Nicolas Morin, Marilou Ferland Daigle, Dany Racine et Jeanne Mercier espèrent hisser l'Université Laval sur la plus haute marche du podium lors des Championnats  universitaires canadiens de cross-country, samedi à Guelph.

Rouge et Or: la ruée vers l'or en cross-country

Même s'il a perdu son étoile Charles Philibert-Thiboutot cette année, le club de cross-country du Rouge et Or n'a jamais été en meilleure posture pour remporter son premier championnat canadien. Et c'est sur le terrain des indélogeables Gryphons de Guelph, champions des neuf dernières années, qu'il entend écrire l'histoire, samedi.
Alignant une équipe plus «dense» que jamais, les champions québécois en titre entendent se hisser sur la plus haute marche du podium à Guelph, eux qui cumulent des deuxième et troisième places depuis 2012.
«Cette année, on part avec l'objectif de l'emporter devant les favoris locaux. C'est un gros défi, mais contrairement aux autres années, ils n'ont pas une équipe imbattable. Plusieurs de leurs meilleurs athlètes ont gradué, l'an dernier. Et lors du championnat de conférence en Ontario, ç'a été très très serré avec Windsor. On s'attend donc à une belle lutte à trois entre Windsor, Laval et Guelph», a raconté l'entraîneur de l'équipe, Félix-Antoine Lapointe.
Deux piliers
Le Rouge et Or pourra compter sur ses deux piliers, Nicolas Morin et Dany Racine, qui ont terminé respectivement premier et deuxième, sur le plan individuel, lors du championnat provincial, à la fin octobre.
«Ce qu'il y a de bien, c'est que ce sont deux athlètes de troisième année. Il leur reste deux années dans le programme et ils sont déjà au sommet du niveau RSEQ. Puis, on a placé 9 gars dans les 11 premiers de la Conférence Québec. C'était vraiment une bonne domination et ça prouve qu'on a une bonne équipe en vue du championnat national», a poursuivi Lapointe.
Selon l'entraîneur, les filles sont elles aussi sur une bonne lancée et devraient pouvoir améliorer leur septième place de 2014. Menée par Jeanne Mercier, la formation féminine peut se targuer d'avoir une bonne profondeur. «Je ne pense pas que Guelph, qui a remporté les 10 derniers championnats, vont vraiment être inatteignables, dans le sens qu'ils sont encore une coche au-dessus de tout le monde. Nous, l'an dernier, on avait fini septièmes. On vise d'améliorer ce résultat-là. De se rapprocher du top 5, ce serait vraiment satisfaisant. Je pense qu'on a l'équipe pour y arriver.»
Les filles prendront le départ de leur 6 km à 11h30, alors que les gars parcourront leur 10 km, à 12h15, samedi.