le conseil d’administration et Étienne Couture a donc préféré quitter son poste plutôt que demeurer dans un système où il n’aurait pas pu tenir plus de plages d’entraînement.

Relation avec les joueurs

«C’est sûr que ça fait quelque chose de partir après 14 ans. Ma démission était effective le 16 mars, mais je possède aussi une pharmacie et je n’ai pas encore eu le temps de me rendre compte que je n’étais plus coach. Je sais cependant que ça va me retomber dessus à un moment donné», indique-t-il.

Malgré les trois titres canadiens et les 17 titres provinciaux remportés par le Rouge et Or sous sa gouverne, ses huit titres d’entraîneur de l’année au Québec, c’est davantage le souvenir de sa relation avec les joueurs qu’il gardera de son passage avec le Rouge et Or.

«Je ne me rappelle pas tous les championnats, je ne sais même pas combien j’en ai gagné, mais je me rappelle de tout le monde. Je me rappelle de ma relation avec les joueurs, comment ils ont changé, évolué, mûri. Je suis fier de l’environnement que j’ai créé pour permettre aux gens de se développer.»

Par voie de communiqué de presse, le Rouge et Or a salué le travail d’Étienne Couture au cours des 14 dernières années. «Étienne a été un excellent entraîneur et bâtisseur (...) Son dévouement et sa compétence ont amené le club à un autre niveau», a déclaré le président par intérim du conseil d’administration du club de badminton, Denys Martin.

«Les succès sont éloquents, mais la structure qu’il a mise en place a permis de développer d’excellents étudiants-athlètes comme on l’a vu récemment avec Béatrice Guay et Mathieu Morneau». a ajouté Jean-Noël Corriveau, directeur adjoint du service des activités sportives et responsable du programme Rouge et Or.

Cinq départs

En à peine plus d’un an, le Rouge et Or a dû remplacer cinq entraîneurs. D’abord, le pilote de l’équipe féminine de volleyball Olivier Caron avait quitté son poste dans des circonstances nébuleuses en janvier 2019, puis l’entraîneur de l’équipe féminine de soccer, Helder Duarte, est décédé en février.

Jacques Paiement Jr. avait ensuite quitté au mois de mai son poste d’entraîneur-chef du programme masculin de basketball alors que l’entraîneur-chef de l’équipe masculine de volleyball depuis 28 ans, Pascal Clément, a pris sa retraite il y a quelques semaines.