Christopher Amoah (photo) et Tyrone Pierre se sont livrés mardi à une batterie de tests pour le compte du recruteur des Redskins de Washington, Darryl Franklin (à gauche).

Amoah et Pierre sous l'œil des Redskins

Un recruteur de la NFL était à Québec, mardi, pour voir à l’œuvre deux joueurs du Rouge et Or.

Les possibilités réelles de voir un jour le porteur de ballon Christopher Amoah ou le receveur de passes Tyrone Pierre dans l’uniforme des Redskins de Washington? Minces. Mais pas nulles. «L’horaire d’un dépisteur de la NFL est tellement chargé qu’il ne se déplace pas par charité», résume l’agent des deux porte-couleurs de l’Université Laval, Sasha Ghavami.

«Je vise toujours le plus haut. Alors moi, dans ma tête, mes chances sont bonnes», indique pour sa part Amoah, le joueur pour lequel les Redskins avaient d’abord dépêché leur éclaireur Darryl Franklin dans la capitale. Pierre s’est ensuite ajouté.

Franklin s’est refusé à commenter leurs performances, concurrence oblige. La veille, il avait effectué une première escale à Montréal pour épier les faits et gestes du costaud receveur des Carabins Régis Cibasu, vu en action au Shrine Game, en janvier.

«Le Shrine Game est l’occasion de se faire voir pour les joueurs évoluant au Canada. J’ai aussi observé les gars aujourd’hui et faudra voir où ils se classent dans nos évaluations en vue du repêchage», s’est contenté de dire le natif de l’Ontario.

Mardi, au PEPS, les deux athlètes de quatre saisons universitaires se sont pliés à la traditionnelle batterie de tests physiques phares du football — courses, sauts et levé d’haltère —, en plus d’une série d’exercices avec ballon.

Ballons de la NFL, donc un peu différents de ceux utilisés au Canada, apportés par leur ex-coéquipier Antony Auclair. Qui à pareille date l’an dernier avait attiré pas moins de 17 éclaireurs de la NFL au PEPS. Disons que cette fois, c’était plus modeste.

«On s’entraîne avec Antony depuis deux semaines. Il nous a donné des petits indices ici et là, des conseils sur la façon de courir des tracés de la NFL, ce diffère un peu de ce qu’on fait ici», a révélé Pierre, ne ratant pas de remercier Dieu avant tout pour lui avoir fourni cette occasion unique.

Outre Auclair, une trentaine de joueurs et entraîneurs actuels du Rouge et Or sont venus encourager Amoah et Pierre, qui se sont aussi produits au bench press devant la vice-championne olympique Laurie Blouin. En fait, la planchiste s’entraînait seulement au même endroit, en même temps.

Les Alouettes présents

Les Alouettes de Montréal avaient aussi délégué leur coordonnateur du repêchage et dépisteur national, l’ancien receveur Éric Deslauriers. Même si Amoah, Pierre et la plupart des meilleurs espoirs en vue de la prochaine séance de sélection amateur de la LCF seront réunis les 24 et 25 mars pour un camp d’évaluation du même type, à Winnipeg.

Autant Amoah que Pierre ont d’ailleurs souligné vouloir améliorer leurs résultats dans 10 jours, au Manitoba, devant les neuf formations de la Ligue canadienne. Des chiffres auxquels les équipes de la NFL auront aussi accès.

Amoah espère être plus rapide que ses 4,53 secondes de mardi au sprint de 40 verges, sa vitesse s’avérant son arme de prédilections. Il vise 4,4, ayant enregistré 4,47 l’an dernier. Même si «on espérait qu’Amoah serait plus vite», comme l’a admis Deslauriers, 4,53 l’aurait classé dans le top 10 des porteurs au récent camp d’évaluation de la NFL.

Pierre a impressionné au saut en hauteur, s’améliorant sur chacun de ses quatre essais pour atteindre 36,5 pouces. Ici aussi un top 10 au combine de la NFL.

L’agent Ghavami enverra tous ces résultats aux 31 autres formations de la NFL. Qui disposent également de vidéos de matchs des joueurs qui les intéressent.

Le jeune avocat montréalais est aussi l’agent, et ami de cégep, de Laurent Duvernay-Tardif, garde des Chiefs de Kansas City. Duvernay-Tardif avait tenu un pro day, en 2014, devant neuf équipes de la NFL. Puis Charles Vaillancourt (devant une équipe), du Rouge et Or, en 2016, et Auclair en 2017. Cette année Cibasu, Amoah et Pierre. Ils font tous partie de la vingtaine de clients de Ghavami.

«Si aucune équipe n’était intéressée, on ne le ferait pas et elles prendraient les chiffres de la LCF», insiste l’agent. «Et l’objectif dans un avenir rapproché est d’en faire un rendez-vous annuel, comme c’est le cas à Boston College ou à l’Université du Nebraska.»

L’an prochain, certains clubs de la NFL porteront attention à l’ailier défensif étoile du Rouge et Or Mathieu Betts. Un grand et gros receveur comme Alexandre Savard peut aussi piquer la curiosité, tout comme un joueur de ligne offensive de 6’6” et 313 livres comme Samuel Thomassin.