Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Aaron Rodgers aurait-il joué son dernier match avec les Packers, dimanche?
Aaron Rodgers aurait-il joué son dernier match avec les Packers, dimanche?

Rodgers ne dissipe pas les doutes concernant son avenir à Green Bay

Associated Press
Article réservé aux abonnés
GREEN BAY - Aaron Rodgers a mentionné qu'il n'est pas sûr de ce que l'avenir lui réserve à Green Bay. C'est tout ce qu'il a fallu pour soulever des inquiétudes quant à la capacité des Packers à aspirer aux grands honneurs en 2021 et lors des années suivantes.

Les Packers ont obtenu le premier rang de l'Association Nationale en grande partie grâce à Rodgers, qui malgré ses 37 ans a placé son équipe en bonne position pour remporter un premier Super Bowl depuis la saison 2010.

Le parcours des Packers s'est toutefois terminé dimanche, en finale de la Nationale, quand ils ont perdu 31-26 aux mains des Buccaneers de Tampa Bay. Cette défaite a soulevé encore plus de questions quant à l'engagement à long terme de Rodgers.

À la suite de la quatrième défaite en finale de la Nationale des Packers au cours des sept dernières saisons, Rodgers a indiqué que «l'avenir de plusieurs joueurs était incertain», incluant le sien.

Il reste encore trois années à écouler au contrat de Rodgers. Le double lauréat du joueur le plus utile de la NFL a toutefois reconnu à plusieurs reprises que ses espoirs de terminer sa carrière avec les Packers étaient compliqués depuis que l'équipe a sélectionné le quart Jordan Love au repêchage de 2020.

«Il y a beaucoup de choses inconnues, à l'aube de la saison morte, a déclaré Rodgers. Je vais devoir prendre du temps pour moi et voir ce qui se passe. C'est très difficile en ce moment, surtout en pensant aux gars qui pourraient être ici ou non l'année prochaine. Il y a toujours du changement. C'est la seule constante dans ce domaine.»

Joueurs autonomes

En supposant que Rodgers revienne, l'équipe autour de lui pourrait être très différente. La liste de joueurs autonomes potentiels des Packers comprend les porteurs de ballon Aaron Jones et Jamaal Williams, le centre étoile Corey Linsley et le demi de coin Kevin King.

Linsley s'est d'ailleurs fait questionner par rapport au progrès dans les négociations de son contrat, lundi.

«Mon agent n'a eu aucune discussion avec les Packers, a-t-il répondu. Ça ne veut pas dire que quelque chose ne peut pas se produire, mais en ce moment, il n'y a rien de notoire à signaler.»

Match difficile pour King et Jones

S'il s'agit bel et bien du dernier match dans l'uniforme des Packers de King et Jones, ce sera une fin difficile à digérer.

King a joué malgré une blessure au dos qui l'a empêché de s'entraîner, vendredi. Il a été battu sur deux passes de touché, dont une de 39 verges à Scotty Miller avec une seconde à jouer à la première demie. Il a ensuite commis une pénalité d'obstruction qui a permis aux Buccaneers d'écouler les dernières secondes de la rencontre.

Jones, qui a amassé plus de 3000 verges de la ligne de mêlée et 30 touchés au cours des deux dernières saisons, a échappé le ballon en deuxième demie, mettant la table pour un touché des Buccaneers. Il a également subi une blessure à la poitrine et il n'est pas revenu au jeu.

Décisions de personnel

L'entraîneur-chef des Packers, Matt LaFleur, montre un dossier de 26-6 en deux saisons à la barre de l'équipe et malgré quelques décisions douteuses en fin de match contre les Buccaneers, il reste un des jeunes esprits les plus brillants du sport.

LaFleur a gardé les mêmes coordonnateurs lors de ses deux premières saisons, soit Nathanial Hackett, en attaque, Mike Pettine, en défensive, et Shawn Mennenga, sur les unités spéciales. Il doit maintenant décider s'il va les ramener avec les Packers l'an prochain.

La finale de la Nationale a reflété l'inconstance occasionnelle de la défensive des Packers sous la tutelle de Pettine. La formation de Green Bay a intercepté trois passes de Tom Brady et n'a alloué que trois points lors des 28 dernières minutes de la rencontre. La défensive a cependant permis une longue passe de touché avant la mi-temps.

De plus, une des faiblesses notoires des Packers au cours de leur séquence de sept victoires a été la tendance occasionnelle des unités spéciales à s'effondrer. Ce sera assurément à voir pour LaFleur.