Félix Garand-Gauthier a effectué le premier touché du Rouge et Or.

Rouge et Or 53 / Stingers 2: autre gain, autre massacre

MONTRÉAL — Autre victoire, autre massacre pour le Rouge et Or. Samedi après-midi, à l’Université Concordia, c’est au compte de 53-2 que les gars de l’Université Laval ont écrasé les Stingers.

Le sujet de la parité redevient plus d’actualité que jamais dans la ligue de football universitaire du Québec. Au cours des deux dernières semaines, les amateurs ont eu droit à quatre affrontements très inégaux dans les quatre matchs présentés.

Quatre en quatre avec un écart final d’au moins 41 points, une différence minimale de six touchés! Sur les 12 rencontres régulières présentées cette saison, 7 se sont soldées avec un écart d’au moins 32 points au tableau. Toutes des victoires au profit du Rouge et Or ou des Carabins de Montréal.

D’aucuns dénoncent une ligue à deux équipes, d’autres parlent de deux vitesses.

«On veut être respectueux envers l’adversaire», assure l’entraîneur-chef du club de Québec. «On aurait pu marquer plus de points, laisser [le quart-arrière régulier] Hugo Richard dans le match plus longtemps et des choses comme ça.

«Mais si on a l’occasion de faire jouer tout le monde, tes joueurs restent en santé, tes jeunes prennent de l’expérience et c’est bon pour le moral des joueurs. Et c’est une manière de contrôler le score», reconnaît Glen Constantin.

«Mais l’important pour moi est de préparer mon équipe pour les matchs comme celui de la semaine prochaine [contre Montréal] ou de la Coupe Dunsmore [finale de conférence]. Si on ne veut pas se faire surprendre sur la scène canadienne, il faut s’assurer de progresser de semaine en semaine et je vais laisser les dirigeants [de la ligue] s’occuper du reste», tranche Constantin.

Des erreurs payées cher

Sur le terrain du stade Concordia, ses protégés ont été méthodiques et impitoyables aux dépens de leurs rivaux de l’ouest de l’île de Montréal. Autant à l’attaque qu’en défensive.

«Contre les bonnes équipes, si tu fais des erreurs, elles vont te faire payer. Et c’est ça qu’on a fait : on a fait des erreurs et on a payé», a résumé avec justesse le patron des Stingers, Brad Collinson, un ancien du personnel du Rouge et Or. Il sait de quoi il parle.

Les Stingers essuient une deuxième volée de suite par plus de 50 points, après le 74-3 de la semaine passée contre Montréal. «C’était mieux que la semaine passée, mais ce n’est pas assez! poursuit Collinson. Il faut qu’on joue mieux que ça, faut qu’on se prépare mieux que ça. Ce n’est pas acceptable.»

En possession du ballon, Concordia n’a atteint le milieu du terrain qu’à une seule reprise, juste avant la dernière minute du deuxième quart. Les Stingers ont réussi 10 premiers jeux contre 32 pour le Rouge et Or.

Et en attaque, les visiteurs ont cumulé 438 verges grâce entre autres aux 19 passes captées sur les 29 lancées de la main de Richard pour 213 verges. Le pivot de cinquième et dernière année a inscrit deux majeurs par la course (1 et 8 verges), ce qui le hisse au quatrième rang de l’histoire au Québec pour les touchés au sol en carrière universitaire.

Avec 29, il s’approche du record de l’UL qui est de 31 et appartient à Pierre-Luc Yao (2003 à 2007), troisième de tous les temps dans la conférence.

Les autres touchés des vainqueurs ont été ceux de Félix Garand-Gauthier (passe 4 v.), Vincent Breton-Robert (passe 4 v.), Émile Chênevert (retour d’interception 37 v.) et Philippe Lessard-Vézina (course 12 v.).

Les jumeaux Breton-Robert ont amassé ensemble 201 verges de gains combinés : le porteur Vincent 63 verges sur sept courses, 27 sur trois passes et 13 sur deux retours de bottés dégagement; le receveur Jonathan 98 verges sur 13 attrapés.

Betts reste à égalité avec Aru

Le Rouge et Or a enregistré trois sacs en défensive, deux du secondeur de couverture Adam Auclair et un pour l’ailier Vincent Desjardins. Ce qui laisse l’ailier défensif étoile Mathieu Betts toujours à égalité au sommet de l’histoire avec Jim Aru à 31,5 sacs en carrière universitaire. L’offensive de Concordia n’aura gagné que 118 verges en tout et partout.

Le demi défensif du Rouge et Or Gabriel Ouellet s’est blessé à la cheville au deuxième quart, tandis que le receveur Marc-Antoine Pivin ne semblait pas guéri d’une blessure au doigt subie il y a une semaine.

Dans le camp de Concordia, non seulement le receveur étoile Vince Alessandrini n’est pas revenu au jeu, mais une blessure aurait déjà mis fin à la saison de celui qui a été nommé recrue offensive par excellence du circuit en 2016.

Le match de samedi se tenait dans le cadre du 32e Shrine Bowl, activité caritative qui a permis de franchir la barre du 1 million $ amassé au profit des hôpitaux Shriners pour enfants au Canada.

Le Rouge et Or demeure invaincu à 5-0, tandis que les Stingers glissent à 2-3. Un défi autrement plus important s’annonce la semaine prochaine avec la visite des Carabins (4-1) au PEPS. Québec avait gagné le premier duel de la saison entre les deux puissances 12-7, le 8 septembre, à Montréal.