Cristiano Ronaldo est porté en triomphe par ses coéquipiers après avoir permis au Real Madrid de vaincre la Juvenuts 4-1, samedi.

Ronaldo permet au Real Madrid de demeurer champion

En marquant deux fois en finale de la Ligue des champions dans la victoire de 4-1 du Real Madrid contre la Juventus de Turin, Cristiano Ronaldo s'est élevé encore un peu plus haut, samedi à Cardiff, au Pays de Galles.
Devenu le premier joueur en 25 saisons à inscrire un but lors de trois finales de la Ligue des champions et meilleur marqueur de la compétition pour la cinquième année consécutive - 12 buts contre les 11 de Lionel Messi -, le Portugais se dirige vers un cinquième Ballon d'or... comme Messi. Depuis 1992-93, le Portugais domine la C1 avec 106 buts, 12 de plus de Messi. 
Au cours des 12 derniers mois, Ronaldo a remporté un premier championnat européen, avec le Portugal. Il a ensuite permis au  Real Madrid à mettre fin à une disette de cinq ans sans victoire à la Coupe du monde des clubs de la FIFA. Il a couronné son année de rêve en aidant le Real à devenir la première équipe à défendre son titre de la Ligue des Champions depuis l'AC Milan, en 1989 et 1990.
«Les chiffres ne mentent pas»
Désigné homme du match de la finale, Ronaldo a reçu son prix en adressant un message à ses détracteurs. «J'ai vraiment eu une saison fantastique. Mes coéquipiers et moi, nous avons réalisé le doublé. Les gens ne peuvent pas critiquer, les chiffres ne mentent pas», a-t-il réagi.
Il n'a pas fallu beaucoup de temps au Portugais de 32 ans pour briller. Dès la 20e minute, sa frappe enroulée en force à ras de terre, effleurée par un défenseur, est hors de portée d'un pourtant gigantesque Gianluigi Buffon. Limpide. Un tir pour le Real Madrid, une célébration pour Ronaldo. La 600e de sa carrière professionnelle!
Après son fait d'armes, il a brillé par éclipse jusqu'à la 64e minute, où il s'est fait génial. Plongeant au premier poteau, «CR7» coupe la trajectoire du centre Luka Modric pour placer un petit ballon décroisé qui surprend Buffon. Là encore, c'était presque facile, le Portugais réussissant son geste avec un calme impressionnant.
Casemiro (61e minute) et Marco Asensio (90e minute) ont aussi marqué pour permettre au Real de remporter un 12e titre de la Ligue des champions, record absolu. Il en compte cinq de plus que son premier poursuivant, l'AC Milan.
Zidane dans la légende
Le Real a du même coup permis à son entraîneur Zinedine Zidane  de signer un deuxième titre de la Ligue des champions en 18 mois. «Zinedine croit beaucoup en nous», a mentionné Ronaldo.
«Comme d'habitude on n'a pas l'impression que je suis heureux, mais à l'intérieur c'est extraordinaire», a déclaré Zizou. «Derrière tout ça, il y a beaucoup de boulot. J'ai la chance d'appartenir à ce grand club, d'entraîner ce grand club, ces grands joueurs.» 
Zidane avait déjà marqué l'histoire de la Ligue des champions comme joueur avec un but d'extra-terrestre en finale en 2002. Il entre aujourd'hui dans la légende comme entraîneur du Real Madrid. Personne depuis le stratège de l'AC Milan, Arrigo Sacchi, n'avait conservé ce titre suprême (1989 et 1990).
Sacchi avait 44 ans au moment de ce doublé. Zizou a ... 44 ans. Les comparaisons s'arrêtent là. L'Italien était un joueur anonyme. «ZZ» est classé dans les meilleurs de tous les temps. Ballon d'Or en 1998, il a été l'âme du doublé Mondial-Euro de la France (1998 et 2000).
Sa vie est un film. Mais quel scénariste aurait osé écrire une histoire pareille? «Si vous m'aviez dit que je vivrais ça quand j'étais gamin, je ne vous aurais pas cru», avait-il confessé à la presse la veille de la finale.