Le tableau principal de la Coupe Banque Nationale aura une saveur un peu plus locale, alors que la Montréalaise Charlotte Robillard-Millette a réussi à se qualifier, dimanche.

Robillard-Millette sera du tableau principal

Une Québécoise de perdue, une de retrouvée à la Coupe Banque Nationale. À peine deux jours après le retrait surprise d'Eugenie Bouchard de la compétition, la jeune Charlotte Robillard-Millette a surpris la Suissesse Conny Perrin en qualifications, dimanche, pour rejoindre le tableau principal.
Opposée à la vétérante Perrin, 192e joueuse mondiale et deuxième favorite des qualifications, Robillard-Millette y a été d'une démonstration de ténacité, dimanche midi, au PEPS. Ses efforts ont finalement été récompensés, la Montréalaise de 18 ans, 639e joueuse mondiale, signant une victoire de 6-7 (6), 7-6 (7) et 6-2. 
«Il n'y a jamais vraiment eu un moment où j'étais déçu de la façon dont je jouais. Quand je manquais, je manquais par pas grand-chose. Le plus important, c'était de rester combative et déterminée.»
Après avoir vu la Suissesse de 26 ans lui arracher le bris d'égalité 8-6 en première manche, la favorite locale est passée bien près de subir exactement le même sort à la deuxième, sauvant une balle de match durant le bris pour finalement forcer la tenue de la manche ultime.
«C'est sûr que c'est difficile après des bris d'égalité aux première et deuxième manches de te retrouver face à une balle de match, mais je pense que tout le long, je faisais juste apprécier et essayer de jouer mon meilleur tennis», a expliqué suite à sa victoire celle qui en est à une première saison complète chez les professionnels. Effectuant la transition après une excellente année chez les juniors, l'automne dernier, la jeune joueuse avait participé une première fois aux qualifications de la Coupe Banque Nationale, étant éliminé au premier tour. 
Foule énergique
S'ils n'étaient pas nombreux dans les gradins du PEPS, dimanche midi, les partisans présents étaient tous derrière la jeune Québécoise, applaudissant chaleureusement ses bons coups et lui criant des encouragements entre les points. «C'était tellement serré, je pense que de sentir l'énergie de la foule derrière moi a fait une petite différence.»
Ayant rendez-vous avec une autre joueuse issue des qualifications, Caroline Dolehide (161e mondiale), au premier tour du tournoi, lundi midi, Robillard-Millette pourrait-elle répéter son tour de force de dimanche? 
À l'image de sa saison, la principale intéressée affirme ne pas se mettre de pression. «Je viens de tourner pro et je suis encore jeune. J'essaie de m'améliorer, de rester positive et d'y aller un jour à la fois. Les résultats viendront quand ils viendront. Être dans le tableau principal est un défi. Je suis excitée et j'ai hâte de voir ce que je vais faire durant la semaine.»
Également victorieuse en qualifications, dimanche, la Canadienne Gabriela Dabrowski aura la lourde tâche d'affronter la championne en titre Océane Dodin au premier tour.
***
Abanda croit en ses chances
Françoise Abanda ne se défile pas lorsqu'on lui demande quel est son objectif pour la Coupe Banque Nationale. «Je pense que j'ai vraiment le potentiel de gagner des titres comme celui-ci.»
Québécoise la mieux classée du tableau principal, Abanda espère bien profiter de son passage dans la Capitale-Nationale pour se rapprocher de son objectif à court terme : percer le top 100 mondial avant la fin de la saison. 
«C'est vraiment l'année où j'arrive le plus en confiance. Je me sens mieux parce que j'ai l'expérience d'avoir joué ce tournoi dans le passé», a expliqué la 117e joueuse mondiale, dimanche, après son entrainement, elle qui en est déjà à une sixième participation à la Coupe Banque Nationale. «J'ai joué dans les plus gros tournois au monde cette année et je suis maintenant plus à l'aise dans un calibre comme ici.»
Vraie qu'elle connaît présentement sa meilleure saison chez les pros, admet-elle. Réussir à accéder au tableau principal et gagner un match à Wimbledon et à Roland-Garros a été bon pour sa confiance. Mais pour «vraiment passer à une autre étape», elle doit pouvoir se rendre loin dans un tournoi comme celui de Québec, affirme la Montréalaise de 20 ans. 
Dimanche, elle pointait le triomphe «très inspirant» de la jeune Sloane Stephens aux Internationaux des États-Unis, la veille. «Ça me donne espoir. Sloane n'a pratiquement pas joué de l'année. Elle arrive et elle gagne. Jelena Ostapenko, avec qui j'ai joué chez les juniors, a remporté Roland-Garros et j'ai failli l'éliminer à Wimbledon. On voit que dans le circuit féminin, il y a vraiment une ouverture. Si tu joues bien, tu peux rapidement te faire une place dans les meilleures au monde.»
Abanda sera opposée à l'Américaine Asia Muhammad (137e mondiale) en première ronde, mardi soir, au PEPS.