Cette spectaculaire bicyclette de Cristiano Ronaldo a valu à la vedette du Real Madrid une rare ovation en stade adverse. Le Portugais a marqué deux fois, mardi, permettant à la formation madrilène de vaincre la Juventus 3-0 à Turin.

Ronaldo marque dans un 10e match de suite en Ligue des champions

TURIN — Combien de joueurs peuvent-ils faire se lever tout un stade adverse? Pas plus d’une poignée. Et Cristiano Ronaldo en fait désormais partie.

Le Portugais du Real Madrid a été salué par le public du Juventus Stadium époustouflé par un retourné de rêve et sa performance monstrueuse, mardi, lors de la très nette victoire de 3-0 de son équipe en quart de finale aller de la Ligue des champions.

L’histoire de ce quart de finale est déjà écrite : il n’y aura pas de revanche de la dernière finale de Cardiff (4-1) et le match retour au Bernabeu, le 11 avril, relèvera de l’anecdote, même avec Sergio Ramos suspendu. Mais à Turin, on se racontera pendant très longtemps la bicyclette de Ronaldo.

L’affaire s’est jouée à la 64e minute et le Real menait déjà 1-0 grâce à un but d’entrée de jeu de... Ronaldo (3e) face à une défense turinoise terriblement passive. Le numéro 7 s’est élevé au beau milieu de la surface de réparation et a réussi le geste parfait, celui dont rêvent les enfants, une bicyclette limpide qui a fini dans le petit filet de Gianluigi Buffon.

Le défenseur Andrea Barzagli a levé les épaules, l’air de dire «Que voulez-vous qu’on fasse?» Zinedine Zidane, qui en a vu d’autres, s’est frotté le crâne incrédule et les 40 000 tifosi de la Juve se sont levés et ont applaudi. Le match était bouclé et il n’y avait que ça à faire face à l’évidence du talent du Portugais, qui a salué, un peu ému.

Un record

«Cristiano fait des choses parfois qui n’appartiennent qu’à lui. Et on peut dire que c’est un des plus beaux de l’histoire du foot, oui», a déclaré Zidane. «Il n’est peut-être pas aussi beau que le mien à Glasgow, mais c’est le dernier qui compte», a-t-il ajouté dans un sourire.

«Je suis l’entraîneur, mais je suis aussi quelqu’un qui aime le foot. Quand je vois un geste pareil... C’est pour ça que Ronaldo est différent des autres, parce qu’il peut faire ce genre de choses. Je suis heureux pour lui et heureux de l’avoir avec nous.»

«Je ne sais pas si c’est un des plus beaux buts de l’histoire du foot, mais c’est un but extraordinaire», a convenu Massimiliano Allegri, entraîneur de la Juventus. «Ça fait quelques années que Cristiano est le meilleur avant-centre du monde. On peut seulement le féliciter. Il a une lucidité et une efficacité extraordinaires face au but.»

Pour faire bonne mesure, Ronaldo a ensuite agrémenté son doublé d’une passe décisive au Brésilien Marcelo pour le but du 3-0 (72e).

Les chiffres de la saison de Ronaldo donnent le vertige : 14 buts en Ligue des champions (119 au total) et 10 matchs d’affilée — un record — avec au moins au but dans la plus grande compétition de clubs du monde. Et face à Buffon et à la Juventus, il en est à neuf buts en carrière.

Turin a apprécié le spectacle, Turin s’est levé pour le champion, mais maintenant, Turin a peut-être assez vu Ronaldo. Pour les autres, le spectacle continue.

Ribéry s’illustre

Dans l’autre quart de finale à l’affiche, le Bayern Munich a fait parler son expérience pour étouffer Séville (2-1) avec deux buts amenés par l’inusable Franck Ribéry. Le Bayern n’a besoin que d’un match nul dans le match retour, présenté à Munich, pour assurer sa place en demi-finale pour la cinquième fois en six saisons. 

Au stade Sanchez-Pizjuan, Séville avait pourtant démarré fort, marquant sur une reprise de Pablo Sarabia (31e), puis s’est éteint après la première demi-heure. Et le Bayern, patient, en a profité avec un centre de Ribéry dévié contre son camp par Jesus Navas (37e), puis une tête plongeante de Thiago Alcantara (68e) sur un centre du Français.  Avec AP