Pour Glen Constantin, le retour au jeu de ses deux meilleurs receveurs de passes de la saison 2018, Jonathan Breton-Robert et Vincent Forbes- Mombleau, est tout simplement un «gros luxe» pour le match de la Coupe Dunsmore.

Rouge et Or/Carabins: la première des coupes

Pour une équipe de football universitaire québécoise, la Coupe Dunsmore est le premier trophée sur une route qui mène à la Coupe Vanier en passant par la Coupe Uteck ou la Coupe Mitchell. Un trophée avec lequel les Carabins de l’Université de Montréal, qui l’ont gagné en 2014 et 2015, souhaitent renouer alors que le Rouge et Or de l’Université Laval voudrait bien en remporter un quatrième consécutif et un seizième au total. Le Soleil s’est entretenu avec l’entraîneur des Carabins, Danny Maciocia, et son homologue du Rouge et Or, Glen Constantin, à l’aube du début de la «saison des coupes» au football universitaire canadien.

LE GROS LUXE POUR GLEN CONSTANTIN

Pour l’entraîneur du Rouge et Or de l’Université Laval, Glen Constantin, le retour au jeu de ses deux meilleurs receveurs de passes de la saison 2018, Jonathan Breton-Robert et Vincent Forbes-Mombleau, est tout simplement un «gros luxe» pour le match de la Coupe Dunsmore. 

«Ce sont des gars qui ont été partants toute leur carrière. On a la chance de les voir revenir en santé pour la Coupe Dunsmore. Et je peux te dire qu’ils verront du terrain», a lancé Constantin après l’entraînement de son équipe jeudi soir. 

Le «surplus» de receveurs de passes devrait permettre au Rouge et Or d’avoir toujours des actifs frais à sa disposition en plus de créer des surnombres qui pourront placer la défensive des Carabins hors d’équilibre, selon l’entraîneur-chef. Malgré la hausse importante du nombre de points marqués par les Carabins à leur dernier match, Constantin a nié préparer son équipe différemment pour le troisième affrontement avec les rivaux de la métropole. 

«On se prépare en fonction de notre plan de match. Le nombre de points qu’ils ont marqués la semaine dernière, ça ne dépend pas de nous», poursuit-il. 

Des surprises

Constantin ajoute qu’il a encore préparé quelques surprises pour les Carabins. Plusieurs ont encore en tête le jeu truqué où Jonathan Breton-Robert avait lancé au quart Hugo Richard dans la zone des buts lors du match de la Coupe Dunsmore de 2016. 

«Il faut en préparer, mais il faut aussi être prêts à y faire face», lance Constantin à propos de ces jeux excitants tant pour les joueurs que pour les spectateurs.

«Ces jeux ne gagnent pas toujours le match, mais ils sont toujours excellents pour briser les tendances et brimer la confiance de l’adversaire», conclut-il.

EN CHIFFRES

  • Rouge et Or de l’Université Laval
  • Fiche: 7 victoires 1 défaite (1re position)
  • Dernier match: Victoire de 40 à 8 contre les Stingers de Concordia
  • Points marqués: 301
  • Points accordés: 72
  • Verges accumulées: 3 191 (1 720 par la course, 1 471 par la passe)
  • Verges accordées: 1 838 (676 par la course, 1 162 par la passe)
Danny Maciocia mise beaucoup sur le quart-arrière Frédéric Paquette-Perrault, qui a ravi le poste de partant à Dimitri Morand plus tôt cette saison. Il ajoute que son jeune joueur est un élément important à son équipe.

+

UNE PROGRESSION QUI SATISFAIT MACIOCIA

Danny Maciocia n’a pas essayé de se défiler lorsqu’on lui a rappelé que les 144 points marqués par ses Carabins cette saison sont la plus faible production de l’équipe depuis plusieurs années, une baisse majeure par rapport aux 256 de l’an dernier. 

«Il ne faut pas oublier tous les changements qu’on a eus à l’attaque, les joueurs qu’on a perdus à cause de blessures et le fait qu’on pratique un système de jeu complètement différent», a-t-il cependant tenu à justifier. 

«Moi, je préfère penser au dernier match qu’on a joué contre McGill et dans lequel on a marqué quatre touchés. Je pense qu’on s’en va vraiment dans la bonne direction. Je pense qu’on est à l’aise avec où on est rendus. En plus, notre défensive n’a pas donné de gros jeu depuis le dernier match contre Laval et on a été très opportunistes dans la zone payante», a-t-il ajouté, confiant. 

On sent cependant rapidement que l’entraîneur des Carabins n’a pas encore digéré la pénalité de 10 verges pour avoir eu 13 joueurs sur le terrain dont a écopé son équipe lors du dernier match contre Laval. «Ça va encore se jouer sur des détails. On ne peut pas se permettre d’écoper d’une pénalité pour avoir eu trop de joueurs qui mène ensuite à un touché sur un jeu truqué... Je l’ai encore sur le cœur. J’en ai reparlé à mes joueurs. Il faut éviter ça. Je ne me rappelle pas la dernière fois que j’ai vu treize joueurs sur le terrain...», a-t-il lancé.

Un élément important

Maciocia mise aussi beaucoup sur le quart-arrière Frédéric Paquette-Perrault, qui a ravi le poste de partant à Dimitri Morand plus tôt cette saison. «Il est un élément important, il est capable de faire des jeux avec son bras et avec se pieds. Il a besoin de courir un peu avec le ballon pour avoir du succès et nous ne pourrons pas aller chercher la victoire si on ne lui donne pas la chance de convertir des situations de deuxième et moins avec ses jambes».