Gabrielle Girard et ses coéquipières du Rouge et Or ont dû batailler ferme pour venir à bout des Citadins de l'UQAM, jeudi soir, au PEPS.

Rouge et Or basket: les filles l'emportent, les gars s'inclinent

De retour au premier rang canadien en début de semaine sans même avoir joué, les filles du Rouge et Or basket sont passées de l'honneur au mérite en prenant la mesure des Citadins de l'UQAM 78-59, jeudi soir.
«La seule pression qui vient avec le premier rang, c'est qu'on veut le garder», a lancé l'entraîneur Gillaume Giroux, après la huitième victoire de sa troupe en neuf matchs de ligue.
Sur son terrain du PEPS, la troupe de l'Université Laval a quand même dû renverser la vapeur. Menées 34-32 à la demie, les protégées de Giroux ont dominé leurs plus féroces rivales au Québec au compte de 27-9 dans le seul troisième quart.
La capitaine et vétéran de quatrième saison Gabrielle Girard a mené la charge avec 18 points dans le match. Mais le secret se trouve dans le fait que cinq filles de l'UL ont atteint la dizaine de points et neuf ont joué plus de 10 minutes.
«À la demie, notre coach nous a parlé avec beaucoup d'intensité. Guillaume veut tellement gagner que quand on retourne sur le terrain, on veut autant que lui», a commenté Girard, avouant que le jeu physique de l'UQAM les avait «sorties de leur zone de confort» d'équipe rapide, elle et ses coéquipières.
Giroux explique que les Citadins ont toujours joué dur, depuis la création du programme il y a 14 ans. «J'ai fait comprendre à nos filles qu'on a vraiment beaucoup de talent, mais qu'on doit avant tout travailler plus fort que l'autre bord.
«On a toujours su qu'on avait beaucoup de talent et on se le fait dire de plus en plus. Mais la meilleure chose qu'un athlète peut se faire dire, c'est qu'il travaille plus fort. Avoir du talent, c'est plaisant, mais travailler fort, c'est méritoire», résume le patron.
Qui sait que son Rouge et Or (8-1) ne l'aura pas facile samedi en rendant la pareille aux Citadins (7-4), à Montréal. Toujours en l'absence de la partante Raphaëlle Côté, victime d'une commotion cérébrale à l'entraînement il y a deux semaines.
Rappelons qu'en décembre, les Lavalloises ont occupé le premier rang canadien pour la première fois en 11 ans. Elles étaient deuxièmes la semaine dernière et ont retrouvé le sommet après la défaite de McMaster (3e, 11-2) contre Queen's (4e, 12-0), en Ontario.
Les gars l'échappent
Chez les gars, le Rouge et Or (4-5) a laissé filer une avance de 13 points (50-37) pour s'incliner 70-66 au profit des Citadins (6-5).
«On n'a pas vu de grosse performance de grand-monde», a d'abord jeté l'entraîneur Jacques Paiement fils, déçu de la remontée adverse causée en bonne partie par un trop-plein de fautes en début de deuxième demie. L'UQAM a tiré 27 fois de la ligne de lancers francs (19 paniers) contre 24 chances (16) pour Laval.
«Bon, disons que certains joueurs ont été moins pires que d'autres», a poursuivi Paiement, à peine adouci. «OK, Karl [Demers-Bélanger] a bien joué», a-t-il fini par accorder en scrutant la feuille de statistiques, où son meneur de jeu a marqué 16 points.
Les hommes de Paiement ont raté l'occasion d'accaparer le deuxième rang du classement québécois, au lieu de quoi ils glissent en quatrième position puisque Concordia (5-4) a gagné à Bishop's (2-7).
Le Rouge et Or voudra se racheter samedi, à l'UQAM.